Archives du tag: marché de noël

Chaud les bijoux !

Ho ho ho !

Attention Attention – Noël en approche – débauche de cadeaux en vue… En ce qui me concerne, qui dit Noël dit Marché des Tanneurs de Bruxelles organisé par Re-creation Hall, parce que l’an dernier je me suis bien amusée à jouer à la marchande, j’y ai aussi fait de chouettes rencontres (spéciale cacedédi à toi, Reb !) et mangé la meilleure soupe de pleurotes de ma vie. Bref, je remets ça le week-end du 12 et 13 décembre.


Comme l’an dernier, je fais dans la récup’, mais cette fois j’ai décidé d’utiliser mes restes de pelotes pour créer des bijoux réchauffants et moelleux. Je n’ai pas eu le temps de faire plus de photos car je suis en pleine production mais si mon plan se déroule sans accrocs (et j’aime quand un plan se déroule sans accrocs) il va y avoir une belle variété de formes et couleurs, quelques bracelets et headbands aussi.


Cadeau bonus, je vais partager ce stand avec ma copine Vanessa et ses céramiques simples mais classes pile comme j’aime. Ça devrait donc rigoler et papoter à fond devant note table, n’hésitez pas à passer histoire de bavarder !

Pour faire les mêmes c’est assez simple, il faut juste de la laine, un tricotin, un pistolet à colle et des fermoirs à calotte. Si ça vous tente, dès que j’aurais le temps je ferai un mini-tutoriel pour expliquer mes trucs pour aller plus vite et faire en sorte que tout tienne parfaitement en place.


Une nouvelle année

Oh, toi qui viens lire ma prose régulièrement

ou qui n’est que de passage un peu par hasard, puisses-tu avoir une nouvelle année pleine de mirlipompons et autres joyeusetés ! Je me souhaite d’ailleurs la même chose, parce qu’il n’y a pas de raison.

Maintenant que les vœux ont été souhaités, passons aux choses sérieuses : mais qu’est-ce que j’ai bien pu glander ces derniers temps bon sang ? Ni couture, ni tricot, ni même travaux dans la nouvelle maison…. Rien de rien sur ce blog à part mes préparatifs -moyennement passionnants il faut bien le dire- de marché de noël. Et bien voila, tout est en panne chez moi : mon bras tendiniteux d’abord, donc ni travaux ni tricot.

Je pensais pouvoir tout de même coudre, mais ma surjeteuse s’est mise en grève. J’ai compensé un temps avec ma machine à coudre… Qui elle aussi a flanché et se retrouve chez le docteur pour un temps. Heureusement, il me restait ma première machine à coudre, une p’tit brother mécanique assez basique mais qui fait toujours le job…. Et vlan, l’ampoule a claqué, donc je peux encore coudre, mais dans le noir (mon marchand d’ampoules de machine est en vacances).

Je crois moyennement aux signes du destin toussa toussa, mais là je me suis dit que quand même y’avait comme un souci j’ai donc fait une pause complète et hiberné sous ma couette, et c’était ma foi plutôt pas mal. Je n’ai toujours pas récupéré mes machines bien-aimées, on va voir si je me remets à coudre avec la remplaçante ou pas, bref, je ne promets rien pour les jours/semaines à venir, à part que quand je reviendrai, je serai méga reposée.

Marché de Noël des Ateliers des Tanneurs à bruxelles, photos Re-creation Hall

 

Je vais tout de même causer encore un peu aujourd’hui,

histoire de faire le bilan de mon marché de noël : est-ce que payer pour avoir le droit de passer trois jours à tenir un stand valait le coup ? La réponse est ouiouioui ! Et ce pour plusieurs raisons :

  • Financièrement, ce n’est pas la fortune mais j’ai vendu presque tout mon stock, donc gagné un peu de sous. Si on considère le matériel, le temps de réalisation, le temps passé sur le stand et qu’on retire les sous payés aux organisateurs pour être là, je me paye un tarif horaire ridiculement bas, mais de l’argent qui rentre c’est toujours ça de pris.
  • J’ai passé de chouettes moments avec mes amis, car un paquet d’entre eux sont passés me tenir compagnie, ce que j’ai vraiment apprécié
  • En prime, j’ai fait de super rencontres : entre les autres exposants qui étaient pour la plupart des gens topissimes et les visiteurs du marché avec qui j’ai papoté, j’ai été gâtée niveau conversations fun et inspirantes.
  • Last but not least, plusieurs lectrices de ce modeste bloug sont passées me claquer une bise, et c’était bien cool de vous rencontrer les filles ! Problème : vous ne m’avez pas laissé de coordonnées pour vous joindre, donc si ça vous tente d’aller boire des coups et bavarder n’hésitez pas à me laisser un mot par ici, je serai ravie de vous revoir.

