Archives du tag: moutarde

Gilet express

Voila un tricot reposant : manches 3/4, forme boléro, le tout dans une laine épaisse tricotée avec des aiguilles 7… Autant dire que ça monte vite, très vite !

C’est seulement la seconde fois que je tricote un gilet car, soyons clairs, ça m’ennuie profondément normalement, je crève d’ennui à la simple idée de tricoter du jersey envers au kilomètre. Heureusement qu’un point fantaisie est venu rendre le tout nettement plus amusant. J’ai ainsi eu la joie de découvrir le tricot selon Phildar et je me sens légèrement allergique pour tout dire car les explications me semblent bien plus compliquées à suivre que dans les modèles in english sur lesquels je me suis jusqu’ici fait la main..

Ah, sur la photo originale j’avais un gros faible pour le  mode d’assemblage affiné par des coutures nervurées. Ne le cherchez pas sur ma version car j’ai eu beau lire et relire la fiche je n’ai jamais réussi à trouver les indications pour réaliser ce magnifique montage hélas.

Mais qu’on n’aille pas s’imaginer que je vais m’avouer vaincue pour autant : j’ai décidé de réussir à me faire des pulls et c’est ce que je vais faire nom de Zeus ! Le prochain sera rouge et tricoté en 3.5 (enfin sauf si je me dégonfle à nouveau évidemment, étant donné que ce fameux modèle je vous l’ai déjà promis dans un précédent épisode).

Que dire d’autre ? Je suis certaine d’oublier quelque chose… Ah oui, à propos de la laine (de l’Eco+ coloris moutarde de chez Cascade Yarns) et bien figurez-vous qu’elle gratouille pas mal mine de rien donc je ne le porterai plus à l’avenir que sur un t-shirt à manches longues, secundo Phiphi abuse vraiment en conseillant de commander 10 pelotes de 50 gr pour réaliser ce modèle alors que je n’ai pas utilisé 250 gr d’un fil au format équivalent. Et tertio vous ne rêvez pas : les deux charmants motifs en palmier se trouve bien positionnés pile au bout de mes seins, bravo au créateur du modèle pour son sens impeccable du ridicule, j’ai un chouïa l’impression de m’être tricoté un grand cache-tétons. Ceci dit je reste fière comme un pou, je vous préviens le premier qui se moque de mon gilet se prend un avertissement car il n’y a que moi qui ai le droit de le critiquer !

Doute, je crie ton nom !

Il existe un concept de robe ravissant et amusant à la fois : l’infinity dress…

lire la suite »

Testé et approuvé

C’est la … Oui, c’est bien la quatrième fois que je couds ce modèle, tout simplement parce qu’il est parfait quand on a un peu de jersey sous la main et envie de faire quelque chose de rapide, confortable et franchement mignon. A noter tout de même : ce patron taille très grand je trouve, je le fais systématiquement en 38 mais j’envisage de le faire en 36 la première fois, c’est dire !

J’ai donc la joie et l’honneur de vous présenter la dernière version en date : un joli haut  court, jaune moutarde, en jersey assez épais dégotté à vil prix (2 roros le mètre) dans une petite boutique Bruxelloise. L’essentiel de mon métrage est destiné à un t-shirt à manches longues, déjà découpé et que je monterai une fois de retour à Bobigny où m’attend ma surjeteuse bien-aimée. En attendant j’avais tout de même envie de coudre ce petit haut taillé dans ce qu’il me restait de tissu.

Problème majeur : sans surjeteuse ou aiguille jumelée le jersey c’est la galère ! Solution : prendre son temps, utiliser une aiguille spéciale jersey mais aussi le point zig-zag pour assembler et faire une espèce de surjet sur les bords. Le moment réellement délicat aura comme d’habitude été les ourlets, qui gondolent beaucoup trop quand on les fait directement. J’ai donc utilisé un biais en jersey en guise de parmenture, ce qui donne un résultat plus propre, y compris sur l’envers, même si ce n’est pas aussi impeccable qu’avec mon matériel habituel.

Patron n°120 du magazine Burda de janvier 2011.

Basque et caetera

Aussitôt vue dans le dernier Tendance Couture, aussitôt programmée. On l’aura compris j’ai eu un coup de foudre pour ce modèle de jupe droite à basque, à réaliser absolument dans un tissu décalé pour la rendre un peu plus fun. Manque de bol je n’ai pas trouvé le wax africain de mes rêves , je me suis donc rabattue sur un coupon dégotté dans un magasin bruxellois, les Tissus du chien vert. Un imprimé à carreaux moutarde et gris, pas folichon vu comme ça mais qui, je trouve, colle bien à ce que j’avais en tête. lire la suite »