Archives du tag: robe

Easy wax

Cette robe Burda quoi….

Elle est quasi parfaite. Originale tout en restant facile à porter, confortable bien qu’elle ne soit pas en tissu extensible (merci merci dos smocké et manches 3/4 ouvertes).

Comme pour ma première version j’ai supprimé la patte de boutonnage, avantageusement remplacée par un zip invisible sur le côté, et coupé une jupe dansante. Mais il y a un twist : cette fois ce n’est pas un simple cercle mais une jupe à quatre panneaux et poches chopée sur un patron du mag’ Knipmode.

Diantre, foutre diable, screugneugneu : le dos est un peu trop large, même pour moi. On y remédie assez facilement en déplaçant le bouton, mais dans le cas le triangle du dos baille à s’en décrocher la mâchoire. Problème facilement réglé en cousant en court de séance photo un discret bouton pression qui tient tout en place comme par magie. Mais une prochaine fois il faudra que je fasse une toile et que j’adapte cette partie.

Le buste est en revanche fort court. Ça tombe bien puisque la destinataire est foutue pile poil comme il faut pour ça, pour mon mètre 70 en revanche il faudrait que je rajoute au minimum 3 cm pour ne pas transformer la chose en robe empire mal taillée.

C’est bien simple : je veux la même. Mais faute d’avoir assez de ce wax pour jouer la copycat je vais p’t'être bien en faire une version un chouïa plus discrète.

 

Je profite de ce post pour causer d’un truc qui me tient à cœur.

Au cours des deux dernières années j’ai écrit un jeu qui s’appelle Oracle. Il s’agit d’un GN d’environ 5 heures pour 7 joueur.euse.s et deux orga. Après un paquet de sessions test je l’ai enfin mis à disposition sur l’indispensable site murder-party.org. C’est gratos, ça m’fait plaisir, si vous y jouez un de ces jours je serais curieuse de savoir ce que vous en pensez.

C’est bien beau tout ça mais de quoi ça cause au juste ? (Vous pouvez aussi lire une critique du jeu par ici.)

Advanced Timing a inventé un implant révolutionnaire baptisé Oracle. Celui-ci permet de savoir quand on rencontrera son âme soeur. Ce qui semblait au début un gadget douteux s’avère fonctionner réellement et a des implications telles qu’au cours des dix années suivantes notre société entière en sera bouleversée.

Durant ce huis clos en séquence, un groupe d’ami.e.s vivra ce changement. Chacun.e étant parfaitement libre de se faire ou non poser un implant. Mais passé un certain stade ne pas accepter l’Oracle ne permet plus vraiment d’échapper à son influence.

L’essentiel du jeu se passe à table autour d’un bon repas, de plusieurs bons repas en réalité puisque les personnages survoleront ainsi une décennie en quelques heures.

Coming soon : j’ai ENFIN cousu une poupée pour mon fils !

Jersey for ever

En ce moment j’ai de folles envies de robes…

J’ai ressorti tous mes magazines (et croyez-moi il y en a un paquet) et eu un mal de chien à choisir par quel patron de robette j’allais commencer. Finalement c’est cette petite beauté du magazine Knipmode de décembre 2016 qui l’a emporté.

Il s’agit du patron 9 à jupe dansante. La version 8 plus ajustée et à manches longues me fait de l’œil aussi, je la verrais bien unie et dans une couleur sombre pour un effet plus chicos. D’autant qu’il faut peu de tissu pour la réaliser, 1m35 ici (taille 40 = un 42 français), donc pourquoi se priver ? Je précise au passage qu’il y a une grosse erreur dans le mag’ puisque d’après celui-ci il en fallait 2m35.

J’en suis trrrrrrrès contente, je fais la danse de joie tellement elle est chou, confortable et originale. Dommage qu’elle soit aussi un chouïa trop courte à mon goût. Et surtout que je n’ai pas prévu d’entoilage pour soutenir le tissu au niveau des découpes du col : celui-ci se détend et arrondi les angles qui devraient être nets, c’est ballot.

