Archives du tag: sac

Persévérance, je crie ton nom !

Ce sac, je l’aime d’amour !

Dommage qu’il ne soit pas pour moi mais pour une amie… pas grave, je m’en f’rai un autre ! En attendant voici ce qu’il y a à savoir sur Little Foksa.

Pour commencer, il est moins simple à coudre que sa taille ne le laisse présager. Partie la fleur au fusil, comme en 14, je me suis retrouvée embourbée dans ma première version, qui a finalement été découpée afin de récupérer quelques pièces et jetée avec honte.

Pourquoi donc ? Parce que je n’avais pas vu que ce patron existait en englais, et que pleine d’arrogance je l’ai acheté en allemand , langue que je ne parle pas évidemment, en me disant qu’avec les photos des explications j’arriverais bien à piger le montage.

Las…. Il y a tellement d’options possibles que je m’y suis perdue, surtout que, pensant me simplifier la Life, je voulais coudre la version B. Celle-ci est bien plus simple, puisqu’il y a moins de pièce et pas d’insert zippé. Le souci étant que le tutoriel photo ne montre pas comment coudre le modèle B, mais le À, bien plus complexe, faute de piger la langue, je m’y suis lamentablement paumée.

J’ai donc recommencé à zéro, cette fois avec la version A et en suivant le pas-à-pas. Sans surprise, cette fois tout s’est bien passé.

Le montage est au final très simple : on assemble l’extérieur et la doublure du sac avec simplement les parties qui seront pliées en accordéons. Et ce n’est qu’une fois ce montage fini que l’on coud les parties internes, plaquées aux accordéons à l’aide de surpiqûres. Suffisait d’y penser quoi. Pour quelques photos du montage de la version B, va donc jeter un œil sur ce précédent post.

Pour ma prochaine version, je changerai juste la fermeture éclair pour une version avec deux curseurs, plus pratique à priori.

Que dire d’autre ? À part que ce patron est un p’tit bijou bien sûr. Son seul défaut est d’être trop petit pour pouvoir y glisser un livre de poche, mais on ne lui en tiendra pas rigueur puisque justement c’est son format mini « mais qui contient beaucoup » qui me botte tant.

 

Little Foksa

Ceci est mon troisième essai du sac Little Foksa.

Le premier a été un échec assez cuisant à cause d’un très mauvais choix de tissus (trop mous, trop épais) et de mon manque de compréhension du patron (acheté par erreur en allemand alors qu’il existe dans des langues que je comprends). Le second risque fort d’être réussi, mais il me manque du matériel puisqu’il s’agit de la version A, plus complexe, avec entre autres détails un insert zippé.

En attendant d’aller à la mercerie, j’ai eu envie de coudre la version B, plus simple, en guise de cadeau de fin d’année pour l’instit’ du Gremlin. Et dans la foulée j’ai ajouté un calepin pratique, un stylo orange fluo ainsi que des planches de stickers rigolos. Nous aimons beaucoup l’instit’ du Gremlin.


Ce patron est vraiment sympa, mais il a tellement d’options qu’on se perd un peu dans le tutoriel photo qui l’accompagne. J’ai donc pris quelques photos en passant afin de montrer plus clairement qu’elles pièces couper pour cette version précise. clique donc sur les photos pour les agrandir.

Note aussi ces quelques points importants :

  • Je conseille d’utiliser des tissus fins et ayant de la tenue, mais aussi de ne pas rechigner à utiliser le fer à repasser tout du long et faire de belles surpiqûres pour un résultat bien net.
  • La pièce 1 existe en deux versions, toutes deux sur la même pièce de patron. Pour la version A elle est longue, pour la B, comme ici, elle est un peu raccourcie. L’endroit où raccourcir est indiqué sur le patron.
  • La version B ne comprend normalement pas la partie avec les porte-cartes. J’avais envie de la mettre, mais cela signifie qu’une fois assemblée j’ai dû la recouper par endroits afin qu’elle corresponde à la taille de la pièce 6.

Le souci c’est que la version 2 presque finie sera offerte à une amie, mais aussi que le Gremlin m’a demandé d’en coudre encore quatre versions pour la directrice de son école ainsi que les dames de la garderie, qui se sont toutes merveilleusement occupées de lui au cours de ses années de maternelle (l’an prochain il entrera en primaire et devra leur dire au revoir). Mais donc, quand aurais-je le temps de coudre le mien de sac hein ? Je te le demande !

Handle me tote, troisième du nom

Bon, que dire de nouveau sur ce patron ?

J’ai déjà expliqué en long, en large et en travers pourquoi je l’aime et pourquoi je ne l’aime pas. on peut causer choix des tissus par contre : pour mes deux premières versions j’avais utilisé des tissus d’ameublement qui se tenaient vraiment bien ; ici j’ai commis l’erreur de prendre un tissu ligné fort joli mais beaucoup trop fin, en pensant que l’entoilage avec du molleton thermocollant compenserait. Et bah non. La tenue est meilleure évidemment, mais le tissu a désormais un aspect un chouïa gaufré au lieu d’être bien lisse, ça fait moins net.

