Archives du tag: top

Un p’tit haut et deux bonnes nouvelles

Cette semaine j’ai cousu….

Mais alors vraiment, j’ai même une blessure de guerre pour le prouver (et ouais, une grosse ampoule à la bas du pouce, obtenue suite à un usage abusif de mes ciseaux de couture). Mais je vous montrerai l’essentiel de ma production une autre fois, aujourd’hui ce sera juste un petit top cousu vite fait hier soir, parce que j’avais besoin d’un projet fastoche et rapide.

lire la suite »

Lui et moi

Je n’aurais pas résisté bien longtemps à l’appel du col bénitier…

Celui pour ma frangine à peine fini, j’ai fouillé rapidos dans mes bons vieux Burdas, recopié le t-shirt n°130 du numéro de septembre 2012, et essayé de faire tenir toutes mes pièces dans ce mini coupon de joli jersey récupéré dimanche lors de la trocante (qui était fort sympatoche, merci encore à toutes !).

J’ai dû réduire la longueur des manches, celle du corps, et en fait la manche gauche a été coupée en 2 morceaux faute de métrage, mais je l’ai, je l’aime, il est doux, léger et un peu transparent. Je conseille vraiment ce patron très simple, au joli tombé et qui pour une fois taille parfaitement (j’ai cousu un 40, il me va nickel)… Je sens qu’il va avoir des p’tits frères tiens.

Que dire d’autre ? Qu’il faut absolument que vous regardiez cette vidéo. Il s’agit d’un slam superbe, in english mais avec des sous-titres. Le gars s’appelle Neil Hilborn, souffre de TOC et est tombé amoureux.

Image de prévisualisation YouTube

[Tuto] Let’s swim again

Nous y voila…

Le troisième essai aura été le bon (quoi que décidément j’adore porter mes versions 1 et 2), mon patron fonctionne, il est temps de refiler le bébé à celles que ça tente de le coudre ! Cette fois les pans arrières se recouvrent complètement sur le haut du dos nageur, ce qui donne une meilleure tenue. Un p’tit conseil comme ça en passant : évitez les jersey qui se tiennent trop bien, la fluidité va mieux à ce petit haut, à moins de rajouter des pinces sur l’avant pour mieux marquer la poitrine (celui-ci vient de chez berger à Bruxelles).

Comme pour les autres « épisodes » de mon défi T’ (1, 2, 3 et 4), j’ai détourné un patron basique chopé dans le mag’ Burda de février 2011, mais n’importe quel modèle de t-shirt de même forme convient. Les bords du dos et l’ourlet ont été roulottés à la surjeteuse mais on peut les finir au biais jersey ou avec un parement. De même j’ai choisi de faire un col en V souligné par un parement d’encolure (comme les emmanchures d’ailleurs), mais pour une version à col arrondi on peut tout à fait bosser au biais à la place. Ou carrément tracer une parementure en plus… À vous de voir donc. La bonne nouvelle du jour c’est que dans un élan de générosité j’ai dessiné un tuto dans le tuto, bref, lisez la suite et à priori le parement d’encolure en V n’aura plus de secret pour vous !

Le petit détail qui va bien : j’ai encore une fois recouvert mes pressions résine avec le tissu du débardeur, l’occasion idéale pour jouer avec les motifs rayés selon mon envie car il y a juste assez de jeu pour les bouger à volonté, tout en restant bien en place par la suite.

Place au traditionnel tutoriel de Tatie Saki :

Si vous cousez ce haut, n’hésitez pas à m’envoyer des photos ou un lien afin que je montre le résultat par ici !

Pas encore, petit scarabé…

Cornegidouille, tabernacle de bon sang de bois… Pour ne pas dire p….n de b….l de m…e de nom de diou !

J’espère que vous n’attendez pas avec impatience mon tuto de dos nageur ouvert, parce que je dois encore le retoucher : comme vos yeux perçant ne manqueront pas de le remarquer dans les photos suivantes, j’ai prolongé le haut du dos doublé, mais pas suffisamment, et le résultat est donc…. perfectible dirons-nous. Mais ne vous lamentez point, je vous en conjure : après un p’tit week-end en amoureux à Copenhague, je m’y remets, promis !

À noter tout de même : j’ai troqué mes habituelles finitions au biais jersey par un parement d’encolure en V, puisque justement j’avais cette fois envie d’une encolure en V. Cette technique est tellement simple que ce serait dommage de s’en priver, à refaire donc…

Soyez sages en mon absence !