Archives du tag: passepoil

La petite blouse noire

Chose promise, chose due !

Voici donc Airelle #2 (la version #1 est visible par ici), cette fois coupée dans un tissu ayant plus de tenue. Je pensais faire une version d’essai, j’ai donc saisi ce coupon un peu cheap de chez Stop Tissu et un reste de passepoil pile de la bonne taille, rallongé les manches, tracé une parmenture et improvisé un col en vitesse, juste pour voir. Finalement le résultat me plaît énormément, à mon grand étonnement je pense donc porter du noir.

Je vais surtout refaire cette blouse en conservant exactement les mêmes modifications, pour moi elle est parfaite ainsi.

Le passepoil amusant vient de la mercerie de Charonne, l’une des choses qui me font le plus regretter d’avoir quitté Paris.

Le sac à tricot de compet’

Il était une fois une gonzesse qui aimait tricoter partout…

Voiture, bus, train, métro, tram, parfois même en marchant ou encore dans les salles d’attente, partout vous dis-je ! Bon, le mystère n’est pas bien épais, c’est évidemment de moi qu’il s’agit, et j’avais absolument besoin d’un nouveau sac à tricot, l’ancien ne faisant plus l’affaire pour des raisons diverses et variées : trop grand, sans système de fermeture… je l’avais patronné pour contenir toutes mes affaires de tricot, bouquins de référence compris, et j’ai finalement réalisé que l’idéal pour moi c’est plutôt un sac tout terrain.

Qu’est-ce qu’un sac tout terrain au juste ? Bah une besace dans laquelle je peux laisser ma pelote alors que je tricote, avec un format juste assez grand pour trimballer mes plus gros tricot en cours (genre couverture ou pull), un système de fermeture qui ne risque pas de coincer mon fil (à bas les fermetures éclairs !), un fond plat pour qu’il soit plus pratique à poser sur les genoux, et deux poches extérieures qui elles ferment parfaitement pour ranger l’indispensable, à savoir une pochette en plastique contenant mon « kit de survie tricot » ainsi que mon porte-feuille, mes clefs, le téléphone portable et un paquet de mouchoir.

J’ai donc fait un tour dans mes stock pour dégotter tissus, passepoil, deux fermetures éclairs pour les poches, de quoi faire une bandoulière ajustable, de quoi renforcer le fond afin qu’il soit bien plat aussi, et surtout un système de fermeture qui me botte. J’ai tout bêtement opté pour l’option « élastique rond et embout de fermeture », ainsi il n’y a aucun risque pour que mon fil se retrouve coincé, voire carrément coupé (horreur suprême !). J’ai enfin eu l’occasion de tester le jeffytex, un molleton rigide qui sert à donner de la tenue aux sacs en tous genre. Le résultat me semble vraiment réussi ainsi, même si ma technique habituelle du tapis de sol est aussi très efficace.

j’ai fait des photos tout au long de la réalisation de ce sac (y compris le montage des deux poches avec fermetures éclair, la pose du passepoil et la réalisation de la sangle réglable) donc si jamais ça intéresse du monde je mettrai le patron à disposition. Je préfère demander au préalable s’il y a des amatrices car c’est un boulot long et peu poilant, et en bonne fainéante je préfère de loin éviter les efforts inutiles. Ceci dit si ça peut aider quelqu’un je serai évidemment ravie de partager !

Ma chemise pyjamesque

Je ne savais pas que j’en avais envie avant de la voir dans ce magazine…

Je cause ici de la chemise n°32 du magazine Tendances Couture n°4. Un caprice plus qu’un besoin puisque je n’ai aucune d’obligations vestimentaires liée au boulot, j’ai donc pu me faire plaisir en choisissant ce tissu à délicats chevrons bleus pâles de chez Sacrés Coupons, en jouant sur le sens du motif pour certaines parties et en ajoutant moult passepoil pour souligner les découpes.

Au final je suis ravie du résultat, même si le col Mao, les manches 7/8, le pli d’aisance dans le dos et le passepoil lui donnent davantage l’air d’un haut de pyjama (stylé mais trrrrès confortable) que d’une vraie chemise.

Sur la photo de droite les poignets sont portés relevés.

Je valide joyeusement ce patron bien coupé et agréable à suivre. Tout comme j’aime les petits détails ajoutés par ma pomme ici et là : un bouton à l’intérieur du col pour le fermer joliment, les poignets retravaillés (même si ça ne se voit guère sur mes photos) et soulignés à l’intérieur d’un ruban de propreté raccord avec le passepoil qui fait que même retournés ceux-ci restent impec’… J’ai pris mon temps et je me suis fait plaisir avec ce modèle, que décidément je préfère porter de façon décontractée (mais comment font les hommes qui bossent en costard pour supporter d’avoir le cou serré par une chemise ET une cravate bon sang ? Ça n’est pas humain !).

A refaire donc, cette fois dans la version plus longue peut être ?

Tissu de chez Sacrés Coupons à Paris, passepoil de la mercerie de Charonne, boutons en nacres trouvés dans un vide-grenier, jean maison, sandales Jungla super mortelles, fauteuil en cuir récupéré devant un home de vieux… Merci à Lyli pour les photos.

Un bella… pour ne pas changer

Pour les non-initiés Bella ça n’est pas le nom d’une héroïne de trucs vampiresques mais un géniallissime patron de pantalon téléchargeable sur Burdastyle.

Quand je dis « géniallissime » je pèse mes mots : avec sa haute ceinture emboitante il est absolument parfait pour les filles comme moi dotées d’une taille plutôt fine et de hanches généreuses. Cette découpe met en valeur la cambrure et décidément il n’y a rien de tel qu’une vraie taille haute selon moi. Cette fois j’ai tout de même modifié un chouïa le tout en raccourcissant le modèle en le rendant bouffant, en créant de nouvelles poches arrières en forme de pétales et en ajoutant près de 2 mètres de passepoil qui pète pour pimenter le tout. Les poches avant aussi ont été modifiées afin de virer les plis qui ne me plaisent pas, mais ça c’est une habitude prise dès ma première version suite aux judicieux conseils de Nessie.

Il est très confortable et je sens que je vais peu le quitter cet été décidément. En attendant je trouve qu’il va plutôt bien avec ma blouse en soie (normal, c’est le même passepoil) et surtout mon perfecto d’enfer. Pour info le jean vient de chez Sacrés Coupons, les boutons jeans rivetés d’un magasin Hema de Amsterdam et le passepoil de la Mercerie de Charonne.