Archives du tag: longue

Magnolia for ever (blague galvaudée, je sais)

Nan mais cette robe quoi… !

C’est ma seconde version de la robe Magnolia de Deer&Doe et je pourrais ne m’habiller qu’ainsi pour les trois prochains mois, du moins si je n’étais pas aussi follement en amour avec quelques autres de mes fringues d’été. Disons que nous sommes ici dans le top trois.
Si je ne suis pas dingue du noeud, qui a été supprimé illico,  le décolleté profond et la longue jupe fendue sont plus que validés. Idem pour les manches papillon d’ailleurs, même si j’aime tout autant la version à manches longues.

Ce patron est facile à ajuster grâce à ses découpes princesses,  et la finition du décolleté à l’aide d’un simple biais de propreté est ultra rapide et fait le job, à défaut de vraiment me satisfaire (team parementure).

Le tissu vient de chez Tissus Passion à Saint Gilles, adresse bien connue des bruxelloises pour ses imprimés parfois étranges et surtout ses prix très bas. Parce que bon, il faut quand même quatre mètres de tissu pour cette chouette robette. Ce n’est donc pas de la qualité, mais le tomber est top !

J’espère que cet imprimé te plaît autant qu’à ma pomme. Je suis contente d’avoir trouvé quelque chose d’original et qui casse un peu l’effet romantique de ce patron.

La robe africaine

Ma copine Claire part vivre en Afrique, au pays des moustiques sanguinaires.

Bref elle m’a demandé de lui concocter une tenue trrrrès longue pour couvrir ses gambettes, et justement j’avais envie de coudre ce modèle depuis un bail. Il s’agit de la robe n°10 du mag’ Tendances Couture n°5, c’est à dire un patron Simplicity qui existe aussi en pochette. Facile, agréable à suivre et tombant assez joliment… Rien à redire donc, à part peut être la taille :  j’ai cousu du 40 comme demandé et je la trouve un peu large telle quelle : j’ai dans l’idée que le patron taille grand, qu’on se le tienne pour dit ! Celles et ceux qui suivent un peu ce qui se passe par ici peuvent se moquer au passage… Oui, certes, okay, d’accord, j’avoue : j’ai eu la flemme de modifier le modèle et j’ai donc cousu les fronces prévues et pourtant amplement critiquées, je suis faible et flemmarde. Je me fouetterai avec des orties fraiches en punition (en fait non, mais c’est l’intention qui compte n’est-ce pas).

Le jersey de viscose corail (oui, vous avez bien, j’utilise ZE terme tendance pour décrire ce rose/orangé) a été chopée au marché de la Ferme de Bobigny pour 2€ le mètre, quant au tissu bleu foncé il s’agit d’un reste de jersey de coton très agréable à travailler décidément. Prochaine étape : voir s’il me reste de quoi lui coudre le boléro assorti, cette fois pour protéger ses bras des odieux buveurs de sangs.

Quel dommage que je ne parte pas moi aussi vivre au soleil car j’en aurais bien cousu une version à garder égoïstement… Tant pis, ce sera pour l’été prochain.