 

Je recommencerai donc avec plaisir l’année prochaine, et peut être même avant dans des marchés de créateurs, par contre la prochaine fois je viendrai mieux préparée : on sentait bien que c’était ma première fois puisque mon stand était de loin le moins joliment décoré, les autres ayant prévu des mises en scènes et surtout de jolies lumières tamisées qui attiraient la foule et donnaient une atmosphère délicieusement cosy à leurs stands.

 

Le stand de Jibé et marie Bigoudi, photo Re-creation Hall

Supersec, photo Re-creation Hall

 

J’en profite pour présenter mes stands favoris, qui valaient carrément le détour :

  1. On attaque avec Miho de Tabito jewelry et Frédéric de la forge de Mousty. Ces deux-là font ensemble des bijoux incroyablement poétiques.
  2. Le duo formé par Jibé et Marie Bigoudi est tout aussi top, dans un style beaucoup plus déjanté. Mention spéciale pour leurs trousses en forme de slips et culottes, et leurs super bracelets-montres
  3. J’ai finalement craqué pour les « fermes à champignons » de PermaFungi : un projet écolo-urbain et surtout délicieux, puisqu’on peut ainsi cultiver chez soi des pleurotes à se rouler par terre de bonheur. J’ai offert l’un de ces kits à mon oncle et ma tante, j’ai hâte d’avoir des nouvelles de la future dégustation de champignons.
  4. Supersec m’a carrément tapé dans l’œil : uniquement des produits séchés dans les pays où ils sont cultivés, ce qui entre autres avantages divise par 15 le poids des produits, donc le bilan carbone. C’est hélas un peu trop cher pour que je devienne une cliente régulière, mais bon sang que c’est bon ! Mention spéciale pour leurs cerises séchées, un vrai régal. J’ai quand même craqué et chopé un paquet de purée aux cèpes. Miam quoi.
  5. Et pour finir, Ink Factory est un projet autour de la sérigraphie, les deux artistes (dont j’ai oublié les prénoms, désolée les filles !) proposaient des cartes imprimées mais aussi une chouette démonstration de la technique en question.

 

Le stand Ink Factory, photos Re-creation hall

 

Sur ce je vous laisse, je vais aller bosser sur une p’tite surprise que nous concoctons pour l’anniversaire du site communautaire Thread&Needles. Guettez ce qui va se passer là-bas durant les prochains jours, il se pourrait qu’il y ait quelques cadeaux et autres goodies qui passent.

Récup’ et marché de noël

Il m’aura fallu du temps avant de me décider à participer à un marché de noël…

Après une tentative désastreuse (3 jours dans le froid sans rien vendre) il y a quelques années, je me pensais vaccinée contre le concept, et puis Re-creation Hall a débarqué avec un concept franchement chouette uniquement basé sur la récupération, pile ce que j’aime quoi. Je serais donc du 19 au 21 décembre sur le Marché des tanneurs, 58 rue des Tanneurs à Bruxelles. Joie et bonheur : cette fois ça se passe à l’intérieur !

La difficulté c’est de ne pas me planter dans mes choix de modèles (pas question de rester avec mon stock sur les bras) : qu’est-ce qui va plaire au juste ? Comme je n’en sais rien, je pense tester pas mal de choses différentes.

J’ai commencé par de petits sacs coupés dans une veste d’homme dont j’ai conservé certains détails, comme les poches ou une manches plaqué en guise de déco. Les bandes sont en cuir très usé et doux, chopé aussi sur un vieux vêtement qui méritait qu’on lui offre une seconde jeunesse. Il me reste encore quelques bouts de la veste d’homme, dont le col et une manche complète…. Hum, vais-je réussir à en faire encore quelque chose de correct ?

Et si vous n’habitez pas dans le coin, sachez que vous pouvez trouver dans ma boutique Etsy des châles 100% alpaga de toute beauté (nan mais vraiment quoi, j’aimerais pouvoir les garder pour ma pomme tellement je les aime) et les quelques sacs à laine qu’il me reste.

À très vite pour d’autres transformations, mais aussi toute une réflexion pantalonesque.