Ce super jersey vient de chez Gotex à Anderlecht, à 5€ le mètre il aurait été dommage de s’en priver. Joie : il me reste de quoi me coudre une babiole. Edit : par contre comme prévu le fait qu’il s’agisse d’un jersey de coton n’est pas top car il se détend un peu. Les prochaines fois j’utiliserai des tissus ayant plus de nervosité, donc un peu élasthanne ou équivalent dedans.

 

Quitte à dégainer surjeteuse et recouvreuse, autant en profiter : dans la foulée j’ai sorti les chutes de mes précédents t-shirts ainsi qu’un mini-coupon de jersey noir à mignons mini-clous dorés récupéré lors d’une trocante (merci Yanoudatoi !). Il a fallu feinter pour réussir à en faire un t-shirt à manches longues….

Le patron a déjà fait ses preuves, il s’agit d’un modèle raglan (05/2013, page 2) qui a la particularité d’avoir une pince sur l’épaule afin de suivre harmonieusement la courbe.

En suis-je contente ? Pas tant que ça : je le porte car j’aime beaucoup les tissus utilisés, super doux et amusants ensemble, mais les découpes sont…. meuhhh. Et surtout la différence de nervosité entre les tissus fait qu’il poche un peu au niveau de certaines couture. Tant pis…

Attention braves gens, il se pourrait que je couse bientôt une PRN (petite robe noire). Le truc parait-il indispensable qu’il manque à ma garde-robe. J’ai le patron (canon), le tissu (pas mal non plus), trouverais-je le temps ?

Duo (presque) gagnant

Mais que vois-je ? Non pas un mais deux nouveau trucs d’un coup ! C’est un jour faste…..

Qu’ont donc en commun cette robe (n°5 du magazine Ottobre 05/2015) et le châle qui l’accompagne plutôt bien (patron perso baptisé New Orleans) ? Leur imperfectitude. Je suis tristoune d’avoir raté les deux et inventer des mots me réconforte, c’est comme ça.

On attaque avec le châle :

S vous suivez un peu ce qui se passe par ici, vous savez que j’ai créé ce modèle pour Thread&Needles il y a des années de cela, que c’était mon tout premier patron (nous étions jeunes, nous étions fous..) et qu’il a des défauts. Bref, j’ai décidé de le réécrire et d’en profiter pour faire quelque modifications, d’où des tests, d’où ce châle pour lequel j’ai tenté un truc insatisfaisant qui ne restera donc pas dans les annales, tant pis.

Il a été réalisé avec des aiguilles 6.5mm et pile 2 pelotes de fil Air de la marque Drops, coloris rouge rubis.

En prime il me manquait quelques pauv’ centimètres pour le finir. Comme j’ai utilisé le rabattage extensible de Jeny je savais qu’en dé-rabattant quelques mailles puis en reprenant le rabattage sans utiliser cette technique, très gourmande en fil, je m’en sortirai tout juste. Je n’avais pas réalisé à quel point la technique de Jenny est extensible… Las, la différence entre les deux parties était flagrante lors du blocage, qui n’est pas aussi réussi qu’il aurait dû l’être. Tant pis bis repetita.

Le résultat reste heureusement fort honorable, en fait je suis plutôt contente puisque me voila o-bli-gée de le garder pour ma pomme au lieu de le mettre dans ma mini-boutique, ce qui est fort plaisant puisque je suis fan de ce fil moelleux et très chaud. Dans sa version bleue j’étais quand même un peu freinée par la brillance de l’armature en nylon, mais ici elle est noire, ce qui la rend bien plus discrète et rajoute de la profondeur à la couleur.

