Ma robe Sureau

Dur de passer à côté de l’info…

La toute jeune marque de patrons indépendants lancée par Éléonore, Deer&Doe, marche du tonnerre ! Le patron de cette robe en particulier fait des ravages et est déjà en rupture de stock (mon petit doigt me dit que le réapprovisionnement ne devrait pas trop tarder, soyez rassurés), bref il vaut mieux que je montre ma version avant que vous ne fassiez une overdose à cause de la déferlante de robes Sureau qui s’annonce !

C’était l’occasion de tester enfin les merveilles promises, et je n’ai pas été déçue, mais même si la demoiselle est une copine je vais tacher d’être parfaitement honnête sur ce que je pense de son travail. Attention, j’ai écrit un petit pavé pour l’occasion.

Les points positifs :

  • Recevoir cette pochette c’est déjà un plaisir en soi : tout est beau, pro, alléchant, yeah !
  • Le prix : 12.50€ plus 4€ de frais de port car je vis en Belgique (les frais de port sont offerts pour la France !), c’est un bon rapport qualité prix décidément (en général les patrons indépendants coûtent plus cher, pour une présentation et des modèles qui ne sont pas toujours aussi soignés). En prime là je sais que le papier utilisé est recyclé, l’encre écolo, et le tout imprimé en France.
  • La planche de patron est nickel et l’excellent livret d’explications qui l’accompagne est très complet et agréable à suivre.
  • L’éventail des tailles, du 34 au 46, est assez bluffant ! Bien mieux que d’autres marques indépendantes qui se contentent de faire du S/M/L.
  • Toutes les pièces correspondent parfaitement : aucune mauvaise surprise donc (et ça, ça n’est malheureusement pas si courant).
  • Une fois les mesures prises j’ai suivi exactement les tailles indiquées et le résultat était quasi parfait du premier coup, bref on peut s’y fier, ce qui fait du bien quand on est comme moi habitué à la loterie des tailles chez Burda par exemple.
  • Les marges de couture de 1.5cm sont incluses. A une époque ça m’aurait fait râler mais maintenant que j’ai réalisé que c’est indispensable pour soutenir proprement une tête de manche je rajoute moi-même ces marges importantes, donc autant que ce soit fait d’office non ? Ainsi tout est parfaitement net.
  • J’adore le haut de cette robe ! Le travail des fronces permet de caser ma poitrine sans souci, la taille très haute rallonge mes jambes (yeah !), la fausse de boutonnage apporte vraiment un p’tit quelque chose de charmant à l’ensemble, la longueur me plaît énormément, ainsi que les manches 3/4…
  • Les détails font décidément tout : je n’avais jamais cousu de robe avec manches qui soit dotée d’une fermeture éclair sur le côté. Celle-ci n’ouvre pas complètement la robe, elle commence environ 4 cm sous le bras et c’est une vraie trouvaille, le rendu ainsi est parfait, je suis super fan de ce truc !!!
  • Sur le blog Deer&Doe Éléonore a mis en ligne d’excellents articles pour aider à bien prendre ses mesures, apporter des modifications etc. Bref, un suivi très agréable qui est une vraie valeur ajoutée décidément.

 

Les points (vaguement) négatifs :

  • Ça n’a pas grand chose à voir avec le patron lui-même mais je ne suis toujours pas convaincue par la taille froncée pour les filles faites comme moi, ça m’épaissit plus qu’autre chose hélas. En général ce qui me va bien ce sont les tailles très marquées.
  • C’est toujours une question de goût mais je ne la trouve pas assez ajustée : cette robe est visiblement prévue pour être un chouïa loose, contrairement au patron de la robe Belladone qui lui a l’air très près du corps… Bref une prochaine fois je couperai tout en 42 au lieu de passer en 44 à la taille, mais pour Belladone je respecterai en revanche les tailles indiquées.
  • J’ai chopé un tissu en 140 de large donc j’ai suivi les indications et j’en ai pris 2 m… Et au final en respectant le plan de coupe il m’en reste 40cm, pas bien grave mais comme je me suis offert un tissu un peu cher pour l’occas’ je me dis que j’aurais pu économiser quelques euros si j’avais su (oui, j’ai le porte-feuille en peau de hérisson parfois).
  • Contrairement à ce que j’ai lu un peu partout j’ai dû faire quelques retouches sur ma toile. Je mets ce détail dans les points négatifs mais en réalité ça n’en est pas un, je le précise juste car la réputation « rien à retoucher » peut faire du tort mine de rien : un patron sans rien à retoucher du tout je ne pense pas que ça existe à moins de faire très exactement une taille standard, si vous la cousez il est donc parfaitement naturel d’avoir à faire quelques petits ajustements pour obtenir un résultat parfait. C’est d’ailleurs pour ça qu’Éléonore conseille de faire une toile, ce que je trouve indispensable quand on veut faire du bon boulot.

