Doute, je crie ton nom !

Il existe un concept de robe ravissant et amusant à la fois : l’infinity dress…

Le principe est simple : une jupe en jersey, une ceinture, deux longues bandes cousues en un temps record par-dessus et zou, il n’y a plus qu’à s’amuser et nouer le tout de dizaines de façons originales et charmantes.
Mouais, ça c’est l’idée de base, mais la réalisation s’est avérée nettement moins drôle pour moi car même si sur les copines de t&n je trouve le résultat extra (nous avons organisé un sew along sur ce thème) je me suis de mon côté pris la tête comme rarement à essayer de trouver une façon de porter la bestiole en question.

Pour résumer : infinity dress 1, Saki 0 !

Il faut dire que j’ai cousu une version d’essai, c’est à dire un peu bidouillée pour utiliser le moins de tissu possible, le tout dans un coupon qui trainait et pas dans le très joli tissu de meilleure qualité acheté en vue de la version finale ; ça joue sans doute dans le rendu et donc dans mon arrachage de cheveux. Toujours est-il que lorsque l’on a une poitrine conséquente ce modèle n’est pas forcément facile à porter de façon pudique et élégante. J’ai fini par laisser tomber le côté robe et le remonter en top, je dois reconnaître que le fait de pourvoir le nouer de moult façons est assez ludique malgré tout, enfin quand on a le temps et l’énergie nécessaires.

Me voici face à un dilemne pour le moins cornélien : laisser tomber purement et simplement et utiliser mon superbe tissu en réserve pour me coudre quelque chose de moins risqué ou bien tenter le tout pour le tout, croiser les doigts et espérer que ma prochaine tentative d’infinity dress soit couronnée de succès… La suite dans un prochain épisode de votre feuilleton « amour, gloire et jersey » !

Viscose moutarde de chez Sacrés Coupons, montage intégralement réalisé à la surjeteuse en moins de deux heures, dessin du patron compris. Merci à Loris pour les photos ! Je tiens à préciser que lors de cette pseudo séance photo j’avais droit à une sacrée crise d’allergie, d’où le pif rouge, les yeux larmoyants à souhait et sans doute la grosse crise de désespoir au moment de nouer ces fichues bandes de jersey…

13 Commentaires

  • 1
    24 mars 2012 - 11 h 12 min | Permalien

    En top, elle te va très bien, j’aime beaucoup la façon dont tu la porte sur la deuxième photo :)

  • 2
    24 mars 2012 - 11 h 33 min | Permalien

    Sous forme de top, c’est très sympa aussi, et tes idées pour le nouer sont vraiment originales et sophistiquées. J’ai une robe de cette base, en rouge flashy avec une bande beige dans le bas et c’est vrai qu’elle est très difficile à porter… Mais tout en jersey, le confort est optimal!

  • 3
    24 mars 2012 - 17 h 08 min | Permalien

    J’aime beaucoup ton infinity top, surtout la dernière photo! Alors, oui, je le tenterai avec le beau tissu…

  • 4
    25 mars 2012 - 20 h 28 min | Permalien

    C’est un patron très original ! Le jersey viscose, c’est sûr, ça épouse toutes les formes ! Mais ça te va bien ;-) Par contre c’est plutôt sexy c’est sûr !

  • 5
    saki
    25 mars 2012 - 22 h 23 min | Permalien

    Bon bon bon, je suis faible, je vais suivre vos conseils et me faire cette fameuse version longue et définitive finalement, enfin dès que j’aurais le temps de m’y mettre… !

    Gigette c’est aussi mon nouage préféré pour l’instant figure-toi, j’ai remonté la ceinture en guise de bustier et ça passe déjà mieux comme ça.

    Blanche-neige il faut nous la montrer cette robe bicolore ! Effectivement niveau confort c’est assez chouette, même si le côté saucissonné surprend au début.

    Weriem il faut dire que j’ai triché : pour la dernière photo j’ai supprimé l’image de profil qui donne l’impression que je suis enceinte de triplés… C’est un modèle génial quand on attend un heureux évènement qu’on se le dise !

    Fanny, sexy est le mot juste, en fait appelons les choses par le nom, c’est une robe bondage ! Non seulement on s’amuse à faire des nœuds dans tous les sens pour que ça tienne mais en prime chéri n’a plus qu’à défaire le paquet cadeau pour nous déshabiller, tu m’étonnes que ce modèle ait du succès !