 

Au tour de la robe de se faire tailler un costard :

Ce patron Ottobre me faisait de l’œil depuis un bail, et je n’avais même pas encore réalisé à quel point il est facile à coudre. Tenez-vous bien, dans cette version sans poches il n’y a que 3 pièces à couper car la parmenture est incluse dans ces pièces !

Et ouais, c’est la magie de l’encolure quasi-rectangulaire sur une découpe à manches raglans : il suffit de coudre en suivant l’angle, puis on rabat et TADAMMMM l’encolure est en place.

Tout ça est bel et bon, hélas le patronage du reste n’est pas fabuleux. Comme je bossais en vitesse je n’ai pas fait de toile et j’ai un peu bâclé l’ajustement du dos (pourtant fastoche puisque celui-ci est en deux parties). La cambrure est désormais bien marquée mais il reste un vilain pli au niveau de l’attache de mon soutien-gorge, cf les photos ci-dessous. C’est rattrapable mais je ne suis pas certaine d’avoir la motivation pour m’y remettre car…

Il y a un autre souci non négligeable : j’adore ce jersey épais chopé chez Tissu Passion (encore heureux vu qu’il m’en reste 2 mètres), mais il aurait mieux valu le garder pour des projets sans aisance négative car il marque tous les reliefs, y compris les coutures de mon collants. Et mes poignées d’amour. Et ma culotte de cheval d’amour. Et …. Vous avez pigé l’idée. Seul le confort extrême de cette robe et mon amour pour cette encolure m’empêchent de la balancer manu militari.

Reste à savoir ce que je vais faire avec les 2 mètres de jersey bleu moelleux qu’il me reste… Un petit gilet et un sweat-shirt probablement.

 

Bim, bam, boum, une robe et du ukulélé

N’en étant pas à mon coup d’essai,

je SAIS que la robe Centaurée de Deer&Doe est large à la taille et qu’en prime les fronces sur tout le tour lui donnent un effet entre la petite-fille et la mémère, le tout pas du tout amincissant (c’est mon opinion biaisée de fille qu’y n’aime point les fronces).

Et je le prouve : premier essai high-low avec fronces, sans retouche = on a l’impression que j’ai pris 10 kilos / second essai ajusté, sans fronces et avec une maxi-jupe = nettement plus flatteur

Pour ce troisième essai j’ai décidé de tester la longueur aux genoux, avec fronces, sans zip parce que je n’aime pas les robes à zip (soit l’aisance est telle qu’on n’en a pas besoin, soit la robe est ajustée et j’ai toujours peur de me coincer la peau en la fermant… Ne riez pas, ça m’est arrivé, c’est très désagréable !) mais en ajustant tout de même le tout à l’aide de pinces dans le dos.

Oui, j’ai l’esprit aventureux d’un explorateur du temps jadis en quête d’une nouvelle façon de cuisiner les nouilles, appelez-moi Marcella Pola.

Bilan : les pinces ajoutées dans le dos alors qu’il y a des fronces, c’était vraiment une idée de neuneu, d’ailleurs je ne pige pas pourquoi elle m’est venue. Il aurait été préférable d’ajuster sur les côtés. À part ce détail qui me donne envie d’aller m’enfouir la tête dans le sable, me voila comme prévu l’heureuse propriétaire d’une robe digne d’un petite fille (vous savez : pas de taille et le bidon rond bien poussé vers l’avant). Ni glamour si super flatteuse, mais tout de même jolie, légère et agréable à porter pour les vacances.

« Et si cette fois j’ai pas envie de poser en levant la jambe ! » « C’est la tradition, tais-toi et lève cette p….n de gambette ! »

Quelques ajustements post-couture ont été nécessaires : les deux pinces dans le dos m’ont permis de supprimer 4 bons centimètres à la taille mais j’aurais encore pu en virer 4 tout en conservant assez d’aisance pour l’enfiler sans souci. De plus, ayant changé de silhouette, cette fois je l’ai coupée en 44 (je correspond quasi exactement aux mesures pour cette taille) et… L’avant ne m’allait plus !