À part cela j’ai fait mes modifications habituelles :

  • augmenté les marges de couture à 1 cm (6 mm c’est vraiment trop peu), puis surjeté les bords et cranté les arrondis
  • modifié la doublure afin d’y ajouter une bande qui ferme à ‘laide d’une grande fermeture éclair séparable
  • posé un encadrement en faux cuir autour de la petite fermeture à glissière de la poche intérieure
  • rajouté un fond en jeffytex ainsi que des pieds de sac

 

Malgré le petit souci de tissu pas très net, je l’aime vraiment beaucoup. Espérons que ce sera aussi le cas pour sa destinataire

Un jour, oh oui un jour, j’en coudrai un pour ma pomme.


Handle me (badly) tote

Ça faisait un bail hein…

Je ne promets pas que je suis de retour pour de bon, mais j’avais envie de montrer une série de trucs réjouissants cousus récemment. On attaque avec deux sacs Handle me tote, de la marque Je peux pas j’ai couture.

J’ai commencé par la version Star Wars, histoire de tester la bête ; et c’est ainsi que j’ai réalisé que

  • j’adore ce patron (sens de la mesure quand tu nous tiens)
  • j’ai horreur de cette marque

Mais pourquoi donc ? Quand j’achète un patron de sac somme toute assez simple (au lieu d’essayer de le tracer moi-même), j’ai un minimum d’attentes, dont le fait que je n’aurais rien à tracer moi-même par exemple. Mais aussi le plaisir de voir le style et sens du détail de la personne qui a conçu le patron. Certaines marques sont ainsi extrêmement agréables à coudre et d’autres me font sévèrement râler, comme c’est le cas ici.

Donc pour 7,80 roros (ce qui n’est quand même pas donné), on se retrouve avec un patron désagréable à suivre : aucun dessin technique, à la place il y a des photos dignes d’un tutoriel de blog, mais à mon sens pas d’un patron à ce prix. Pire, toutes les pièces ne sont pas dans le fichier, il faut en tracer trois soi-même. De plus les explications sont parfois insuffisantes (je m’en suis très bien tirée évidemment, mais pour un patron classé « débutantes » ça peut être un souci), et je déteste le fait que les marges, qui sont inclues, ne soient que de 6 mm, sans explication sur le surfilage etc. Le sac a beau être doublé, s’il est réalisé par une débutante dans un tissu d’ameublement qui s’effiloche facilement je ne donne pas cher de sa peau. J’ai donc rajouté encore 4 mm de marges afin d’atteindre le centimètre, puis surfilé les pièces et crantés les arrondis une fois ceux-ci cousus.

Ah, et le patron indique qu’il faut couper la pièce principale en deux parties, en miroir. Ça n’a aucun intérêt, à moins de vouloir créer un effet de chevron avec du tissu ligné. Surtout que la même pièce destinée à la doublure est elle coupée en un morceau, sur le pli. J’ai bêtement suivi la consigne pour ce premier sac et je déteste le fait d’avoir un bête couture inutile en plein milieu. On ne m’y reprendra plus, à moins de vouloir spécifiquement créer un effet de chevrons avec du tissu ligné.

Mais… malgré ces défauts j’suis fan du système de poignées et lanières, simple, élégant et très efficace. Et j’ai très envie d’en coudre encore au moins deux versions (dont une pour ma pomme).

Pour ma seconde version j’ai décidé d’ajouter un système de fermeture.

La créatrice conseille un bouton pression aimanté, mais après avoir regardé quelques versions avec ce système j’ai laissé tomber l’idée car je n’aimais pas ce que cela donnait. À la place j’ai modifié les pièces de la doublure afin d’ajouter une bande avec fermeture à glissière séparable, qui ne resserre pas le haut du sac et donc ne nuit pas à la ligne générale. C’est un peu plus long mais le rendu est topissime (je dis ça en toute modestie hein). J’ai aussi ajouté un « entourage » en faux cuir au niveau de la fermeture à glissière de la poche, dans la doublure.

Je conseille de réaliser les lanières et poignées ainsi que la bande contrastante en faux cuir épais, qui donne une excellente tenue. Sinon il faut un entoilage ad hoc, pas un truc tout léger. Idem, l’entoilage molletonné pour le corps du sac fait une vraie différence, tout comme le fait d’avoir un tissu un peu rigide pour la doublure. De plus j’ai ajouté un fond de sac dans un molleton rigide spécial avant de placer les pieds de sac, sans cela le fond se déforme un peu quand le sac est plein.

Reviendra, reviendra pas…. À un de ces jours si tout va bien !

ps: je suis beaucoup plus active avec mon compte Instagram Sakiko_Jones