Archives du tag: pantalon

La fournée du jour

Accrochez-vos au bastingage, ça va tanguer et rouler !

Aujourd’hui je vous cause d’un châle merveilleux, d’un Objet Pantalonesque Non-Identifié et d’un jdr maison. Ready ? lire la suite »

Peut mieux faire

Ce « nouveau » futal a déjà été beaucoup porté.

Mais d’abord..
Que-quoi-qu’est-ce ?

Il s’agit du pantalon 7 du magazine Fashion Style n°2 (paru il y a des mois donc n’espérez pas le trouver chez votre marchand de journaux). Il a été coupé en taille 42 dans 1m50 de sergé avec 15% d’élasticité acheté chez Tissu Passion à Saint Gilles (Bruxelles). La couleur est en réalité moins vive que sur ces photos.Il est conçu pour une stature de 1m72, soit 2 cm de plus que ma taille.

Attention : ce mag’ date d’avant la nouvelle politique de tailles de FS, c’est à dire qu’il ne va pas du 36 au 56 (ceci dit 48 c’est déjà bien), et contrairement aux nouveaux numéros il faut bien recopier sa taille sur la planche.

ZE point intéressant du patron c’est la ceinture en partie élastique, tout en ayant sur l’avant une ceinture montée entoilée et une braguette tout ce qu’il y a de classique. Poches révolvers, pas de poches ni de parement arrière. Pas de passants non plus puisque la coupe promet un pantalon confortable et ajusté dans lequel il est inutile de glisser une ceinture. Des fentes sont prévues dans le bas mais j’ai préféré faire sans.

Les pièces de la ceinture sont droites. Normalement ce détail me fait fuir mais c’est justifié par l’ajout de l’élastique. De plus les marges de coutures ne sont pas incluses dans les pièces à décalquer.

 

Alors ?

Je ne boude pas mon plaisir : ce pantalon est confortable et de face, porté avec un haut long, il est assez flatteur et ne fait aucun pli à l’entrejambe quand je me tiens droite. Par contre avec un top court ou rentré je ne le trouve vraiment pas beau, surtout de dos : le fait qu’il n’y ait ni découpe ni poches me fait le popotin triste et large alors que, forcément, je le préfèrerait fin et guilleret.

Notez tout de même qu’assise/accroupie ma culotte reste invisible, même si la vue est moyennement esthétique.

D’un point de vue technique tout s’est bien passé jusqu’au montage de la ceinture : là j’ai découvert que les pièces de la ceinture découpées d’après les instructions (et pas recopiées sur la planche, puisqu’il ne s’agit que de rectangles) étaient trop petites : pas moyen de glisser dedans un élastique de 3.5cm de large, ni d’avoir assez de longueur pour faire le tour de ma taille ET avoir ce qu’il faut qui dépasse pour la boutonnière. Je suppose que les mesures étaient données sans les marges de couture, mais c’est tout de même étrange. OU alors c’est moi qui me suis plantée quelque part, possibilité tout à fait envisageable.

J’ai réussi à tricher pour la boutonnière et zappé pour un élastique de 3 cm de large à la place. Ni vu ni connu j’t'embrouille.

 

Si c’était à refaire…

Je commencerais par modifier le patron en ajustant davantage la partie haute et surtout en rallongeant celle-ci de 4 bons cm afin qu’il monte jusqu’à ma taille naturelle au lieu de simplement recouvrir le nombril. N’empêche que je l’aime énormément, je suis très bien dedans et l’idée de la ceinture à moitié élastiquée fonctionne étonnamment bien.

À vrai dire je suis partagée entre l’envie de le coudre à nouveau et celle de tester d’autres modèles du même numéro, en particulier le pantalon 20 dont j’aime énormément les parements qui prolongent les passants avant. Pour le fun je testerais bien aussi la salopette et le jean skinny 11, mais sans les poches plaquées sur les cuisses.

Mais ce sera pour plus tard. Pour l’instant j’ai le nez dans le guidon avec mon défi « robe à tournure 1874″ pour un gn historique, et il faut que je trouve une peu de temps pour bricoler un déguisement d’Halloween pour Léozilla.

Je file, j’ai un corset sous le pied presseur, muhahahahaha !


