Archives du tag: Ottobre

Jersey for ever

En ce moment j’ai de folles envies de robes…

J’ai ressorti tous mes magazines (et croyez-moi il y en a un paquet) et eu un mal de chien à choisir par quel patron de robette j’allais commencer. Finalement c’est cette petite beauté du magazine Knipmode de décembre 2016 qui l’a emporté.

Il s’agit du patron 9 à jupe dansante. La version 8 plus ajustée et à manches longues me fait de l’œil aussi, je la verrais bien unie et dans une couleur sombre pour un effet plus chicos. D’autant qu’il faut peu de tissu pour la réaliser, 1m35 ici (taille 40 = un 42 français), donc pourquoi se priver ? Je précise au passage qu’il y a une grosse erreur dans le mag’ puisque d’après celui-ci il en fallait 2m35.

J’en suis trrrrrrrès contente, je fais la danse de joie tellement elle est chou, confortable et originale. Dommage qu’elle soit aussi un chouïa trop courte à mon goût. Et surtout que je n’ai pas prévu d’entoilage pour soutenir le tissu au niveau des découpes du col : celui-ci se détend et arrondi les angles qui devraient être nets, c’est ballot.

Ce super jersey vient de chez Gotex à Anderlecht, à 5€ le mètre il aurait été dommage de s’en priver. Joie : il me reste de quoi me coudre une babiole. Edit : par contre comme prévu le fait qu’il s’agisse d’un jersey de coton n’est pas top car il se détend un peu. Les prochaines fois j’utiliserai des tissus ayant plus de nervosité, donc un peu élasthanne ou équivalent dedans.

 

Quitte à dégainer surjeteuse et recouvreuse, autant en profiter : dans la foulée j’ai sorti les chutes de mes précédents t-shirts ainsi qu’un mini-coupon de jersey noir à mignons mini-clous dorés récupéré lors d’une trocante (merci Yanoudatoi !). Il a fallu feinter pour réussir à en faire un t-shirt à manches longues….

Le patron a déjà fait ses preuves, il s’agit d’un modèle raglan (05/2013, page 2) qui a la particularité d’avoir une pince sur l’épaule afin de suivre harmonieusement la courbe.

En suis-je contente ? Pas tant que ça : je le porte car j’aime beaucoup les tissus utilisés, super doux et amusants ensemble, mais les découpes sont…. meuhhh. Et surtout la différence de nervosité entre les tissus fait qu’il poche un peu au niveau de certaines couture. Tant pis…

Attention braves gens, il se pourrait que je couse bientôt une PRN (petite robe noire). Le truc parait-il indispensable qu’il manque à ma garde-robe. J’ai le patron (canon), le tissu (pas mal non plus), trouverais-je le temps ?

Pink

Après l’obsession des pantalons, me voila prise d’une énorme envie de t-shirts.

J’ai réalisé que je tournais toujours avec les trois mêmes favoris :

 

Mes vieux t-shirts printaniers ayant été énormément portés, il était temps d’en coudre deux nouveaux, pour lesquels j’ai ressorti ce fameux jersey fin gris chiné d’une douceur incroyable et qui ne bouloche pas (joie), un jersey mélangé de composition douteuse mais d’un rose canonissime chopé chez Tissu Passion à Bruxelles ainsi que les patrons de Bubu et Totobre.

Las, j’avais bien noté la dernière fois que l’encolure du t-shirt Burda était beaucoup trop large et qu’il fallait réduire drastiquement la longueur de la bande d’encolure…. Et j’ai oublié de le faire. De plus j’ai coupé un 40 sans faire attention à la nervosité du tissu, qui moule un peu trop mes rondeurs… Ce haut est donc un semi-échec : j’aime tellement la couleur et les fronces que je le porterai malgré tout.

Par contre le gris…. j’ai envie de dire « Vavavoum !!!! » tant je l’aime. Aucune prouesse couturistique ici, juste le plaisir d’avoir un haut presque sobre et incroyablement confortable.

Edit : bon, j’ai craqué, c’était stupide de laisser le t-shirt rose ainsi. Comme je n’avais plus assez de tissu pour refaire la bande d’encolure et que celle défaite n’était plus en état j’ai dû couper dans le bas et refaire l’ourlet. Maintenant il est superbe et je le porte dès que possible !

 

Allez, je suis un boulet : j’ai oublié de prendre une photo montrant en entier mon dernier tricot, une couverture pour bébé doublée d’un coton léger. J’en cause tout de même. Il s’agit du patron gratos Concentric square baby blanket créé par Margit Sage pour Fiber Fiend.

Si vous cherchez un patron vraiment simple avec une touche d’originalité alors foncez, enfin si vous tricotez in english. Il n’est pas censé être doublé mais, bien que l’envers ne soit pas laid, je trouve tout de même que ce tissu (aussi trouvé chez Tissu Passion) lui donne un p’tit quelque chose en plus.

En ce qui concerne le fil, j’ai ressorti le mix laine/acrylique Julia de chez Zeeman, économique, doux et passant en machine. Il aura fallu moins de 3 pelotes en tout.

J’espère avoir à nouveau le temps de coudre et tricoter avant la Saint Glinglin… Disons que les microbes ont bien tourné dans la maisonnée et que ce n’est hélas pas fini. Toutes mes excuses à celles qui m’ont laissé des commentaires restés sans réponse : je vais tacher de rattraper le coup.


Bébé marin

Aujourd’hui fiston débute une carrière de mannequin flou.

