Archives du tag: sweat-shirt

Endorphines bis repetita

Ai-je déjà mentionné que j’en avais marre de faire tourner des lessives juste pour mes affaires de sport ?

Après avoir validé ma version verte bien-aimée, j’ai couru chez mon dealer (Tissus Passion à Saint Gilles) pour choper les mêmes tissus stretch bi-extensibles dans d’autres coloris, j’en ai profité pour m’offrir en prime un mètre de maille stretch elle aussi, d’un superbe rouge allant bien avec le reste.

Au programme donc : mes chouchous de chez Greenstyle Creation, à savoir le leggings Stride Athletic et la brassière Embrace, mais aussi un sweat-shirt Fashion Style (édition speciale n°1) que j’ai longtemps hésité à tester. En effet, l’absence d’emmanchure donne à la fois un chouette style…. et la certitude que tout le sweat remonte à chaque fois que je lève le bras. Mais voila, la largeur et la forme garantissent aussi le fait que je n’ai pas de tissu directement sous les aisselles, ce qui est plutôt agréable pour faire du sport.

Au final il est exactement comme je l’avais imaginé. Je n’en ferai pas d’autre version mais j’adore le porter avec cet ensemble.

Comme la dernière fois, le leggings a été rallongé de 2.5 cm. Comme la brassière, il a été coupé en taille E en rajoutant un chouïa de marges de couture en largeur, puisque mes versions précédentes étaient un poil serrées, et me voila beaucoup plus à l’aise dedans.

Quant à la brassière, cette fois je n’ai pas ajouté d’élastique dans la bande sous-poitrine. J’allais l’ajouter après un essayage, il s’est avéré l’absence d’élastique ne faisait pas de différence notable de soutien avec ma version élastiquée, tout en étant nettement plus agréable à porter. Après une première séance de sport je reste sur cette position, on verra à la longue si le tissu semble se détendre.

Mais il faut dire que de nombreuses coutures internes sont déjà soutenues par de la laminette, d’où le soutien efficace pour une brassière (qui n’est donc pas suffisant pour des sports avec beaucoup d’impacts, là mieux vaut un soutien-gorge renforcé comme le Endurance sports bra, dispo dans deux larges gammes de taille, 1 et 2).

Pour rappel, ce patron a pas mal d’options intéressantes, dont avec ou sans pinces, forte poitrine ou non, dos simple, nageur superposé ou encore avec une déocupe en goutte. Et le montage du dos nageur superposé est intéressant.

Le seul défaut de ce tissu léopard c’est que l’envers est blanc, résultat on voit une différence de nuance du rouge entre le leggings (très étiré) et les manches du sweat, mais ça reste tout à fait supportable.

Jasper et les robots

Au début du second confinement, mon stock de tissu m’a sauvé la santé mentale, si si.

Dire que j’ai beaucoup cousu est un doux euphémisme. Mais revenons à mon stock.

Dedans il y a avait un petit coupon d’un molleton de super qualité, et surtout d’une couleur magnifique. Ça faisait des années que je le gardais pour en faire un sweat-shirt Jasper, de Paprika Patterns, et je n’ai pas été déçue du voyage.

Ce patron est extra, mais lors de l’impression il y a eu un p’tit souci, je me suis retrouvée avec le carré témoin trop grand de 5%. Deux heures plus tard, j’avais tout retracé en retirant ces fichus 5% (je ne pouvais pas l’imprimer à nouveau), et réussi par miracle tricherie à couper toutes mes pièces dans le mini coupon. Tout ? Oui, mais la bande de taille est constituée de sept morceaux au lieu de deux. Heureusement cela reste assez discret.

Pour aller avec, vous pouvez admirer mon tout nouveau patron de leggings fétiche, le modèle 114 du magazine Burda de novembre 2014. Taille super haute et confortable, il n’a pas de coulisse avec un gros élastique à la taille mais des pinces qui le mettent joliment en forme. J’ai tout de même ajouté de la laminette dans la couture de taille afin d’éviter que le tissu ne se détende à cet endroit, sans serrer pour autant.

Le patron prévoyait une parementure et une fermeture éclair invisible. Pour la première version j’ai mis la première et supprimée la seconde, comptant sur l’extensibilité de mon tissu, mais le bât blesse au niveau de la couture invisible pour fixer la parementure, un risque de craquer à chaque enfilage. Pour la seconde version j’ai donc viré la parementure et simplement cousu un biais jersey de propreté.