Hell yeah!

Joie, félicité, petits bons de bonheur, youkaïdi youkaïda…. Mon nouveau pantalon me donne un sacrée pêche.

J’en causais il y a peu : le pantalon 21 du Fashion Style n°9 était destiné à s’unir à mon popotin. La preuve, dans mon stock j’avais pile poil le bon métrage du bon tissu pour le coudre. Un tissu légèrement extensible en largeur, fin et d’une couleur canon pour ne rien gâcher.

 

J’ai pas mal de magazines Knip Mode et Fashion Style (l’un étant la traduction de l’autre) mais je n’avais jamais cousu de pantalon de cette marque, c’était l’occasion de tester leur patronage. J’ai donc pris mes mesures et suivi à la lettre les indications, en commençant par couper une taille 42. Et bien je n’ai fait qu’une petite retouche en enlevant 1 cm de chaque côté au niveau de la taille. Et vlan, me voila l’heureuse propriétaire d’un futal incroyablement confortable, doté d’une vraie taille haute, d’une forme joliment emboitante et flatteuse et qui passe haut la main le test de « l’accroupissage sans dévoilage de fessier ».

On peut douter de l’intérêt de supprimer ces 2 cm à la taille en voyant mes photos, puisqu’on voit bien que ça boudine très légèrement à ce niveau, ce qui ne serait pas arrivé sans… Mais je commence à connaître la musique : comme prévu, au bout d’une journée le tissu s’était détendu et zou, plus le moindre boudinage sans que cela baille pour autant.

Je lui trouve tout de même deux mini défauts, tous deux situé sur la partie la moins bronzée de mon anatomie. D’abord il est trrrrès près du corps, me voila dans l’obligation de dégainer les p’tites culottes « sans couture ou quasi » sans quoi l’effet n’est pas franchement flatteur. Et segundo il rentre un tout petit peu trop au niveau du bas des fesses. Ce n’est pas inconfortable mais je ne vois que ça sur mes photos de dos.

Ce qu’il faut savoir :

  • Le côté pantalon à pont, c’est du flan : on pourrait tout à fait faire de petites modifications et obtenir ce résultat mais cette version inclut une fermeture à glissière invisible.
  • Les planches de patron sont celles de Knipmode, donc en néerlandais et avec les tailles hollandaises : le 42 du magazine français correspond au 40 des planches.
  • J’ai dû couper 6 cm avant de faire mes ourlets alors que je mesure 1m70 et que la stature est soi-disant pour une femme de 1m72 : les jambes sont immenses !
  • Les explications sont bien foutues et plutôt agréables à suivre, d’ailleurs à l’avenir je continuerai à monter mes pantalons de cette façon.

 

Pour résumer : je suis conquise ! Non seulement je compte bien réitérer dans une couleur plus sobre, mais en prime je vais certainement profiter de la large gamme de tailles (du 36 au 56) et coudre le même pour Frangine Bien-Aimée.

Comme vous pouvez le constater, l’élasticité du tissu permet de prendre des poses excentrico-stupides avec le sourire.

Surtout, je vais m’empresser de tester un autre patron de ce mag’. Il me FAUT une tunique fluide pour aller avec Super Futal.


Réfexions pantalonesques

Or donc, je vais vous causer aujourd’hui d’un sujet grave : le pantalon, alias futal, fute, falzar, froc….

N’allez pas croire que j’ai eu le temps d’en coudre un : j’ai des patrons et du tissu prêts depuis des lustres, mais d’autres priorités pour l’instant (croyez-moi, je souffre dans ma chair, mais c’est vrai). Toujours est-il qu’à l’heure où mes tout premiers futes maison commencent à lâcher (et ouais, le tissu à 2 roros le mètre, ça s’abime vite hélas), j’hésite un peu sur les futurs remplaçants. Vais-je refaire les mêmes ? Est-ce que vraiment ils m’allaient si bien que ça ? En ce qui concerne l’un d’eux, la réponse unanime de mon entourage est NON. Bande de sans cœur, mais passons. Pour en revenir à l’historique de mes frocs, une étude plus approfondie s’impose. Attention, avalanche de photos et détails. lire la suite »