Cet ensemble n’est pas pour sa pomme (pauv’ enfant misérable à qui sa mère ne coud quasi rien) mais pour le nouveau-né d’une amie. L’expérience m’ayant prouvé qu’à la naissance on est couvert de cadeaux mais rarement au-delà de la taille « 6 mois » j’ai préféré couper l’ensemble en 74 cm…. Et à ma grande surprise ça va encore à peu près à mon grand bonhomme de 18 mois/86 cm. Mais il faut dire qu’il est très mince.

Attaquons avec la marinière à capuche, patron #3 (page 8 )du mag’ Ottobre de l’automne 2014.  Bébé a l’air particulièrement benêt quand elle est boutonnée ? (Le flou le cache, mais croyez-moi sur parole : benêt il a l’air) C’est bien pour ça que j’ai choisi ce patron ! Pas pour le plaisir de prendre des photos sur lesquelles mon fils a l’air nouille (je suis indigne mais pas à ce point) mais parce que les capuches des fringues enfants n’ont souvent qu’une utilité toute relative : ça ne tient pas en place et ne protège pas les oreilles du vent coulis. Là si. Joie !

On voit tout de même que la carrure est trop serrée pour Léozilla et que les manches commencent à être justes. Le jersey épais et peu élastique pour marinière vient de chez Vêtements marins, (attention : je l’avais en stock depuis des lustres et j’ignore si la qualité est restée la même) il est très agréable à coudre car stable, par contre laissez tomber les patrons prévoyant beaucoup d’aisance négative.

J’ai utilisé ma surjeteuse pour le montage et la recouvreuse pour les finitions mais c’est le type de jersey qui supporte très bien d’être travaillé avec le point élastique et l’aiguille double d’une machine à coudre.

Et le futal alors ? Celui-là c’est une autre histoire, mais je vous présente d’abord la bête : le jean #7 (page 6) du mag’ Ottobre de l’automne 2013. Toujours en 74 cm… Mais cette fois non seulement la longueur est toujours bonne en 86 cm mais en plus Léo nage dedans, en particulier au niveau de la taille et ce malgré la ceinture élastiquée au dos.

Pour le coup je pense que c’est de ma faute : en cousant l’élastique j’ai été trop soigneuse et l’une de mes coutures nuit à l’extensibilité du truc.

Il ne le perd pas, c’est déjà ça. Si le fils de mon amie ne marche pas tout de suite il y a de bonnes chances pour qu’il fasse du gras et le remplisse mieux, mais au cas où j’ai tout de même bricolé à l’arrière un système de boutons pression afin de le resserrer.

À part ce détail je suis ultra fan de ce jean qui a tout d’un vrai : poches, empiècement dos, coutures rabattues, braguette zippée et bouton riveté… J’ai juste fait l’impasse sur les passants (j’ai eu tort : il m’aurait suffit de coudre vite fait une ceinture pour arranger le souci d’ajustement).

Le jean stretch rouge a été pioché dans mon stock, il me reste de quoi en faire un à ma taille et surtout un autre mini pour Léo : quand je l’ai changé après les photos il était désespéré que je le lui enlève, à tel point qu’il a retiré son pantalon et essayé de remettre celui-ci. C’est la première fois qu’il montre un quelconque intérêt pour un vêtement, c’est ballot que ce soit pour un autre.

Que dire d’autre ? On ne le voit pas bien sur les photos mais le biais utilisé pour souligner les diverses poches est décoré de petites ancres marines, c’est ultra chou. Malgré la largeur du futal je suis enchantée, et le destinataire pourra le porter durant des mois (en roulant les manches et les jambes d’abord).

Ottobre propose décidément des patrons extra pour les enfants (enfin quand on aime coudre des tissus extensibles, sinon c’est la lose) et ça fait plaisir de bosser sur ce genre de mignonneries miniatures.

 

Léotoro

Joie. Halloween arrive !

Pour le tout premier déguisement de fiston il fallait

  • du chaud, parce que novembre quoi
  • du choupinou
  • du pratique/portable tous les jours
  • du pas cher, parce que porte-monnaie en peau de hérisson

 

J’avais en stock de quoi faire une tenue de pokémon, de Godzilla et de Totoro, c’est ce dernier qui a remporté les suffrages haut la main. Le tissu principal est un minkee que j’avais commandé en ligne pour faire des inserts de couches lavables.

Erreur fatale, je me suis retrouvée avec un mètre de tissu à poils longs, pas vraiment adapté pour collecter proprement les fluides corporels de fiston mais imitant fort joliment le poil de Totoro. Avantages non négligeables : c’est moelleux, chaud et on peut laisser les bords à cru.

Que-quoi-qu’est-ce ?

Il s’agit d’un hack du patron de combinaison à cagoule du magazine Ottobre 04/2014, réalisé dans la taille 86 cm pour un nain de 81 cm. Les modifications sont minimes : j’ai placé la fermeture à glissière dans le dos et ajouté les oreilles, les appliqués décorés à la peinture pour tissu et des velcros pour faire tenir la cagoule en place.

Portée ouverte, la cagoule est assez large pour que je puisse y glisser ma tête, ce qui nous a permis de faire une séance photo coolissime.

Va-t-il continuer à porter cette tenue après Halloween ? Je veux mon n’veu ! Outre sa supra-mignonitude elle est merveilleusement chaude et semble tout aussi confortable.

À très vite pour un autre déguisement, cette fois pour une chouette gosse de 8 ans fan d’une héroïne de comic book.