Archives du tag: Vaux-le-Vicomte

Superbe journée

J’en cause depuis un moment déjà, la fameuse journée Grand Siècle de Vaux-le-Vicomte a eu lieu aujourd’hui et je vais enfin cesser de vous casser les pieds avec ça. Pour info c’était topissime !

Sans plus tarder voici les photos prises avec les amis qui m’ont accompagnée pour l’occasion. Mis à part l’écossais de service, les deux autres dû louer leurs costumes car je les ai un peu prévenu au dernier moment, il n’ont donc pas eu beaucoup de choix en la matière (mais l’an prochain nous avons prévu de mieux nous débrouiller).

Je porte donc une robe à l’anglaise, enfin plutôt un bustier, une jupe et une sur-jupe cousus à partir d’un patron acheté sur le site Nehelenia Patterns, le bonnet blanc est maison, j’ai même fabriqué le chapeau de paille en suivant ce tutoriel. Malheureusement je n’ai pas trouvé de dessous de table, j’ai donc acheté de la paille tressée et collé du biais sur les contours, ce qui ne fait pas très propre quand on regarde de près mais passe finalement assez bien de loin. Mis à part quelques méchants coups de vent l’ensemble a bien tenu sur ma p’tite tête et j’étais plutôt contente de l’effet général : je me doutais qu’il y aurait beaucoup de marquises recouvertes de nœuds, fleurs et rubans, bref pleines de falbalas dans lesquels j’avais du mal à m’imaginer, j’ai donc volontairement fait dans la sobriété. Au programme donc une tenue sans prétention mais soignée, un simple collier de vraies perles (que je tiens de ma grand-mère), un petit panier en rotin pour transporter des douceurs à grignoter tout au long de la journée. Je ne me suis à aucun moment sentie déguisée ou encombrer, j’étais bien dans ma tenue, un vrai plaisir !

Avant d’aller voir les différentes animations nous avons commencé par un déjeuner sur l’herbe qui, sans être aussi stylé que certains autour de nous, avait tout de même de la gueule. Les assiettes et verres en plastique faisaient assez réalistes, l’argenterie elle était tout à fait réelle, le vin était servi en carafe et nous avions taché de mettre les petits plats dans les grands.

Le vrai problème c’est que c’était trop bien , j’avais prévu de ne participer qu’une fois à cette journée « pour voir », pour le défi personnel et basta…. Mais me voila accro : j’en ai pris plein les mirettes toute la journée, car même s’il y avait pas mal de visiteurs non-costumés et d’autres dont les tenues étaient au mieux hors sujet (Jack Sparrow quoi…. Y’en a marre de ce manque total d’imagination dans le choix du costume) au pire très cheap (le polyester satiné rose quasi fluo  fait bien des ravages !), une bonne partie des tenues était bluffante, magnifique, à tel point qu’il m’a fallu me contrôler pour ne pas sauter sur des gens pour observer de plus près les finitions de folie ou palper les tissus somptueux. Bref, me voila mordue, rendez-vous est déjà pris pour l’an prochain !

J-2

Le jour J se rapproche,

il était temps que je me couse une coiffe afin de cacher ma coupe de cheveux absolument pas XVIIIème siècle. Le patron est maison, je vais tacher de pondre un petit tuto un de ces jours, des fois que ça tente quelqu’un pour un costume.

Le tissu vient d’une vieille chemise de Monsieur… un projet couture qui me coûte 0€ et moins d’une heure de travail ça fait toujours plaisir, même si clairement je ne vais pas avoir l’occasion de porter ce bonnet très souvent.

Le cadeau bonus c’est que je m’attendais à devoir bloquer le tout avec des pinces afin que ça tienne sur ma p’tite tête alors qu’en fait la forme est nickel. Ça ne bouge pas, un vrai bonheur !

Recherche Mojo désespérément….

Mon Mojo c’est un gros mélange d’inspiration, de motivation, de confiance en soi et d’énergie.

Quand tout va bien, j’ai l’impression que je peux déplacer des montagnes, comme par exemple faire des finitions impeccables en couture ou tricoter un pull en jacquard en une semaine. Le plus fou étant que parfois j’y arrive ! Mais de temps en temps ce salopard se fait la mâle, ça commence généralement par un projet raté, qui entraîne forcément une bonne dose de découragement, qui se transforme en trouillomètre à zéro à l’idée de me planter à nouveau, et vlan, je sombre dans l’auto-dénigrement facile.

Ça c’était au début, quand je ne connaissais pas la chanson… Maintenant que j’ai pris un peu de bouteille je sais qu’il suffit d’une petite réussite pour inverser la vapeur. Voila qui est fait, puisqu’après une petite période de remise en question I’m back in bizness baby ! Sans plus tarder voici les premières photos de ma robe à l’anglaise, sur Gisette mon mannequin bien-aimé puisque j’attends la Journée Grand Siècle pour faire une séance de pose digne de ce nom.

Au programme donc une jupe super large ceinturée à la taille afin de donner un maximum de volume et une sur-jupe avec moult plis pour ajouter encore un peu d’ampleur, le tout coupé dans un tissu un peu cheap mais qui fait bien la blague trouvé chez Stop Tissu (puis vu le métrage nécessaire je pouvais difficilement y mettre plus de 2€ le mètre).

Pour me récompenser des économies réalisées pour la jupe j’ai eu l’idée sotte et grenue d’aller jeter un œil sur le magasin Degille dont on m’avait pas mal vanté les mérites, et comment dire … Il y a une foule de jolies choses en effet, mais bon sang ça n’est pas donné ! J’ai tout de même craqué pour 1 m de de tissu violet à rayures ton sur ton (incroyablement difficile à prendre en photo d’ailleurs). Le patron de ce bustier est une vraie merveille à coudre : très bien coupé, agréable à assembler et à porter, flatteur…. Tout pour me plaire donc.

Dommage que Gisette n’ait pas le décolleté ad hoc, ça rend forcément moins bien sur elle.

Vous voudrez bien excuser ces photos épouvantables, j’ai rarement eu une aussi mauvaise lumière dans l’appartement.