Archives du tag: Plantain

Le t-shirt qui brille mais qui gratte

Quelle riche idée j’ai eu de choper ce tissu !

(notez la délicate pointe de sarcasme)

Ce joli jersey brodé de sequins était seul et abandonné dans un coin du magasin Gotex, un gros rouleau vendu pas bien cher le mètre…  Je me suis dit que ce serait une bonne idée d’en profiter et de choper un bon métrage pour faire une longue robe habillée pour Frangine Bien Aimée. Brillante la gonzesse quoi ! Parce que comme l’indique le titre de cet article, il s’avère que sur l’envers il gratte. Oh, pas beaucoup, mais pour cette fameuse robe il va quand même falloir ajouter une doublure si je veux qu’elle soit portée.

En attendant j’aime tout de même bien mon nouveau t-shirt : j’ai repris le patron Plantain de chez Deer&Doe et en 1 heure la bête était cousue. Et je l’avoue, je kiffe le côté « shiny baby » des sequins.

Mais oui, biensur que je vais le porter, qui en doute ?

 

Promis, après j’arrête…

On le saura, je suis un chouïa monomaniaque.

Quand je tombe sur un bon basique rapide à coudre, c’est plus fort que moi : je ne suis pas satisfaite tant que je n’en ai pas fait au moins trois versions (et visiblement, il fallait qu’il y ait du gris chiné dedans, monomaniaque vous dis-je). Pour ce dernier t-shirt Plantain de la série, j’ai simplement dessiné des empiècements pour le buste et les manches, avec les couleurs sobres ça donne un p’tit côté graphique passe-partout qui me botte bien, je sens que cette babiole va être beaucoup portée.

Que dire qui n’ait été déjà ouate mille fois répété ? Ce patron gratos de chez Deer&Doe est bien coupé et surtout facile à s’approprier. Mes deux jersey viennent de chez Stop Tissu, j’ai assemblé le tout à la surjeteuse donc il a fallu commencer par virer les 1.5 cm de marges de couture (mes tissus étant bien plus extensibles que ce que prévoit le patron, je n’ai pas ajouté de marges du tout), et j’en ai profité pour rallonger un peu les manches.

J’ai hâte de vous montrer le grand châle en tricot que je viens de finir, mais c’est une plaie à prendre en photo…

J’y retourne de ce pas.

Robe Plantainisée

Halalala, voila une robe qui me botte !

Comme prévu, je me suis amusée à modifier le patron du t-shirt Plantain pour en faire quelque chose de totalement choupinet : bicolore mais dans des tons tendres (parce que rappelons-le : nous vivons dans un monde de brutes), décolleté, avec une jupe légère et dansante mais qui ne dévoile pas la partie la plus charnue de mon anatomie quand je tourne. Une robe facile à vivre quoi. À tel point que j’ai bien envie de coudre une version extra longue et sans manches pour cet été.

J’ai chopé un reste de jersey de coton rose dans mon stock, et attaqué ce jersey de viscose gris brillant, dégoté il y a un bail chez Stop Tissu et dont je ne savais pas trop quoi faire. La couleur est parfaite, mais je regrette un peu de l’avoir utilisé car au niveau de l’empiècement il aurait fallu un tissu ayant une meilleure tenue pour obtenir un résultat nickel. Tant pis.

Elle me donne tout de même envie de danser !

Plantain made in Suède

Chouette, pour une fois je ne suis pas jury !

Mais de quoi qu’elle cause la donzelle ? Se réjouirait-elle de ne pas accomplir son devoir civique au tribunal ? Que nenni. Je cause de concours couture/tricot : je suis systématiquement hors-jeu pour tous ceux organisés par T&N, donc imaginez ma joie quand Deer&Doe a lancé son défi Plantain ! Bon, je joue plus pour le fun que pour les lots, mais c’est tout de même sympa d’avoir ses chances pour une fois.

Le truc génial avec les défis, c’est que ça me donne envie de me secouer les méninges et de tester de nouvelles techniques, et justement je viens de m’offrir Broderies Nordiques, le très beau livre de Karin Holmsberg consacré à la broderie en Suède. Si ça vous intrigue, vous pouvez lire tout le bien que j’en pense aujourd’hui même sur le blog de T&N.

Ni une ni deux, j’ai donc dégainé un cercle à broder et du fil orange, chopés dans le stock de la grand-tante de l’HLPMAM*.

Enfin « ni une ni deux », c’est vite dit… Le montage et les finitions du sweat-shirt m’auront pris environ 30 mn, mais j’ai passé des plombes sur ces deux p’tits motifs de rien du tout. Mais non, rien de rien, non, je ne regrette rrrrrien, car le résultat est pile poil comme je l’imaginais, original, joyeux et charmant. Ça me donne envie d’ajouter des touches brodées sur toues mes fringues !

Il me restait juste de quoi couper le devant, le dos et les coudières dans un molleton gris chiné que je gardais préciseusement depuis des lustres, il se marie plutôt bien avec l’épais jersey orange de ma dernière robe.

Causons donc du patron : il est comme prévu simple, agréable à suivre et bien coupé. Même si en général je préfère mes t-shirts près du corps, j’ai bien envie de tester une seconde version, cette fois en m’amusant à le modifier.

Je manque de robes en jersey justement… (Comment ça « pas crédible » ?)

(*Homme Le Plus Merveilleux Au Monde)