Archives du tag: homme

Chaussons en série

En voilà un chouette patron de chaussons !

La version « bottines » n’est pas parfaite car, comme il ne s’agit pas de vraies bottines justement, il y a un peu de jeu par lequel le froid peut passer sur l’avant de la cheville ; mais franchement tout le reste est top.

La partie basse tient bien en place, le montage de l’élastique est extrêmement simple… si mes premières versions m’énervaient un peu car le montage préconisé ne permettait pas d’avoir la doublure de la semelle parfaitement cousue à l’intérieur – donc de ne pas sentir les marges de couture le gratouiller les pieds – il s’est avéré qu’on pouvait facilement y remédier en cousant l’essentiel de cette doublure avec la méthode du sandwich et en finissant les derniers points à la main.

Attention, la version « adulte » est pour des pieds fins et s’arrête au 42/43. Pour Monsieur Jones j’ai donc dû élargir le patron, alors que pour un homme il a des petons de taille tout à fait raisonnable.

De manière générale je trouve que ça taille un poil petit. Idem pour les versions bébés, j’ai cousu du six mois mais ça me semble plutôt être taille naissance / 3 mois.


Pour un effet anti-glisse, les semelles des versions pour adultes sont en simili cuir, et pour plus de moelleux la doublure est en polaire. Last but not least, pour les versions adulte j’ai ajouté une petite couche de mousse ferme entre la semelle et sa doublure. Ils restent très souples tout en étant confortables, ça m’arrive même de faire la sieste avec. Patron de Beautiful Pie.



Yapluka…. coudre une dernière version pour le Gremlin dans les chutes du tissu de sa chemise safari.

Un bal venitien

Vous aussi vous trouvez que le père de fiston fait un très beau cadavre ?

Je ne spoilerai pas le scénario du gn* des Uchronautes baptisé Nuit blanche à Venise, mais d’après mon cadavre préféré il y eut du sang, des larmes, de la danse…. Et de fort beaux costumes. Las, j’ai dû raboter deux des très chouettes photos prises par Elodie afin de couper les visages des autres joueurs. On dira donc que chéri fut assassiné par l’homme sans tête.

À l’exception du collant blanc chopé dans mon tiroir, ce costume a été entièrement cousu pour l’occasion, en grande partie à l’aide de la pochette 7032 de Simplicity. Elle comprend deux variations d’un même pourpoint, un pantacourt, un chapeau et deux variations de chemise bouffante. Le tout est d’un niveau intermédiaire mais un(e) débutant(e) motivé(e) peut tout à fait en venir à bout. J’ai ajouté une paire de guêtres réalisées sans aucun changement avec cet excellent patron gratos de The indigo Phial. Ce n’était pas finger in the nose mais presque.

Le pantacourt, les guêtres et le chapeau ont été coupés dans un lin noir de chez Gotex (cadeau de ma pote Lyli, merci poulette), le tissu du pourpoint brodé de feuilles argentées vient aussi de cette boutique d’ailleurs. Tout ça tombe plutôt bien même si j’aurais aimé avoir plus de choix dans les tailles que XS à XL (c’est du M) : ok, ces pièces demandent peu d’ajustements, mais comme j’ai pu faire très peu d’essayages des tailles plus détaillées n’auraient as été du luxe.

Le chapeau a été entoilé avec de la viesline costaude afin que la « visière » tienne la route. Les plumes viennent de la mercerie de Bruxelles, boulevard Anspach juste à côté de la Bourse. Quant au pourpoint, le corps a été doublé mais les petites pièces qui le finissent ont simplement été bordées de biais satiné, tout comme les mancherons (qui eux sont tout de même entoilés et doublés pour une bonne tenue, faut pas pousser la fainéantise non plus).

Le masque aussi est fait maison : je suis partie d’une base de masque de Halloween que j’ai coupé pour obtenir la forme qui-va-bien. Et puis hop, patouillage niveau maternuche à l’aide de papier mâché et de peinture acrylique. Il fallait qu’il soit noir et mauve, j’ai suivi les ordres à la lettre mon capitaine ! Je m’auto-jette des fleurs (aïe ça pique !) car l’effet froissé donné par le papier mâché a permis de faire une patine pas mal cool.

« À l’assassin, au meurtrier ! Justice, juste au ciel, je suis perdu, je suis assassiné… » Ah nan, mince, on me glisse dans l’oreillette que je me trompe de pièce et de crime.

Mille mercis à Elodie Laurencin qui m’a autorisé à utiliser ses photos, et à l’équipe des Uchronautes pour ce jeu au thème réjouissant. Le cadavre avait les yeux suspicieusement pétillants en rentrant.

À très vite pour…. La guerre des chaussettes !

* Si vous vouez en savoir plus sur le gn, lisez donc les commentaires de cet article.

 

Le coup de la chaussette

Que faire quand on coud pour un type timide ?

Ou du moins qui ne veut pas poser à visage découvert en sous-vêtements… Il a tout de même accepté de montrer ici une partie non-négligeable de son anatomie (qu’il en soit remercié), et pour le fun j’ai moi aussi posé en sloup , pardon, en trunks, puisque c’est le nom de la chose : le Comox Trunks de chez Thread Theory, déjà cousu une fois, et tellement fun à réaliser qu’il serait dommage de passer à côté. Une chaussette pour rembourrer et le tour était joué.

Cette fois je me suis amusée à ajouter des chevrons, puisque que ce jersey de coton chopé chez Gotex à Bruxelles s’y prête plutôt bien. J’ai fait une simple modif’ : comme pour ma première version, j’ai préféré recouvrir l’élastique de tissu afin de préserver la peau très sensible de Monsieur.

La moustache me va plutôt bien, une prochaine fois j’ai envie de tester la barbe tiens…

[Revue de presse] C’est la fête des mecs !

Moi qui étais à la recherche de bons basiques pour hommes, me voila servie !

Par contre, j’ai explosé mon budget « magazines/coutures/tricot » car ce mois-ci, en plus de me jeter telle la vérole sur le bas-clergé breton sur le patron Comox Trunks de chez Thread Theory, j’ai craqué pour Burda, Knip Mode et la Maison Victor. Comme ça fait beaucoup à commenter je ne vais pas parler de tous les modèles, mais ça devrait déjà vous donner une assez bonne idée de ce que valent ces numéros. lire la suite »