Je manche, tu manches, nous manchons

Il pleut ! Et je crois avoir déjà signalé que « moi pas aimer le froid, surtout mouillé ».

Pour continuer à aller bosser à vélo sans me retrouver trempée et de mauvaise humeur, j’ai improvisé des manchons de guidon avec ce que j’avais en stock. Mais… pourquoi ça plutôt que des gants ou moufles étanches ? Ce serait moins chaud ou trop épais à mon goût, je préfère garder les doigts bien flexibles.

Sans appeler ça un tutoriel, j’ai pris quelques photos des différentes étapes, si jamais ça intéresse du monde. Mais garde bien en tête que c’est ma première version, et donc que ce système peut sans doute être amélioré.

Pourquoi ces choix de matériel ?
  • le softshell a une face déperlante pour protéger de la pluie, l’autre en polaire fine, il est aussi respirant (car pas tout à fait imperméable) et bien plus agréable à coudre et porter que les tissus enduits. En prime je l’avais en stock : il s’agit d’une grande chute du coupon utilisé pour mon manteau de pluie (ouais, la classe à Dallas : les manchons sont assortis à ma tenue !)
  • j’ai tout de même ajouté une doublure en polaire épaisse parce que mes gants ne sont pas très chauds (et de toute façon je les ai perdus)
  • le biais réfléchissant est là pour me rendre plus visible des voitures, mais aussi pour faire une finition fine sur les bandes destinées à resserrer le système : le softshell est un tissu un peu épais, en double épaisseur ce serait trop pour mes boutons pressions en résine

Ça ne se voit pas sur les photos mais la doublure fait deux cm de moins au niveau de l’ouverture pour les main, ce afin d’éviter les épaisseurs superflues pour l’ourlet, mais aussi d’avoir le softshell qui rentre un peu plus à l’intérieur, et donc éviter que la polaire ne prenne la pluie. De plus je n’ai pas mis de système pour serrer au niveau des poignets pour des raisons de sécurité : il est essentiel de pouvoir rapidement sortir ses mains.
LE défaut du truc : je ne peux plus utiliser la sonnette quand ma gauche est dans le manchon, mais de toute façon je m’en sers très rarement.
Suis-je parée ? Non ! maintenant tout ce qui manque à mon bonheur c’est un pantalon de pluie, mais je n’ai pas de tissu adéquat en stock. Zuuuut alors; me voila OBLIGÉE d’aller chez mon dealer pas cher préféré pour en trouver.

6 Commentaires

  • 1
    Liseli
    5 février 2021 - 8 h 38 min | Permalien

    Euh… désolée de faire la rabat-joie mais niveau sécurité, j’ai peur pour toi! Si tu tombes (en version vol plané), tes mains peuvent-elles te suivre?

    Tu dis que tu dois pouvoir « sortir rapidement les mains » mais en fait, il faut carrément que le gant puisse te suivre car en vol plané vers l’avant, tu n’auras simplement pas le temps de sortir les mains. Et si tu restes accrochée par les mains à ton guidon, les dégâts peuvent être encore plus immense que si tu fais un « simple » vol plané.

    Mais sinon, très fun, hein!

    • 2
      saki
      5 février 2021 - 9 h 03 min | Permalien

      @liseli, c’est pour ça que l’entrée des manchons est bien large, je peux vraiment très facilement sortir mes mains. Après on n’est jamais à l’abri d’une galère hein, mais j’y ai pensé en les concevant. Quand je dis que mes mains sont limites serrées, c’est vraiment juste une question de sensation, elles ne le sont pas vraiment.
      je sors tout le temps les mains en fait : pour changer de vitesse, utiliser la sonnette ou signaler que je vais tourner, et je n’ai jamais constaté que cela gênait mes mouvements.

      • 3
        Liseli
        5 février 2021 - 14 h 15 min | Permalien

        Alors si c’est pensé pour, ouf! Parce que les vols planés, c’est déjà très désagréable mais le vol plané avec le vélo qui te suit, j’ose juste pas imaginer :-S
        C’est une de mes grosses angoisses avec ma pèlerine, une sorte de bâche avec un trou pour la tête, et deux anneaux pour passer les main. Problème: si tu passes les mains, tu peux plus facilement indiquer que tu tournes, et si tu passes pas les mains, les anneaux (que tu dois quand même tenir sinon la bâche s’envole) risque de se prendre dans le guidon, les freins, les vitesses… bref, j’ai beaucoup trop réfléchi à ce que ça donnerait si je me plantais, surtout que le vol plané, c’est déjà très bien testé de mon côté!

  • 4
    6 février 2021 - 7 h 23 min | Permalien

    Eh bien, je trouve que malgré les histoires de vol plané potentiel, c’est une bonne idée pour garder les mains au chaud.

    • 5
      saki
      10 février 2021 - 9 h 59 min | Permalien

      Merci Fanfreluche ! Ça marche en tout cas ( j’espère échapper aux vols planés).