À l’abordage !

Joie, bonheur… J’ai enfin cousu le haut Moussaillon.

Des années que je voulais le coudre, ce patron, des années ! Je ne sais pas ce qui m’en a empêché étant donné qu’il est amusant, bien conçu et pratique pour lutter contre la canicule grâce à une technologie aératoire pointue, à base de court, sans manches avec pattes de boutonnage devant ET derrière #pasdedemimesures

À ce stade on le sait, la mono maniaque que je suis coud en général deux ou trois fois de suite les mêmes patrons. Ça n’a pas loupé. La première version a été coupée dans une grande chute de crêpe blanc synthétique un peu trop épais. Bref, un truc fort joli mais que j’ai à peine réussi à écraser au fer, d’où des finitions pas terribles.

Pour la seconde j’ai découpé dans une robe jamais portée afin de récupérer ce tissu à lunettes canon + un mini coupon de crêpe noir très fin. Encore un choix de tissu douteux car il manque de poids justement et donc ne tombe pas comme je l’espérais, surtout que j’ai fait un simple ourlet fin au lieu lieu de ganser avec du biais, ce qui aurait arrangé cela. Je n’exclus pas de le retoucher, même si au final l’aspect « feuille de salade » de l’ourlet ne me dérange pas vraiment.

Que dire ? C’est un patron gratos (merci Oh Sainte Biquette !), agréable à porter, amusant à coudre et super efficace. Il est surtout génial pour rentabiliser les grosses chutes ou encore transformer de vieilles chemises (on s’épargnerait ainsi les deux pattes de boutonnage à assembler #TeamFeignasseForEver ).

Un commentaire