Archives du tag: août 2012

Capricieuse

Oui, bon, d’accord…

Je l’ai dit, écrit, répété : mon armoire est bien remplie, alors à quoi bon continuer à me coudre de jolies robes franchement ? Mais voila, ce patron et ce tissu étaient fait pour aller ensemble, alors qui suis-je pour résister au coup de foudre couturesque ?

J’irai même plus loin : j’aime tellement porter cette jolie chose que je pense aller contre tous mes principes et me coudre bientôt ZE pièce qu’il paraît que tout le monde doit avoir et qui me manque : la fameuse Petite Robe Noire. En jersey. Et peut être pas noire (on verra bien).

Mais qu’entends-je ? Qu’accoustiquais-je ? Une foule en délire qui réclame le nom du patron ? Il s’agit, pour ne pas changer, de la robe n°115 du Burda d’août 2012 (mais siiiii, le fameux top peplum que tout le monde a cousu, mais en version longue). J’adore la découpe du dos rabaissée pour souligner la cambrure, sans parler de la jupe dansante et légèrement asymétrique. Trop légèrement d’ailleurs, donc j’ai encore raccourci l’avant tout en gardant la longueur arrière. Le tissu est un jersey de viscose chopé chez Stop Tissu, et bien qu’il marque tous les défauts (y compris la dentelle de mes sous-vêtements, joie !), son extrême douceur et sa couleur joliment chinée le rendent irrésistible. Enfin à mes yeux et à ceux de mon copain, qui valide ce choix à 200%.

J’ai tout de même fait quelques modif’, puisque ce modèle n’est pas du tout prévu pour du jersey : les manches ont été raccourcie et surtout j’ai viré la découpe du coude, devenue inutile. J’ai coupé une taille 38 sans rajouter de marges de couture, et j’ai continué les pinces sur la jupe histoire de reprendre encore un chouïa la largeur. Pour l’avant j’avais envie de changer un peu donc je l’ai coupé en deux parties en ajoutant une fausse patte de boutonnage, et j’ai fini le tout avec un parement d’encolure en V. Nice and easy donc !

Par contre une prochaine fois je virerai les poches, ou du moins je les modifierai, parce que là, bêtement prises dans les coutures (et probablement aussi en raison du tissu qui n’a vraiment aucune tenue), elles baillent les traitresses…

Automne, tu peux venir, j’t'attends de pied ferme et en dansant !

La robe de tricheuse

 

j’ai dû feinter pour réussir à me faire cette petite robe mine de rien.

Ou comment faire tenir toutes les pièces d’un patron pour lequel il faut 2m70 de tissu dans un coupon de 2m…. Voici donc les modifications apportées :

  • Couper dans le droit fil ? C’est pour les faibles ça, là j’ai plutôt joué à tetris avec mes pièces
  • L’ampleur de la jupe ne tient pas dans le coupon ? Qu’à cela ne tienne, je la réduis dans la foulée
  • le col est trop près du cou à mon goût : hop j’ai découpé illico un décolleté plus sympatoche
  • … et dessiné une nouvelle parmenture, forcément
  • Ah tiens, les manches longues dépassent du tissu … Ça tombe bien je les préfère 3/4 !

 

Le patron, c’est celui de la robe n°115 du Burda d’août 2012. A la base il n’est pas du tout prévu pour de la maille, j’ai donc coupé une taille 38, zappé les marges de couture…. Et même ainsi il m’a fallu reprendre les côtés et augmenter la largeur des pinces pour obtenir quelque chose de joliment près du corps. j’ai viré la fermeture éclair qui n’avait plus la moindre utilité, ainsi que les pinces au niveau des coudes.

Parlons-en du tissu d’ailleurs : il vient de chez Berger à Bruxelles, et comment dire… Il vaut tout juste les 8€ payés pour 2 mètres ! J’avoue que c’est un tissu minable, de la grosse maille ayant un peu un aspect nid d’abeille, mais il est aussi incroyablement doux et confortable. Bref cette robe n’est pas appelée à tenir la forme pendant les 20 prochaines années, mais je vais adorer la porter cet automne car c’est typiquement le genre de vêtement doudou dans lequel sauter le matin sans se prendre la tête. En prime j’suis fan de l’ampleur de la jupe dansante, légèrement plus courte devant que derrière, qui me donne l’impression d’être une vraie fille décidément.

j’ai d’ores et déjà une seconde robe d’automne sur le feu…. Vous m’en direz des nouvelles !