J’en ai donc déjà cousu deux versions, la première est parfaite, dans une maille bi-extensible grise unie. Dans ce tissu la taille monte vraiment très haut et ne bouge pas d’un poil, un vrai bonheur. La seconde a été coupée dans un joli molleton dont l’intérieur est chaud et duveteux ; j’suis fan de ses motifs « robots rigolos ». Las, celui-ci n’est extensible qu’en largeur et manque un poil de répondant, je savais que cela n’était pas l’idéal pour ce modèle mais je voulais absolument utiliser ce tissu très chaud et le rendu reste honorable.

On voit tout de même bien la différence de rendu entre les deux tissus : la taille monte nettement moins haut et le confort n’est pas le même… mais je peux toujours donner des coups de pieds.

J’ai déjà chopé de quoi me coudre un troisième leggings, en version un peu plus classe. Reste à trouver un molleton de chouette qualité à un prix raisonnable pour un second sweat.

 

Aussitôt dit…

Comme le cas de la robe Ottobre nous le démontre, tous les jerseys ne sont pas faits pour l’aisance négative.

Il me fallait rebondir, et il me fallait un sweat-shirt super confortable, mignon quoi que pas du tout ajusté et allant bien avec mon nouveau futal. La présence de poches n’est qu’un heureux bonus.

Que-quoi-qu’est-ce ?

Le patron n°2 du magazine néerlandais Knipmode d’avril 2016, coupé en taille 40 qui correspond à un 42 français.

 

Si c’était à refaire :

Ce sweat taillant large j’aurais mieux fait de couper un 38, de plus je ne suis pas fan des finitions des manches avec un simple ourlet, il manque un truc non ? En même temps du bord-côte donnerait un effet un peu trop « sport ». Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue : bord-côte or not bord-côte ?

Le point plus que positif c’est que sur ces photos je kiffe… mon pantalon, alors que j’étais un poil déçue quand j’ai écris l’article qui lui était consacré.

Sur ce, je vous laisse avec le clip qui me fait remuer du booty tous les matins !

Image de prévisualisation YouTube

 

Plantain made in Suède

Chouette, pour une fois je ne suis pas jury !

Mais de quoi qu’elle cause la donzelle ? Se réjouirait-elle de ne pas accomplir son devoir civique au tribunal ? Que nenni. Je cause de concours couture/tricot : je suis systématiquement hors-jeu pour tous ceux organisés par T&N, donc imaginez ma joie quand Deer&Doe a lancé son défi Plantain ! Bon, je joue plus pour le fun que pour les lots, mais c’est tout de même sympa d’avoir ses chances pour une fois.

Le truc génial avec les défis, c’est que ça me donne envie de me secouer les méninges et de tester de nouvelles techniques, et justement je viens de m’offrir Broderies Nordiques, le très beau livre de Karin Holmsberg consacré à la broderie en Suède. Si ça vous intrigue, vous pouvez lire tout le bien que j’en pense aujourd’hui même sur le blog de T&N.

Ni une ni deux, j’ai donc dégainé un cercle à broder et du fil orange, chopés dans le stock de la grand-tante de l’HLPMAM*.

Enfin « ni une ni deux », c’est vite dit… Le montage et les finitions du sweat-shirt m’auront pris environ 30 mn, mais j’ai passé des plombes sur ces deux p’tits motifs de rien du tout. Mais non, rien de rien, non, je ne regrette rrrrrien, car le résultat est pile poil comme je l’imaginais, original, joyeux et charmant. Ça me donne envie d’ajouter des touches brodées sur toues mes fringues !

Il me restait juste de quoi couper le devant, le dos et les coudières dans un molleton gris chiné que je gardais préciseusement depuis des lustres, il se marie plutôt bien avec l’épais jersey orange de ma dernière robe.

Causons donc du patron : il est comme prévu simple, agréable à suivre et bien coupé. Même si en général je préfère mes t-shirts près du corps, j’ai bien envie de tester une seconde version, cette fois en m’amusant à le modifier.

Je manque de robes en jersey justement… (Comment ça « pas crédible » ?)

(*Homme Le Plus Merveilleux Au Monde)