Pour les deux robes en 42, je n’ai pas eu de souci avec les bretelles. Pour cette troisième version elles étaient trop sur le côté et cela me dérangeait, j’avais toujours l’impression qu’elles étaient sur le point de tomber. J’ai fini par démonter le biais sur l’avant, retirer 1,5 cm au niveau de la couture milieu devant haute (pas sur toute la longueur), retiré à nouveau 1,5cm sur la découpe centrale du biais et remonté le tout. C’est nettement mieux ainsi mais l’esthétique du corsage en a pâti quand on le regarde de près. Tant pis.

« Mais pourquoi est-ce que cette télécommande ne marche pas ? Ah tiens, si en fait… »


Si je me décide à la coudre à nouveau ce sera :

  • en modifiant la jupe pour virer les fronces et la faire tourner et/ou la rallonger (mais pas high-low, en revoyant ces photos je réalise à quel point ça ne me va pas)
  • avec le buste vraiment ajusté, donc avec zip
  • en modifiant l’avant pour que les bretelles soient positionnées moins près des épaules

 

Le tissu est un coton léger et assez fragile chopé chez Sacrés Coupons à Paris. Joie, bonheur : il me reste de quoi coudre une p’tite jupe légère ! En bonne droguée déjà en manque, je vais donc compulser frénétiquement ma pile de patrons à la recherche du modèle idéal.

 

Mais d’abord il faut que je vous cause du truc qui me met en joie en ce moment. Non, pas le bébé.

Il s’agit de Yousician, une application (je l’utilise sur une tablette Ipad mini, mais on peut l’avoir sous d’autres formats) qui permet d’apprendre à jouer d’un instrument de musique même quand on n’a en théorie ni le temps, ni l’énergie, ni l’argent pour s’offrir un tel luxe.

Parce que oui, apprendre à jouer de la musique c’est un petit luxe. Je joue de l’accordéon diatonique et un peu d’ukulélé mais je m’y suis mise sur le tard car pendant des années j’étais bloquée par le fait que je n’avais pas appris la musique/le solfège. Rien n’empêche d’acheter un instrument correct et de se lancer en autodidacte ceci dit, c’est ce que j’ai fait pour l’ukulélé et ça fait des années que je m’amuse à gratouiller…. Mais en restant à un niveau médiocre faute de prof/groupe pour me pousser à me botter les fesses.

Bref, jusqu’à récemment je jouais comme ça :

Image de prévisualisation YouTube

 

Et un puis un pote de GN (merci « François », tu es beau !) m’a parlé de Yousician. Concept simple mais efficace : comme avec le jeu vidéo Guitar Hero, on voit défiler des repères de couleur et il faut jouer la bonne note/le bon accord au bon moment, et le niveau monte progressivement jusqu’à ce qu’on ait acquis une dextérité de malade. Sauf qu’au lieu de savoir super bien jouer à Guitar Hero on sait super jouer d’un vrai instrument.

Il vous faut donc : un ordinateur/une tablette/un smartphone (même si là ça me semble un peu petit) dont le micro et le son fonctionnent bien + un vrai instrument de musique. Aucun besoin de connecter l’un à l’autre ou d’acheter un instrument spécial, le micro de votre appareil suffit. Mais évidemment, si vous prenez un ukulélé chinois à 20€, il y a des chances pour que les accords bougent tout le temps et que ce soit casse-bonbon, il vous faut un instrument correct (avantage du ukulélé : on peut avoir un « vrai » instrument de musique qui tient bien l’accord pour un prix raisonnable comparé à la majorité des instruments).

En vrai le contenu est encore plus riche : il y a de courtes vidéos avec des cours, un métronome, un accordeur et surtout une fonction « practice » qui permet de ralentir les morceaux pour travailler à son rythme avant de revenir à la fonction « perform » et valider un niveau….. Pour l’instant il y a 4 instruments disponibles : guitare, basse, piano et ukulélé.