 

Bref, quand on voit le mal que s’est donné Éléonore on a envie de bien faire les choses à son tour, j’ai donc suivi tous ses conseils à la lettre, pris avec soin mes mesures (aïe, je suis passée direct d’un 38/40 parfois 42 chez Burda à un vrai 42/44, ça piquote), fait une toile avec mon habituel tissu d’ameublement gratos (cadeau d’une copine de ma madre, j’en ai environ 30 m, de quoi voir venir donc). Celle-ci tombait quasiment parfaitement d’office, un vrai plaisir. J’ai tout de même modifié légèrement la ligne des épaules car l’encolure baillait un peu à ce niveau, j’ai aussi repris le buste et la taille d’un cm afin qu’elle soit un peu plus ajustée. Je vous montre les photos de la chose, bien que celle-ci soit dans un tissu en carton, donc moyennement flatteuse. Non, vous ne rêvez pas, j’ai même testé la parmenture. Quand j’vous dis que j’ai fait les choses dans les règles !

Après ça la version finale a été une partie de plaisir, enfin dès que j’ai récupéré une machine à coudre, la mienne m’ayant laissée en rade (elle est actuellement chez le réparateur). je me suis régalée avec ce tissu trouvé  au Chien Vert à Bruxelles : la qualité de tissage du Liberty sans en être (je refuse d’acheter des tissus vendus à des prix aussi exorbitants, plus par principe que par radinerie en fait), un imprimé bien pêchu comme je les aime, le tout pour 12€ le mètre… Cher par rapport à mes fournisseurs habituels, disons que c’est un craquage exceptionnel. J’ai particulièrement pris plaisir à centrer le motif en losange pour la patte de boutonnage, ce qui m’a permis de coudre mes petits boutons en gardant un côté très géométrique. La perfection se cache dans les détails vous dis-je.

J’ai pris mon temps, soigné les finitions, cousu la parmenture à la main à points invisibles vraiment invisibles (ça n’est pas toujours le cas)… Ça m’a pris un certain temps, plus que ce que je pensais, mais le résultat en valait le coup je trouve.

Encore une fois, merci à Mélanie, ma coloc/photographe/cascadeuse…

Vais-je la coudre à nouveau ? Oui et non : je vais garder tout le haut, la longueur, la fermeture éclair sur le côté, mais je vais changer la forme de la jupe afin d’éliminer les fronces. J’ai hâte de me mettre à cette seconde version, reste à trouver ZE tissu idéal car mon copain regrette que je n’aie pas dans ma penderie de tenue plus classique : il me manque en effet la soi-disant indispensable petite robe noire, qui sera plutôt bleue marine ou marron foncé pour moi.

Vais-je résister à la tentation d’égayer le tout avec des boutons funky ? That is the question…

16 Commentaires

  • 1
    4 octobre 2012 - 9 h 02 min | Permalien

    Grr je savais pas que le patron était épuisé…

    Bouh je n’ai plus qu’à attendre le réassort’, en tout cas ta robe est très jolie (mais c’est vrai qu’elle paraît loose, peut-être à cause du tombé du tissu) ; elle ne ressemble pas tout à fait à d’autres que j’ai pu voir.

  • 2
    4 octobre 2012 - 9 h 58 min | Permalien

    Merci Saki pour cet article détaillé.

    J’ai fait la Sureau en lainage en guise d’essai parce que j’ai la flemme de faire une toile mais tu as raison, il faut ajuster, un peu, le patron sur soi pour avoir la presque perfection. Ce sera pour la prochaine Sureau.

    Tu as raison aussi de dire que ces patrons c’est du très bon boulot.

    J’ai fait Airelle aussi, déjà deux fois en deux tailles différentes et elle est jolie dans les deux cas. J’ai acheté tous les patrons sauf Bleuet et je me sens coupable, pauvre Bleuet, qu’est-ce que je lui reproche, hein!

    Bref, Merci à toi et merci à Deer & Doe.

  • 3
    4 octobre 2012 - 10 h 00 min | Permalien

    Très sympa cette petite robe et très joli tissu !

    Pour le fit, effectivement j’ai l’impression que c’est un peu large à la taille, à mon avis prendre un 42 partout aurait été nickel et du coup plus flatteur (même si telle quelle je la trouve vraiment sympa sur toi !). Je pense aussi que le tissu très fluide joue sachant qu’elle est plutôt conçue pour des tissus un peu plus épais :) (cotonnade, chambray, lin léger, lin-coton, denim). Peut être en doublant la jupe du coup ?

