Archives du tag: Venezia worsted

Comme promis

Pour accompagner mon Lucy Hat et virer les restes de laine, j’ai à nouveau cédé à l’appel des sirènes, siraines, miraines, mitaines…

Mais voila, il ne me restait pas bésef’ de fil : environ 40 gr de Venezia Worsted aubergine, et 20 gr de Merino extra fine grise. Bref, pas moyen de tricoter mes habituels modèles fétiches avec ça. En prime je voulais absolument un rappel du bandeau du bonnet, et j’avais envie depuis trrrrès longtemps de tester les finitions en dents de chat.

Pour finir j’ai improvisé un patron maison qui m’a permis de cumuler tous ces paramètres, et j’en suis bien contente.

En fait, les dents de chat c’est ultra fastoche, un vrai plaisir… Pour tout dire, maintenant j’ai envie d’en coller partout !

Pour le reste, j’aime bien le rendu mais ça a un goût de « revenez-y » : le haut des mitaines me semble un peu vide, j’ai envie d’en refaire une paire en ajoutant des torsades ou un point décoratif, juste pour le plaisir d’améliorer ce modèle, qui n’a rien d’extraordinaire mais se tricote finger in the nose.

Aiguilles circulaires 3.75mm, environ 35 gr de Venezia Worsted de chez Cascade Yarns et 15 gr de Merino Extra fine de chez Drops.

Je file pour quelques jours de vacances bien méritées, ne soyez pas sages en mon absence !


Juste une babiole

Aussitôt dit, presque aussitôt fait : j’ai utilisé les restes de laine de mon dernier pull pour me tricoter un chouette accessoire pour l’hiver prochain.

Ça faisait un sacré bail que j’avais envie de tester le bonnet/chapeau Lucy Hat de Carina Spencer, et il est aussi chou que prévu. Hélas le patron est assez mal écrit, alors que le modèle ne présente pourtant aucune difficulté particulière : tricot en rond, rangs raccourcis, jersey, petit point fantaisie fastoche… Ça aurait été un vrai plaisir si je n’avais pas dû défaire plusieurs fois le début.

Voici donc mes trucs pour vous simplifier la vie si vous vous lancez :

  • Il taille grand, trrrrès grand. Vu mon échantillon j’ai commencé par faire la taille au-dessus malgré mon tout petit tour de tête (55), le tout avec des aiguilles 4mm. Puis j’ai recommencé avec la plus petite taille. Pour finir j’ai recommencé avec cette taille (en montant 100 mailles) mais avec des aiguilles 3.75 et là c’est parfait, et cela donne en prime une super tenue à mon tricot.
  • Les explications pour les rangs raccourcis ne sont pas claires, il faut lire « tricoter une maille après la précédente maille « wrapped », puis « wrap » la suivante » (désolée, je ne sais pas trop quel mot utiliser pour traduire wrap)
  • Pour éviter que le petit gap du changement de couleur pour le bandeau soit visible, faites celui-ci au milieu de la partie en rangs raccourcis
  • Tel quel, il était un peu court, au lieu des 5 inches indiqués dans le patron j’en ai tricoté 6, ainsi il me couvre à peu près les oreilles

Aiguilles circulaires 3.75mm, environ 50gr de laine mérinos/soie Venezia worsted de chez CascadeYarns, un reste de Merino extra fine grise de chez Drops.

À priori il me reste de quoi faire de petites mitaines assorties, youpi !


Mon précieux

Ahhhhhh, nan mais ce pull quoi !

Il est beau, bien pensé, en dentelle mais pas tarte, et surtout il se tricote top-down donc même avec un échantillon qui ne correspondait pas du tout j’ai pu finger in the nose faire des essayages réguliers et l’ajuster en conséquence. Certes, je me suis emm….ée comme un rat mort un chouïa lassée en tricotant les manches (c’était loooooong), et j’ai fait de petites erreurs au début, mais je le surkiffe !

Le fil choisi ne gâche rien : j’ai utilisé 4.05 écheveaux de Venezia Worsted de chez Cascade Yarns, un mélange de mérinos et soie à se rouler par terre de bonheur. Ma mère m’a offert cette laine l’an dernier pour un autre projet, mais dès que j’ai vu la version de Lisallu de ce pull Bloomsbury, j’ai décidé qu’il me le fallait d’urgence.

Les détails techniques qui vont bien :

  • aiguilles 5 pour le corps, et 4.5 pour toutes les bordures en côtes
  • comme ce fil est plus fin que celui préconisé, je me suis retrouvée avec un échantillon de 20 mailles x 24 rangs au lieu de 16 x 20, j’ai donc choisi de tricoter la taille L au lieu de M et monté 100 mailles puis travaillé au jugé, en l’essayant régulièrement
  • j’ai tricoté 3 répétitions complètes du motif de 12 rangs avant de mettre les manches en attente
  • toutes les bordures font 16 rangs comme indiqué dans le patron
  • sous les emmanchures, j’ai relevé 16 mailles (ce qui correspond à la taille XXl et pas L, mais j’ai des bras épais et je voulais être certaine d’être à l’aise)… j’aurais pu me contenter de 12 en fait (et comme ça, je n’aurais pas eu à entamer mon 5ème écheveau)
  • je n’ai utilisé que quelques cm de ce 5ème écheveau, il me reste de quoi me tricoter une jolie babiole assortie, joie !

 

Si jamais vous vous lancez, voici deux conseils qui m’auraient été bien utiles au début.

Pour commencer, le motif n’est pas si simple à retenir (enfin si, le motif central est fastoche, c’est ce qui vient autour qui est casse-bonbon), mais ne vous accrochez pas au patron pour autant : une fois la base pigée, arrêtez de regarder le patron et repérez-vous plutôt en vérifiant ce que vous avez déjà tricoté, vous verrez que tout devient plus simple ainsi.

Et secundo, ne faites pas comme moi : je ne sais pas pourquoi je me suis mis en tête que pour ce modèle, tricoter MR1 ou ML 1 ça ne faisait pas de différence… Et bah si, croyez-moi, ça fait même une grosse différence et j’suis verte de l’avoir réalisé beaucoup trop tard pour y remédier.

Arrivederci tutti !

Le béret écarlate

Que faire avec un reste de laine rouge quand on sort d’un gros projet et qu’on a envie de quelque chose d’ultra simple, rapide et mignon ?

Un béret improvisé durant une chouette conversation de quelques heures sur le théâtre, l’enseignement et… le tricot forcément. Je me suis basée sur mes souvenirs de modèles qui se tricotent tranquillou de haut en bas, les charmants One day beret et Bellota, et ensuite j’ai bossé au feeling après un rapide essai en côtes 2/2 afin de calculer le nombre idéal de mailles pour la bordure. Le corps est en jersey, les augmentations sont faites en tricotant en double les mailles et les quelques rangs de côtes couvrent agréablement les oreilles. J’ai utilisé des aiguilles circulaires n°5 et les restes de mon châle boulet, de la Venezia worsted de la marque Cascade, un mélange de mérinos (70%) et soie (30%) doux et moelleux à souhait. Il m’en reste encore un chouïa, je me demande bien ce que je vais pouvoir en faire d’ailleurs…

Il a la taille idéale je trouve : il peut se porter en bonnet enfoncé sur les deux oreilles comme en béret, posé sans prétention sur un coin de la tête. Le problème c’est que des bérets j’en ai déjà quelques-uns, celui-ci va donc aller directement rejoindre ma boutique et j’espère faire le bonheur d’une veinarde au petit tour de tête (il est parfait pour un 55).

Sur ce je retourne à la Malabrigo qui attend patiemment sur mes aiguilles !