Archives du tag: rose

Dolores is back !

Vous l’attendiez avec impatience …

… Ou peut être pas, mais comme vous êtes bien élevés personne ne va oser me contredire. Voici donc la cape cousue pour mon costume de Dolores Ombrage (vous n’avez pas la moindre idée de ce dont je cause ? Cliquez donc sur ce lien). Les très chouettes photos prises en jeu sont l’œuvre de Marc Arnaudy (merci m’sieur !), malheureusement il n’y en avait aucune sur laquelle on voyait bien le modèle, j’ai donc posé une ultime fois avec, par contre mon amour propre ayant déjà bien trinqué j’ai préféré ne pas remettre l’ensemble du costume (et j’ai eu la flemme de passer par la case repassage).

Cliquez sur les photos pour me voir faire l’andouille en grand

Il s’agit d’un patron Burda (n°132 du mag’ d’août 2012) simplifié au maximum. J’aurais utilisé en tout deux mètres de cette délicieusssssse laine bouillie trouvée chez Berger à Bruxelles, ainsi que des boutons en nacre chopés dans mon stock et dont je pensais sincèrement n’avoir jamais l’usage. Comme quoi tout arrive. Rapide, facile et remplissant bien son rôle, c’est à dire me tenir chaud tout en me donnant une écœurante touche barbapapesque.

Pour celles et ceux qui se posent la question : oui, ce gn était fantastique, les enfants/ados se sont amusés comme des fous, les organisateurs aussi, et j’ai particulièrement aimé interpréter cette odieuse bonne femme.

Edit : Je rajoute ces quelques superbes photos, toujours l’œuvre de Marc Arnaudy qui m’a gentiment donné l’autorisation d’en mettre quelques unes par ici. Par contre par respect de la vie privée des joueurs, de leurs parents et des organisateur pas question de montrer une image sur laquelle quelqu’un d’autre que moi serait reconnaissable, ceci dit je pense que ça donne déjà une petite idée de l’ambiance. On peut y voir des détails de la salle de potion, la silhouette inquiétante du professeur Rogue, les journaux créés pour l’occasion (oui !) ou encore l’entrainement au duel magique… Encore merci à l’association Clepsydre pour m’avoir proposé de participer à ce jeu merveilleux ! Cliquez sur les miniatures pour les voir correctement.

Âmes sensibles s’abstenir !

Ces images d’une violence inouïe font un peu saigner des yeux …

Il y a évidemment une bonne raison à tant de mièvrerie passive-agressive : pour un GN (jeu de rôle Grandeur Nature donc) je dois me coudre toute une panoplie pour incarner la délicieuse Dolores Ombrage. Pour celles et ceux qui ne connaissent par les bouquins Harry Potter sur le bout des doigts on peut la décrire comme la grand-mère de barbie nazi : c’est une femme odieuse qui aime le rose, les chats, les fleurs et sa collection d’assiettes en porcelaine. Et le châtiments corporels (sur les élèves hein, elle n’est pas maso non plus). Pour vous rendre compte de l’ampleur des dégâts voici donc quelques images de l’actrice qui incarne Dolores à l’écran :

Douloureux n’est-ce pas !

Il me manque encore les souliers vieux rose, les bas blancs et une cape digne de ce nom (en projet, je vous rassure) mais je pense avoir déjà tapé fort avec cette robe peu flatteuse. Pour le patron j’ai en fait utilisé un modèle de manteau Simplicity paru dans le dernier numéro du mag’ Tendance Couture, j’ai pris la plus petite taille, à savoir un 42, et encore rétréci d’une taille pour obtenir un soi-disant 40 qui serait plutôt du 42/44, un peu large pour moi donc.

J’ai ajouté des pans avant pour créer les poches, bidouillé l’une d’elle pour pouvoir y glisser ma baguette magique, et j’ai achevé mon œuvre (rien que ça) avec un petit col. Évidemment, pas question de passer des sommes folles dans un tel costume, destiné à être porté une fois et surtout pas plus, bref le velours rose légèrement extensible m’a été offert par ma copine Lyli, pour le reste j’ai tapé dans les chutes de rideau de la grand-tante de mon copain, comme quoi rien ne se perd !


