Archives du tag: top down

Hugo aime le bordeaux

Certes, je vous le concède : le poncho n’est pas l’accessoire le plus frime du moment.

Il n’a point l’élégance de la veste ajustée, la praticité du pull bien pensé ou encore la sexitude du t-shirt moulant cousu dans un jersey de soie hors de prix de la couleur Pantone du moment…. Mais quand on est à la recherche de l’équivalent portable en public d’une couverture bien chaude on peut difficilement trouver mieux.

Précisons-le tout de suite : je ne le porte pas comme il faudrait. En effet ce modèle, qui se tricote de haut en bas, est construit en répartissant les augmentations autour des torsades. D’abord 4 au niveau des épaules puis 2 pour le reste du corps. Ces deux longues torsades sont censées être placées au milieu du devant et du dos alors que je les porte ici sur les côtés.

Pourquoi ce crime anti mode ? Parce qu’ainsi les surplus drapés sont placés sur les côtés et évitent les plis pas du tout amincissants sur le bide, et surtout parce que la longueur couvre bien mieux les bras, y compris quand on tape à l’ordinateur. Mais sa destinataire, ma pote Astrid, sera évidemment libre de le porter comme bon lui semble sans que la police du tricot ne débarque chez elle pour lui demander des comptes.

Que dire d’autre ? Qu’il s’agit du patron gratos Hugo, créé par Gosia Grajdek et disponible sur Ravelry en anglais, danois, polonais et italien. Aiguilles circulaires 5 mm (il est tricoté d’une seule pièce), un peu moins de 7 pelotes du fil Air de Drops, dont j’ai déjà causé en bien ici et .

Comme ce fil un peu poilu ne se prête pas bien aux torsades je n’ai pas réalisé celles censées décorer le bas. À la place j’ai rallongé au maximum la bête (le modèle original est beaucoup plus court) et fini par 5 rangs de points mousse pour éviter tout roulottement intempestif.

Au passage, en arrière plan vous pouvez admirer le détail déco qui me met en joie en ce moment : j’ai piqué sur Pinterest l’idée d’imprimer des photos au format carré avec un cadre façon polaroid puis de les fixer au mur bien alignées. Le résultat est très sympa, l’avantage étant qu’on peut en faire tirer davantage et changer les photos dont on se lasse, les déplacer etc. Pas de trous dans le mur, pas de cadres à manipuler… Yeah !

Oui, je me suis ennuyée comme un rat mort en tricotant tout ce jersey, mais ne dit-on point qu’à tricoter sans péril on triomphe sans gloire ? Et le résultat est tellement doudou que ça valait le coup.


Boléro bicolore

Haha, ce p’tit patron de boléro était sympa uni et avec des manches courtes, mais voici the ultimate version, le champion des champions, le tricot qui ne va quasiment avec rien dans mon armoire mais pour lequel mon petit cœur fait Boum !

J’ai utilisé jusqu’au bout mes pelotes de Cotton Merino de chez Drops pour le faire : 3 jaunes + 1 bleue/grise, le tout tricoté en circulaire, top-down et sans couture (joie !) avec des aiguilles 4 et 4.5. Le résultat, c’est un mini gilet assez vite tricoté à très doux à porter. Il va juste falloir me coudre des hauts et robes pour aller avec maintenant (oui, ce choix de couleur était un mauvais calcul, mais non, rien de rien, non, je ne regrette rien !)

Le patron dépanne mais n’est pas génial, j’y ai apporté quelques modifications : au lieu de tricoter les manches à plat juste après le corps, j’ai d’abord fait la bordure du corps, puis bosser en circulaire pour les manches, ce qui est bien plus simple et logique décidément. Et évidemment j’ai rallongé les manches en faisant des diminutions régulières. Mon seul regret c’est de ne pas avoir fait la bordure deux fois plus large.

Hum, j’avais prévu une pelote de bleu/gris en plus, et si j’en chopais d’autres pour me faire un legging assorti ?

Le gilet express

L’année commence bien décidément !

Pour la première fois depuis des années j’ai pris 15 jours de vraies vacances. Ça peut faire sourire quand on sait que je n’ai pas d’emploi fixe, donc que je bosse essentiellement à la maison sur mes projets perso, mais tous les indépendants et chômeurs me comprendront : dans ces conditions on ne sent pas vraiment autorisé à prendre des vacances, l’envie de prouver à mon entourage que je ne me la coule pas douce est généralement la plus forte. Mais pas cette fois ! J’ai mis ma machine à coudre de côté et profité de Noël en découvrant Nancy avec ma famille, en tombant amoureuse du travail du fabuleux peintre Émile Friant, en bouquinant … Et en tricotant l’un des principaux projets sur ma liste, depuis un bail maintenant : un beau gilet à manches longues.

Ces écheveaux de Cascade 220 attendaient depuis plus d’un an mine de rien, j’avais complètement craqué sur ce bleu canard et je cherchais en vain le modèle idéal, jusqu’à ce que je tombe sur le Garter yoke cardigan de Melissa LaBarre. Un gilet top-down qui se tricote d’une seule pièce, de haut en bas donc. Le modèle parfait pour moi qui déteste (comme beaucoup) assembler les pièces d’un tricot et rentrer les fils. J’ai aussi utilisé la technique du joint russe pour mes changements de pelote et comme toujours le résultat est impec’ ainsi, adieu fils qui dépassent !

J’ai utilisé 398 gr de laine (il me reste environ 15 cm du quatrième écheveau) et des aiguilles n°5. Je n’ai fait aucune modification pour le corps, qui est impeccable en taille M, pour les manches par contre j’ai improvisé des diminutions pour resserrer un peu le bas, jusqu’à me retrouver avec 44 mailles. Pour finir j’ai crocheté une bordure car je trouvais que l’encolure n’était pas assez nette. Puis j’ai chopé dans mon stock de jolis boutons en nacre, résistant à l’envie de craquer pour du orange vif plus funky. Et oui, pour une fois j’ai été sage !

Le tout m’a pris seulement 5 jours : j’ai fui le froid de mon salon pour me réfugier sous la couette où je me suis offert un marathon « tricot/séries télé » de folie. En deux jours et demi j’avais fait le corps et la première manche, mais celle-ci m’a tellement ennuyée que j’ai eu la flemme de faire la seconde dans la foulée. Bref, à refaire, en ajoutant cette fois des détails fantaisistes, peut être des motifs en jacquard ?

J’avais prévu 5 écheveaux à la base, il me reste donc 100 gr de laine, je les utiliserais bien pour tricoter un cache-cou assorti ou des mitaines … Yeah !