Testé et approuvé

C’est la … Oui, c’est bien la quatrième fois que je couds ce modèle, tout simplement parce qu’il est parfait quand on a un peu de jersey sous la main et envie de faire quelque chose de rapide, confortable et franchement mignon. A noter tout de même : ce patron taille très grand je trouve, je le fais systématiquement en 38 mais j’envisage de le faire en 36 la première fois, c’est dire !

J’ai donc la joie et l’honneur de vous présenter la dernière version en date : un joli haut  court, jaune moutarde, en jersey assez épais dégotté à vil prix (2 roros le mètre) dans une petite boutique Bruxelloise. L’essentiel de mon métrage est destiné à un t-shirt à manches longues, déjà découpé et que je monterai une fois de retour à Bobigny où m’attend ma surjeteuse bien-aimée. En attendant j’avais tout de même envie de coudre ce petit haut taillé dans ce qu’il me restait de tissu.

Problème majeur : sans surjeteuse ou aiguille jumelée le jersey c’est la galère ! Solution : prendre son temps, utiliser une aiguille spéciale jersey mais aussi le point zig-zag pour assembler et faire une espèce de surjet sur les bords. Le moment réellement délicat aura comme d’habitude été les ourlets, qui gondolent beaucoup trop quand on les fait directement. J’ai donc utilisé un biais en jersey en guise de parmenture, ce qui donne un résultat plus propre, y compris sur l’envers, même si ce n’est pas aussi impeccable qu’avec mon matériel habituel.

Patron n°120 du magazine Burda de janvier 2011.

7 Commentaires

  • 1
    4 novembre 2011 - 9 h 06 min | Permalien

    Eh bin dis donc, pour des finitions « pas aussi impeccable que d’habitude », moi je trouve ça franchement nickel !
    En tout cas ce petit haut te va super bien (aussi bien que les autres !), et j’aime beaucoup la couleur !

    • 2
      saki
      4 novembre 2011 - 10 h 00 min | Permalien

      Merci Mistinguette ! Disons que quand on s’est habitué à utiliser une surjeteuse et une aiguille jumelée pour coudre le jersey, devoir s’en passer est un chouïa frustrant, d’où le soin apporté pour compenser. Ca n’est pas plus mal de se rappeler qu’on n’a pas besoin d’un matériel de folie pour bosser ce type de tissu.
      Ceci dit j’ai hâte de me mettre à l’autre t-shirt dans ce même tissu, cette fois avec le matos qui va bien.

  • 3
    4 novembre 2011 - 11 h 23 min | Permalien

    Juste une question, peut être un peu naive : ton bais de jersey, tu l’as taillé dans un reste de tissu, ou ça s’achète? J’en ai jamais vu en magasin, mais vu que j’habite dans la cambrousse profonde….

    • 4
      saki
      4 novembre 2011 - 12 h 02 min | Permalien

      En fait je n’ai pas été très claire, désolée. Je parle de biais jersey en référence à ce super tuto de Nessie pour T&N. J’utilise en fait une simple bande de jersey découpée dans mes restes de tissu, elle fait la largeur d’un biais mais est coupée sans tenir compte du sens du fil car avec ce type de tissu ça ne fait pas de différence notable, du moins pas pour cette utilisation précise.
      Pour la pose en guise de parmenture je fais comme dans ce tuto vidéo.

      Quand on travail le jersey, la technique du biais jersey je trouve que c’est vraiment du pain béni ; je ne remercierais jamais assez Nessie pour ce tuyau déjà utilisé plusieurs fois dans d’autres projets !

  • 5
    6 novembre 2011 - 16 h 55 min | Permalien

    Coucou Saki ;)

    Je vois que tu es bien productive ^^ très chouette ce petit haut jaune, comme la dernière jupette à volants et celle à basque (canon !)

    Et chapeau pour la couture du jersey sans aig. double ni surjeteuse, moi je fais du travail cracra sans, mais c’est parce que je ne suis pas patiente pour un sou.

    • 6
      saki
      9 novembre 2011 - 0 h 58 min | Permalien

      Chouette, une Eolune par ici ! En effet j’essaie de m’y remettre après un p’tit passage à vide, je suis contente que mes derniers trucs te plaisent en tout cas !