L’essayage a été un moment particulièrement étonnant : je pensais faire fuir Olivier en lui apparaissant dans l’ébauche de cette tenue, et en fait il a complètement craqué pour le tissu qu’il trouve tout doux, mais aussi pour la coupe pré-volant hideux : en fait sans le col et le volant on obtient une mini-robe aguicheuse à souhait et très confortable en même temps, imaginez ma surprise ! Après mon GN j’ai donc l’intention de virer ce qui enlaidie cette tenue et de reprendre les coutures afin de l’ajuster, ajoutant ainsi une robette sympatoche à ma garde-robe automne/hiver.

La question est de savoir si je m’habituerai à porter tant de rose.

PS : J’ai tricoté ou cousu quelques projets à vendre ces derniers temps, sachez donc que j’organise une petite vente demain ici-même. Au programme des châles Diotima, une étole du berger ainsi que des doudous shakers et lingettes démaquillantes écolo …

Le kimono au LSD

Nan nan, je ne ferai pas ici l’apologie des drogues…

C’est juste que ce tissu a sur moi un drôle d’effet : pour commencer il est rose, en prime avec des motifs répétitifs que je trouve hypnotiques. Quand je l’ai vu chez Stop Tissu j’ai immédiatement pensé à un kimono, un truc à porter à la maison afin que le moins de monde possible soit témoin de ce caprice vestimentaire. Et puis tant qu’à faire il faudrait que ce kimono soit bien chaud, avec des poches (dois-je encore rappeler ici mon amour inconditionnel des poches ?), et pis une ceinture qui ne tombe pas tout le temps et cætera. Oh, et que vois-je dans la foulée chez Ikéa ? Des plaids en laine polaire pas chère, genre moitié prix par rapport aux magasins de tissu au mètre. Sautons donc dessus !

Bref, voici ma nouvelle robe de chambre, elle a un certain style non ?

J’ai utilisé 2.50 mètre de coton « rose LSD », 1 plaid et demi environ de laine polaire ainsi que le patron n°116 du Burda de février 2012, un modèle super fastoche de la série asiatique. Je l’ai coupé en 40 (Burda taillant grand normalement j’aurais pris du 38 mais j’ai rajouté une taille à cause de la doublure épaisse). Et parce que c’est vous et que vous êtes irrésistibles voici les modifications apportées :

  • le kimono est rallongé de 25 cm en bas
  • les manches aussi ont été rallongées afin d’arriver à mes poignets
  • le tout a été doublé en polaire, j’ai aussi utilisé celle-ci pour les poches et le parement d’encolure
  • j’ai supprimé le parement du bas au profit d’un simple ourlet
  • j’ai ajouté une ceinture (renforcée pour plus de tenue avec une bande de tissu plus rigide) et deux passants sur les côtés, la ceinture a en prime été cousue au niveau du milieu du dos afin qu’elle ne passe pas son temps à se faire la malle.

 

Certes j’ai un peu l’impression d’avoir pris 10 kg en portant ce kimono super épais, mais je sens que cet hiver je vais me blottir dedans avec bonheur !

Rose flashy

Faute de Frangine Bien-Aimée sous la main (c’est elle la vraie destinataire de ce haut), Lyli a eu la gentillesse de poser (merci !) afin de vous montrer ce nouveau t-shirt à manches raglan d’une couleur totalement, absolument et indubitablement passe-partout (oui, je pléonasmise à fond ces jours-ci, c’est comme ça).

Le patron est une copie du t-shirt favori de FBA, c’est la deuxième fois que je le couds et ça y est, je l’ai bien en main. Tant mieux d’ailleurs car je dois encore en faire deux autres avant mi-août. A part ça que dire ? Il a été entièrement assemblé à la surjeteuse, y compris la parmenture, et par la même occasion j’ai continué avec des ourlets roulottés pour les finitions. Simple et efficace, voila un modèle comme je les aime ma brave dame !

J’ai pas mal cousu récemment, ce qui me manque c’est la motivation pour immortaliser le tout mais ça ne saurait tarder à revenir je pense. A bientôt pour de nouvelles z’aventures couturesques !