Archives du tag: pantalon

Ma tenue de chatelaine

3615 ma vie…

En vacances, mon copain et Super belle-sœur adorrrrrent faire des châteaux de sable qui seront finalement emportés par les flots. Autant le dire tout de go : creuser, j’aime ça très médiocrement, par contre prendre des photos de l’eau envahissant les fortifications, ça me botte. Un seul souci : je suis tout de même censée creuser un peu histoire de prouver ma bonne volonté, et ça, pas question de le faire en bikini, j’ai un minimum le sens du ridicule quand même !

lire la suite »

De la solitude de la CBPA*

*Couturière/Blogueuse/Photographe Amatrice

Pfiou, quelle plaie parfois de devoir se prendre en photo !

Ça aurait du rouler : pensez donc, pas besoin de montrer ma bobine puisqu’il s’agissait de shooter mon nouveau futal. Mais voila, un pantalon un peu large à fines rayures, c’est chaud-bouillant à immortaliser quand on se débrouille seule avec l’aide d’une télécommande et d’un pied.

Que dire d’autre ? Que mon obsession pour le pantalon Bella de Burda a encore frappé. J’ai à nouveau joué à modifier l’ampleur des jambes, et comme je voulais que celui-ci soit aussi confortable qu’un pyjama, j’ai choisi l’option « cuisses amples et bas des jambes resserrés », un peu dans l’esprit carrot pants.

Niveau esthétique, je ne suis pas convaincue car ça déséquilibre trop ma silhouette, et pourtant j’y suis allée mollo sur le bas des jambes, qui reste assez loose finalement.

Sans parler du fait que décidément, cacher ses rondeurs sous une fringue ample et limite informe, c’est une mauvaise idée, on le saura.

Niveau confort par contre, c’est le bonheur ! La ceinture haute me tient agréablement la taille (comme d’hab’ quoi, c’est le détail qui me rend accro à ce patron) et je peux bouger dans tous les sens sans me sentir comprimée.

Comme mes deux fut’ préférés commencent à montrer des signes de fatigue (après des années de bons et loyaux services, quand même), Il me faut ab-so-lu-ment les remplacer. J’ai d’ores et déjà chopé un jean légèrement extensible pour l’étape suivante de mon plan de conquête du monde du pantalon : le slim. tremblez braves gens, je n’ai vraiment peur de rien !

Vais-je commettre un faux-pas mode en cousant une forme qui n’est pas forcément adaptée à mon gracieux popotin rondouillard ? Vous le saurez en suivant les prochaines aventures de « Bella, super futal ».

Pirate !

J’aime bien mes potes décidément, ils me demandent des trucs rigolos.

OK, une tenue de pirate en taille trois ans, ça n’est pas non plus extraordinaire comme requête, mais NomdeZeusdetonnerredeBrest, faire soi-même un tricorne, c’est top comme exercice ! Parce que oui, Madame, oui Monsieur, j’ai tricoté le chapeau, puis, telle la barbare de service, je l’ai feutré sans pitié à la machine. Tout ça grâce à un chouette patron gratos de Laura Thomas et Heidi Waterhouse.

Au début, le bidule était immense, vraiment, « jamais » me disais-je dramatiquement « jamais ça n’ira à un gamin de cet âge, pauvre de moi…. », Il faut dire que 3 ans = environ 51 cm de tour de tête. Et bien sachez qu’en tricotant le patron tel qu’il était prévu dans la version adulte avec des aiguilles 8 au lieu de 9, et en le lavant en cycle court à 60°, j’ai obtenu un tour de tête de 50cm. Ça va donc être juste, il ne le portera pas longtemps, mais il le portera. Et puis bon, soyons clairs hein : il m’en FAUT un, je ne puis plus décemment vivre sans tricorne à ma taille maintenant que je sais que c’est aussi simple à faire soi-même.

Comme il s’agissait de tester le modèle, j’ai fait avec ce que j’avais sous la main, c’est à dire un peu plus de deux pelotes de Andes de chez Drops filées par Lyli (merci encore poulette !). En théorie on doit plutôt utilisé un fil sport tricoté en double, ou à la rigueur un fil plus épais, mais celui-ci était un peu trop gros. Résultat, mon tricorne est très épais et assez lourd, mais ça passe, foi de pirate.