  • 6
    Mélanie
    27 mars 2012 - 9 h 34 min | Permalien

    je suis contente que tu ai testé ce modèle, à force de le voir j’avais vraiment envie de le faire aussi… ce qui me rebute c’est la quantité faramineuse de tissu qu’il faut, et puis le fait que quasiment toutes les manières de nouer excluent le port d’un soutien gorge… (à moins de tester les espèces de « coques » couleur chair sois-disant auto-collantes qui remplacent les soutifs…)
    je me demandais, est-ce que d’après toi on pourrait faire la jupe en tissu non extensible (fluide quand même) et les bretelles en jersey? ça permettrait d’avoir plus de choix dans les tissus… du coup ça ferait une couleur pour le bas et une pour le haut, mais si on trouve des couleurs qui vont bien ensemble…

    • 7
      saki
      27 mars 2012 - 10 h 23 min | Permalien

      Mélanie le souci pour la jupe non-élastique ce serait l’enfilage : il te faudrait obligatoirement ajouter un système d’ouverture, ce qui est faisable mais complique un modèle simplissime à la base.
      Tu peux effectivement choisir de faire un jupon à taille élastiquée mais ça rajouterait des plis à la taille.

      En prime financièrement ce ne serait pas forcément intéressant : le jersey ne coûte pas cher, selon les fournisseurs et la qualité du tissu j’achète le mien entre 2 et 5€ le mètre… Je fais ma chochotte avant de couper dans mon beau coupon turquoise de 5 m mais même si j’utilise la totalité (ce dont je doute, même si je veux une version ultra longue) cette robe ne m’aura coûté que 25€, pas donné certes mais tout de même tout à fait acceptable.

  • 8
    27 mars 2012 - 17 h 49 min | Permalien

    Je trouve que sur la dernière photo c’est très joli! Sinon je sais pas trop pour le reste, ce modèle me laisse toujours un peu perplexe en fait…. Mais ça à l’air super agréable à porter et je trouve que ça te va bien

  • 9
    28 mars 2012 - 8 h 06 min | Permalien

    C’est très joli en tout cas
    J’ai le même problème que toi niveau poitrine c’est pour ça que je ne me suis pas lancée dans cette robe, peur de ne pas pouvoir la porter vraiment, et vu qu’elle est quand même gourmande en tissu….

  • 10
    28 mars 2012 - 22 h 43 min | Permalien

    Patate tu as trouvé le mot : perplexe moi aussi je suis (comme dirait mon pote jedi)

    Bisoudoudou nous sommes bien d’accord… C’est pour ça que je me dis que le plan soutien-gorge sans bretelles + bustier « tube » cousu dans le tissu de la robe devrait quand même bien arranger les choses.
    Pour le côté métrage de tissu il y a moyen d’économiser mine de rien : Zibusine est très contente de ses bandes qui ne font 1.5 fois sa taille mais 1 fois seulement, on peut aussi préférer ne pas tailler la jupe en cercle mais en panneaux bien calculés.

  • 11
    30 mars 2012 - 11 h 16 min | Permalien

    J’aime beaucoup la 2ème et la dernière photos ! Donc je voterais pour une future version turquoise …
    J’aimerais bien m’en faire une (j’ai une micro poitrine donc le non-soutien gorge ne me fait pas peur … ), mais je n’ai malheureusement pas de surjeteuse, alors ces mètres de jersey à coudre me refroidissent un peu ! Tu as cousu comment : surjeteuse ou aiguille double pointe ?
    En tout cas, j’aime bien ton prototype, j’espère bien la voir un jour en version longue !!!

    • 12
      saki
      30 mars 2012 - 11 h 34 min | Permalien

      Tatihou justement il n’y a quasiment aucun couture !
      Enfin pour cet essai si car j’ai bidouillé ma jupe en plusieurs panneaux mais la verison la plus commune se fait avec une jupe soleil, donc un rond avec un rond au milieu et pas de couture de côté.
      Ensuite on coud sur le petit rond de la taille une bande en guise de ceinture, puis encore 12 cm environ pour rajouter les bouts dans deux bandes. Le plus long c’est la découpe, on peut laisser les bords à cru… Une ou deux heures chrono vraiment, avec un point zig-zag ou élastique c’est un poil plus long qu’à la surjeteuse mais franchement ça reste raisonnable.
      J’ai utilisé ma surjeteuse pour le montage puis l’aiguille-double pour l’ourlet du bas.