Et combien que ça coûte cette affaire ? Et bein rien. Enfin si, on est encouragé à prendre un abonnement de 9.99$ par mois, mais on peut aussi accéder gratuitement à l’application, qui est alors un peu bridée : on n’a droit qu’à 30 mn de cours toutes les 12 heures, durant ces 30 mn il y a 3 interruptions de 30 secondes chacune pour vanter l’abonnement payant, et une fois le temps imparti fini on n’a plus accès à la suite des cours, aux scores et retours…. Mais on peut tout à fait continuer à s’entrainer avec les cours et exercices déjà débloqués, c’est donc parfait pour les gens comme moi qui n’ont de toute façon pas plus de 30 mn à consacrer à ce loisir.

 

Ce que j’aime :

  • C’est super fun !
  • La version gratuite me convient tout à fait.
  • Pas besoin de me déplacer, de trouver un bon prof…
  • Je cale mes 30 mn de cours quand je veux (quand j’arrive à avoir 30 mn).
  • La pédagogie est bien pensée, efficace…. on progresse très rapidement.
  • L’application sur Ipad est très intuitive.

 

Ça me botte moins :

  • Si on aime ça, il y a une fonction « compétition » : on marque des points selon sa dextérité et on peut comparer ses scores avec les copains. Pas du tout mon truc, mais ça plaît beaucoup à mes amis.
  • Les cours sont uniquement en anglais pour l’instant (pas un anglais compliqué, mais mieux vaut le savoir).
  • Le gros point faible à mon sens (mais je n’ai pas fini les cours donc peut être que cela s’arrange) : pour apprendre à jouer d’un instrument on passe soit par la lecture d’un système de notation (solfège, tablatures), soit par un apprentissage à l’oreille (écoute et mémoire). Pour les cours d’ukulélé (je n’ai pas testé les autres) on apprend effectivement les noms des accords mais pas les longueurs de notes (du moins pas les notations habituelles), et on ne travaille malheureusement absolument pas d’oreille. Ce qui est un peu handicapant pour jouer sans l’application sous les yeux, du moins pour ceux qui ne sont vraiment pas sûrs d’eux/n’ont jamais pris le moindre cours de musique.
  • C’est moins agréable que d’avoir un vrai prof sous la main (mais à cheval donné… )
  • Il faut être connecté : moi qui part 3 semaines loin d’internet cet été, je vais plutôt emporter des recueils de tablatures pour continuer à pratiquer tous les jours.
  • Et parfois le chargement des vidéos rame sévèrement, même quand ma connexion internet fonctionne parfaitement (pas bien grave, mais 10 mn pour charger une vidéo de 2 mn c’est longuet).

Allez, une seconde vidéo pour le fun

Image de prévisualisation YouTube

Je vais finir par deux conseils, du moins pour la version ukulélé :

  • Prévoyez des écouteurs car le son de l’instrument couvre souvent l’accompagnement, ce qui est dommage car on ne travaille alors plus du tout d’oreille.
  • Pour les cours, on choisit de travailler les accords ou les arpèges. Faites les deux en alternance ! On est tenté de progresser rapidement dans l’une de ces deux techniques au détriment de l’autre, mais arrivé à un certain niveau pour les arpèges il est indispensable de connaître déjà les accords.

Voila voila, je suis joie, je suis musique ! Je précise au cas où qu’il ne s’agit pas ici de pub déguisée pour laquelle j’aurais été sollicitée : je kiffe tellement ce truc que je me devais de partager le bon plan. Comme quoi les commerciaux qui se sont dit « tiens, mettons une version gratuite, limitée mais quand même chouette, pour attirer le chaland » savaient ce qu’ils faisaient.

Le vrai défaut du truc c’est que, maintenant que je sais que je pourrais apprendre gratuitement et  facilement les bases, et bah je rêve d’un piano….