Pour le reste du costume, j’ai enfin eu l’occasion de sortir les Contes de fées des intemporels, bouquin que l’on m’a offert il y a un sacré bail. J’ai coupé du 4 ans car ainsi les fringues iront au bonhomme un bout de temps (pour un pirate, il n’y a pas de souci à porter son pantalon retroussé à priori). Le pantalon et le super gilet sont donc ceux de Hansel, par contre j’ai préféré choper une tunique Burda plutôt que celle qui allait avec la tenue. C’est terriblement frustrant : il n’y a aucun dessin technique des patrons ! Juste des photos portées, très jolies certes, mais pas pratique du tout pour se faire une idée du rendu des vêtements…. D’autant que l’on ne voit jamais la tunique portée seule. Bref j’ai préféré utiliser une valeur sure à la place.

La tête de mort a été peinte en noir sur un tissu blanc, puis cousue en appliqué. J’aime particulièrement le sergé à fines rayures, dégotté chez Gotex à Bruxelles. Ça tombe bien puisqu’il m’en reste pile poil de quoi le faire un pantalon (nouille que je suis, j’en ai prix trois mètres alors qu’il ne m’en fallait un pour le petit, incroyable non ?…. muhahaha). Le tissu bleu de composition inconnue vient de chez Passion.

À propos de pirates, je réalise que je n’ai jamais montré par ici les photos de mon costume pour la soirée « dans les bas-fond de Tortuga », organisée il y a quelques semaines par Temps d’élégance… Vous aurez peut être reconnu mon pantalon à pont, la tunique et le haut à basque de mon ensemble de « laitière ». Quant à Monsieur, il a simplement ajouté un tricorne à sa tenue de gn med-fan.

Mille mercis et plein de bises à Renaud Chaput, notre indispensable photographe.

Sauvetage châtaignesque

Je n’avais absolument pas prévu de me coudre un pantalon Châtaigne…

Ce patron de short est top, mais j’ai déjà des tonnes de modèles de pantalons, pourquoi s’embêter à en modifier un autre alors ? C’était compter sans un plantage monumental.

Mais revenons un peu en arrière : pour passer l’hiver j’ai décidé de me coudre un futal qui soit à la fois classique, large (donc très confortable) et chaud. Chez Gotex, j’ai dégotté un joli lainage doublé (les deux tissus sont cousus ensemble sur tout la surface, étonnant mais pratique), dont la couche intérieure est moelleuse et douce, et j’ai choisi un patron du Burda d’août 2012 que j’ai coupé en 42, puisque c’est ma taille.

Grossière erreur : une fois le pantalon cousu, j’ai quasiment pleuré en me voyant dans la glace dans ce truc informe, mal coupé et beaucoup, beaucoup trop grand. Que faire dans ce cas ? On respire un bon coup, on sort les ciseaux, le découd-vite, et on démonte le pantalon… J’avais justement le patron du short de Deer&Doe sous la main, j’ai comparé les pièces… et ça marchait ! J’ai pu recouper les différentes parties de mon futal tout en conservant intactes les poches italiennes et la poche passepoilée arrière. Coup de bol, j’avais juste ce qu’il fallait de tissu en plus dans mes chutes pour couper la ceinture, que j’ai décidé de faire « taille normale » cette fois, histoire de varier les plaisirs (après deux versions de ce short en taille haute, il était temps).

Petite coquetterie à peine visible : j’ai modifié le dos de la ceinture pour qu’elle fasse une double pointe, comme dans les pantalons de papy qui se portaient avec des bretelles… Il ne me reste plus qu’à faire ces fameuses bretelles donc.

Pour conclure, niveau confort je suis enchantée car la ceinture enserre très agréablement les hanches, la coupe me fait comme d’hab’ une jolie chute de rein (même si ça saute moins aux yeux qu’avec la version taille haute), et surtout je peux bouger dans tous les sens sans jamais me sentir serrée. Par contre le tissu se froisse très facilement, la largeur des jambes fait « sac » sous certains angles et les plis avant rendent assez mal à cause de l’épaisseur de la doublure. Dommage.

N’empêche que je sens que ce pantalon va être beaucoup porté cet hiver !