Archives du tag: taille haute

De la solitude de la CBPA*

*Couturière/Blogueuse/Photographe Amatrice

Pfiou, quelle plaie parfois de devoir se prendre en photo !

Ça aurait du rouler : pensez donc, pas besoin de montrer ma bobine puisqu’il s’agissait de shooter mon nouveau futal. Mais voila, un pantalon un peu large à fines rayures, c’est chaud-bouillant à immortaliser quand on se débrouille seule avec l’aide d’une télécommande et d’un pied.

Que dire d’autre ? Que mon obsession pour le pantalon Bella de Burda a encore frappé. J’ai à nouveau joué à modifier l’ampleur des jambes, et comme je voulais que celui-ci soit aussi confortable qu’un pyjama, j’ai choisi l’option « cuisses amples et bas des jambes resserrés », un peu dans l’esprit carrot pants.

Niveau esthétique, je ne suis pas convaincue car ça déséquilibre trop ma silhouette, et pourtant j’y suis allée mollo sur le bas des jambes, qui reste assez loose finalement.

Sans parler du fait que décidément, cacher ses rondeurs sous une fringue ample et limite informe, c’est une mauvaise idée, on le saura.

Niveau confort par contre, c’est le bonheur ! La ceinture haute me tient agréablement la taille (comme d’hab’ quoi, c’est le détail qui me rend accro à ce patron) et je peux bouger dans tous les sens sans me sentir comprimée.

Comme mes deux fut’ préférés commencent à montrer des signes de fatigue (après des années de bons et loyaux services, quand même), Il me faut ab-so-lu-ment les remplacer. J’ai d’ores et déjà chopé un jean légèrement extensible pour l’étape suivante de mon plan de conquête du monde du pantalon : le slim. tremblez braves gens, je n’ai vraiment peur de rien !

Vais-je commettre un faux-pas mode en cousant une forme qui n’est pas forcément adaptée à mon gracieux popotin rondouillard ? Vous le saurez en suivant les prochaines aventures de « Bella, super futal ».

Corsaire pépère

Obsession, quand tu nous tiens…

Oui, je l’avoue, j’ai ENCORE cousu un jean Bella. Mais modifié, donc ça ne compte qu’à moitié non ? Le corsaire du Burda d’avril m’avait attiré l’œil, mais décidément j’aime mes futals avec des ceintures larges marquant bien la taille. Et des poches. Très importantes les poches ! J’ai donc mélangé les deux patrons, rajouté les poches arrières dessinées pour un autre Bella, placé une fermeture éclair invisible sur le côté, bien secoué, et v’la l’boulot baby !

Allez, j’ai beau bien aimer le rendu, je vais tout de même énumérer les trucs qui coincent :
  • Et ce qui coince principalement c’est ma cellulite, vous savez : le gras là, sur les cuisses, qui fait que je fais du 40 partout sauf là. Bref, je suis bien dedans mais va pas falloir prendre un gramme !
  • Le tissu qui, bien qu’ayant déjà été lavé, semble dégorger encore, joie.
  • Les finitions pas tout à fait finies car décidément coudre à la main me pose encore problème, je m’en occuperai donc quand ma tendinite sera vraiment passée.

 

Le jean très fin vient de chez Stop Tissu et le coton à pois des Coupons Saint Pierre. J’ai souligné le tout de passepoil ton sur ton, pour un rendu sobre mais tout de même soigné.

Pour la taille, faut bien reconnaître que c’est un chouïa ma faute : théoriquement, Madame Bubu me dit que je fais du 42. OK, sauf que je nage dans leur 42. MAIS…. ce modèle est normalement prévu pour du tissu élastique en largeur, et mon jean ne l’est pas du tout… Donc normalement on augmente d’une taille, donc, si vous avez suivi, retour à la case 42. Sauf que là encore c’était trop grand. Bref, maintenant je le sais : pour une prochaine fois je couperai le tout en 40 mais dans un tissu élastique.

Je vais pouvoir me mettre en quête du patron de slim parfait, à suivre donc !

ps : Mille mercis à Simon, ze parfait coloc’ qui patiemment a coupé toutes mes pièces de patron.

La jupe parfaite

Oui, tu as bien lu, oh Toi lecteur tombé ici Zeus sait comment : cette jupe est parfaite, pour moi en tout cas.


Remontons le temps : je feuillette le magazine Burda du mois de mai 2012 d’un air dédaigneux. « Mouais » dis-je les lèvres boudeuses « seulement deux modèles qui m’intriguent vaguement, cette jupe à panneaux et à taille haute là, c’est vrai qu’elle semble intéressante mais nan, je ne vais pas dépenser 6 roros pour moins de 3 patrons qui me motivent, donc niet ! ».

Grossière erreur, j’ai bu la coupe de l’amertume jusqu’à la lie lorsque j’ai vu cette même jupe sur Maggyy et que la bave m’est brusquement montée aux lèvres. La perfection je vous dis ! Une taille haute et emboitante, pas de ceinture sciante, une belle ampleur de jupe « qui tourne » mais ne révèle pas la culotte pour autant, un côté rétro qui va très bien sur les silhouettes comme la mienne et enfin, last but not least, de vraies poches très joliment construites. Cette obsession des poches peut sembler un peu exagérée mais voila : je déteste avoir les mains encombrées par un sac et j’ai des problèmes d’allergies qui signifient, en gros, que je me sépare rarement de mes paquets de mouchoirs, d’où l’importance de la poche dans ma vie trépidante.

Bref, je vous passe les étapes douloureuses pour trouver le-dit magazine 2 mois après sa parution, j’ai fini par l’acheter en ligne et tout va désormais pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque j’ai enfin ZE modèle de jupe que j’adore, qui me va et est super agréable à coudre. Je vais le décliner à l’infini celui-là, il rejoint d’office mon top trois des patrons « entre eux et moi c’est à la vie à la mort ».

Niveau technique j’ai tout de même fait une modif’ pour cette première version : le patron existe en deux longueur mais aucune ne me plaisait vraiment, j’ai donc rétréci la longueur B de 9 cm afin d’avoir une jupe qui arrive simplement aux genoux. Ce qui m’a permis en prime de couper toutes mes pièces dans ce petit coupon de coton de 1m50/1m50 dégotté au marché de Maastricht. Théoriquement il fallait 2 m et ça n’a pas été de la tarte de tout faire tenir en respectant à peu près le droit fil, c’est moi qui vous le dis ! J’ai fini par triompher en trichant légèrement pour couper les fonds de poche, l’honneur est sauf. Un coup de surfilage en rose bonbon pour rendre l’envers plus amusant, j’ai pour finir ajouté 8 boutons recouverts du même tissu et le tour était joué.

Edit : la bonne nouvelle c’est que ce modèle est désormais dispo sur Burdastyle, du moins dans sa version longue à patte de boutonnage cachée.