    Tu vas rire mais j’aime aussi beaucoup le rendu de la toile comme ça en blanc ^^, et c’est marrant mais on dirait qu’elle est plus ajustée ! (peut être la différence de raideur du tissu ?)

    Enfin pour la quantité de tissu, allez je m’explique ;) , comme tu t’en doutes elle est calculée sur la taille la plus grande c’est à dire le 46, ce qui fait qu’effectivement les plus petites tailles risquent de parfois se retrouver avec un peu de rhab :) (parfois salutaire si on se trompe ^^)

  • 4
    saki
    4 octobre 2012 - 10 h 10 min | Permalien

    Paulette merci, en fait j’aime bien l’idée que ma version ne ressemble pas aux autres, comme Nessie et toi l’avez dit le tissu assez fin joue certainement sur le rendu.

    de Vos je suis comme toi à priori moins convaincue par Bleuet, enfin je j’étais jusqu’à ce que je vois la version de Zibusine qui est tout simplement extra, portée de façon plus décontractée elle est tout de suite nettement plus dans mes goûts et a surtout l’air très très flatteuse.
    http://panachronodactylopee.com/2012/09/bleuet-ma-chouchoute/

    Nessie merci ! La prochaine fois en effet je ferai du 42 à la taille, tu as raison, mais telle quelle je l’aime vraiment bien ainsi finalement, je ne pense pas la retoucher, elle me fait me sentir comme dans mes robes de petite fille quand je ne me souciais absolument pas d’avoir l’air fine.
    La toile est effectivement très très raide mais en effet dès que je l’ai enfilée je me suis dit que ce projet allait décidément bien se passer…
    Pour la quantité de tissu ça explique bien des choses, et en effet avoir un peu de rab’ peut aider parfois, c’est juste que si j’ai craqué sur du tissu chérot c’est ta faute, enfin celle de ton patron : j’avais trop envie de la soigner et de la réaliser dans une matière aussi agréable à travailler !

  • 5
    4 octobre 2012 - 11 h 50 min | Permalien

    Super jolie! Ton souci de tout faire dans les règles de l’art me donne envie d’en faire autant mais le passage par la toile me rebute un peu quand même, je ne suis vraiment pas un modèle de patience. Peut être cette fois-ci… Qui sait ;)

  • 6
    4 octobre 2012 - 14 h 48 min | Permalien

    c’est une jolie robe dans un joli tissu .Je trouve que la toile ,enfin une version unie est élégante.oui c’est bizarre mais j’ai un goût de coeur pour la toile .

  • 7
    4 octobre 2012 - 15 h 01 min | Permalien

    c’est marrant mais je vous préfère dans la version blanche aussi ! Les 2 versions sont vraiment très sympas, et vous la portez drôlement bien… (mais pourquoi j’ai cliqué sur le lien des patrons, pourquoi…la robe bleuet, oh pétard la bleuet… ;)

  • 8
    4 octobre 2012 - 18 h 20 min | Permalien

    Je suis assez d’accord, j’adore le haut, mais je ne l’ai pas commandé à cause du bas… Cela viendra sans doute, j’ai confiance en cette petite marque!

  • 9
    saki
    5 octobre 2012 - 11 h 37 min | Permalien

    Élise, franchement j’étais comme toi et depuis que j’ai découvert le confort qu’apporte la réalisation d’une toile au préalable j’ai complètement retourné ma veste : ok ça prend plus de temps, mais une fois cette étape passée la couture de la version finale est tellement plus agréable ! Et là plus aucun risque de mauvaise surprise.

    Noecassandre et Le papillon, à force je commence à la regarder moi aussi avec un œil neuf cette toile…. Je viens d’ailleurs de récupérer un tissu uni (gris cette fois) pour la prochaine version, qui aura un peu plus de tenue aussi. Merci pour vos précieux avis !

    Fanny, j’espère bien te convaincre bientôt avec la seconde version en préparation, cette fois sans fronces donc !

  • 10
    Carolina
    18 octobre 2012 - 9 h 29 min | Permalien

    Bravo! En effet l’encolure de mon essai en calicot baille aussi….comment as-tu faisour retoucher la ligne de epaules? Je vais aussi devoir rallonger le tout buste + jupe parce que je suis trop grande pour le patron je pense ( 1,77m) mais…ou rallonger alors….je suis un peu perdu.

    • 11
      saki
      18 octobre 2012 - 9 h 48 min | Permalien

      Bonjour Carolina,
      Sur le site Deer&Doe Eléonore organise un sew along sur le modèle Sureau justement, donc dans les semaines à venir elle donnera toutes les explications pas à pas.
      Pour rallonger en longueur pas de souci, tu fais ça en bas de la jupe tout simplement (là où se trouvent déjà les différentes longueurs proposées selon les tailles). Pour le buste je t’avoue que c’est difficile à expliquer comme ça, déjà est-ce que tu es certaine que tu en as besoin ? Ce que je veux dire par là c’est : est-ce que ta robe est simplement trop courte, ou bien est-ce que tu trouves que la ligne de taille est vraiment trop haute pour ton bustes ?
      Il faut savoir que ce modèle a volontairement une taille très haute. Bref si c’est juste un souci de longueur pas besoin de toucher au buste, rallonge simplement la jupe. Sinon je te conseille plutôt d’écrire directement à Eléonore sur le site de D&D, c’est elle quis aura le mieux te conseiller.

      En ce qui concerne le tissu c’est difficile de te donner mon avis sans voir et toucher le tissu, désolée mais sur ce coup je peux difficilement t’aider. Idéalement il te faut un tissu fin, souple, mais ayant tout de même un peu de tenue et un joli tombé fluide. Du velours peut faire l’affaire mais il en existe tellement de sorte que je ne peux rien te garantir.

      Pour l’encolure par contre je peux t’expliquer en gros le truc : enfile ta toile et demande à quelqu’un de venir te filer un p’tit coup de main, ce sera plus simple te juste ainsi. Sur moi l’encolure baillait pour deux raisons : la ligne d’épaule n’était pas adaptée, et je pense que la finesse excessive de mon tissu n’aidait pas.
      Pour le premier point il suffit de pincer ta toile au niveau de la ligne de couture sur l’épaule, du côté qui baille c’est à dire la découpe du col et ce jusqu’à supprimer l’excédent de tissu à ce niveau. la personne qui t’aide doit alors placer délicatement (pour ne pas te piquer) des épingles tout le long de la ligne d’épaule (la partie modifiée doit rejoindre l’autre côté de la couture, au niveau de l’emmanchure, qui elle à priori n’a pas été touchée) en modifiant de la même façon les deux épaules. Tu vérifies bien qu’ainsi le tombé te convient, avec un stylo ton aide peut alors tracer les modifications directement sur le tissu de ta toile, après à toi d’en tenir compte pour ta version définitive.

      Pour cette première robe je n’ai rien fait pour modifier la finesse de mon tissu, mais pour la suivante (que j’espère prendre en photo bientôt), j’ai ajouté un entoilage pour donner plus de tenue et ainsi c’est absolument parfait. Attention, il vaut mieux fixer l’entoilage sur la parmenture, pas sur le tissu extérieur, ainsi le résultat est plus propre.

      Bonne couture !

  • 12
    Carolina
    18 octobre 2012 - 9 h 31 min | Permalien

    Ah oui j’ai deux très beau morceaux de velours côtelé assez fin….vous en pensez quoi pour la sureau?

  • 13
    6 novembre 2012 - 20 h 53 min | Permalien

    « Corriger la ligne d’épaule », voilà la phrase que je cherchais… Je crois que c’est ce qu’il me manque ! Et quand je vois ta robe, elle est moins décolletée que mes sureaux. Pour cette modif’, tu as juste rabaissé de quelques cm la hauteur des épaules devant c’est ça ?
    D’avance merci ;)

    Et cette coupe te va bien, moi je l’a trouve flatteuse, et même avec du blanc

    • 14
      saki
      7 novembre 2012 - 9 h 40 min | Permalien

      Merci ! Pour la ligne d’épaule c’est exactement ça, mais ma correction a été très légère : 0.5cm sur la pièce avant et a même chose sur la pièce dos, soit 1cm en moins en tout.

  • 15
    18 novembre 2012 - 21 h 21 min | Permalien

    Qu’est-ce que je me suis retrouvée dans ton « pavé » : mes seins qui rentrent grâce aux fronces, la perte de temps due à la toile transformée en gain de temps tellement on est plus zen quand on coud la « vraie », l’amplitude des tailles (ras le bol du S/M/L et des trucs qui taillent riquiqui !)…

    Idem que toi, j’ai dû corriger la ligne d’épaule, mais je me rends compte que c’est sur chaque patron que je dois le faire.

    Alors si Nessie passe par là : merci encore, c’est vraiment un bonheur de coudre tes patrons et que ton succès soit faire pour durer (ce dont je ne doute pas tellement tu fais les choses bien !)

    • 16
      saki
      18 novembre 2012 - 22 h 08 min | Permalien

      Théa, nous sommes tout à fait d’accord : bravo Nessie !