Archives du tag: make bra

Allez, on y va

Ça fait deux jours que j’hésite à poster ces photos…

Par pudeur ? Pas vraiment puisque j’ai déjà posé en sous-vêtements sur ce blog. Plutôt par embarras parce que bon, voila quoi,  je ne fais pas vraiment une taille mannequin. On peut même dire que j’ai des formes, du gras, des rondeurs mal placées….

Et même si je ne suis pas à plaindre puisque je ne suis pas médicalement en surpoids, même si je suis encore dans la norme, même si veut aussi dire que j’ai un décolleté d’enfer et une super chute de reins, ça fait un peu mal à l’égo parfois de tenir un blog de couture quand on ne ressemble pas du tout aux filles (irréelles) des magazines. Ni même à plein d’autres blogueuses minces et ravissantes à qui un sac à patates irait.

Mais revenons à nos moutons : j’ai cousu une culotte pour accompagner mon bustier… Elle est montante et un peu bizarre avec son empiècement, je sais bien que c’est le genre de projet qui ne plaira pas à grand monde, mais je la trouve terriblement confortable, décalée et rigolote. C’est ma seconde version du patron Panties DL21 du site Make Bra et sans doute pas la dernière.

Sur ce, je retourne tricoter la seconde manche de mon nouveau pull. Un jour, oh oui un jour, je pourrai enfin vous le montrer !

Dessus-dessous

Pfou, j’ai dû respirer un bon coup avant de commencer cet article…

J’ai beau me dire que poser en sous-vêtements, c’est comme être en bikini à la plage, c’est tout de même une toute autre démarche. Mais que voulez-vous, cet ensemble que je viens de me coudre est beaucoup moins sympa présenté sur un cintre, alors même si je ne suis pas un super mannequin, même si j’ai des p’tits bourrelets ici et là et même si je ne sais pas comment retoucher mes images pour effacer la peau d’orange, j’ai décidé que, bon sang de bois, j’allais vous montrer des photos portées.

Tout a commencé avec le concours Extreme sewing make-over organisé par Thread&Needles. Le concept est simple mais ultra motivant : transformer une (ou plusieurs) vieilles fringues en quelque chose de neuf que l’on aura envie de porter encore et encore. Comme ça faisait un moment que j’avais envie de me lancer dans la couture d’un soutien-gorge, je me suis dit que c’était l’occasion parfaite puisqu’au pire je risquais de saccager un tissu de récup’. Alors hop, « envoyez c’est pesé », j’ai chopé une vieille djellaba donnée par Belle-Maman, une toute aussi vieille jupe en jersey dont j’aime beaucoup le motif, et surtout j’ai commandé un kit de démarrage.

Mais que-quoi-qu’est-ce donc que ce kit ? Ahah ! Grâce à Topinette, j’ai découvert que le site Make bra propose non seulement des patrons et du matos de corseterie vendu à la pièce, mais aussi des kits comprenant tout le petit matériel nécessaire, qu’il s’agisse de l’élastique pour les bretelles, des petits bitoniaux pour accrocher le tout ou du rembourrage. Il n’y manque que les baleines en fait, et comme j’avais justement de vieux sous-vêtements massacrables, j’ai pu sans souci récupérer celles-ci dans mon tiroir. Avec un kit à 21€, disponible en blanc ou en noir, on peut réaliser deux soutiens-gorge. Si on ajoute à ça le patron du-dit soutif (Balconette bra #DL01, 6.95€), celui de la culotte que j’ai chopée par la même occase (Panties pattern DL21, 2.50€) et les frais de livraison (6.60€), ça nous fait un total de 37.05€, et comme je suis absolument ravie de ces deux patrons, je peux vous assurer qu’ils vont être rentabilisés à mort !

Avantages et inconvénients :

  • La créatrice du site Make bra est extra : j’avais un doute pour la taille, elle a répondu aussitôt à mon message, puis par acquis de conscience m’a recontactée pour vérifier certains points de ma commande, alors qu’elle aurait pu juste l’envoyer sans se poser de questions.
  • le kit permet de ne pas se prendre la tête pour une première expérience soutien-gorgesque : aucun risque d’oublier quelque chose donc.
  • L’envoi est rapide et soigné.
  • Les patrons que j’ai testés sont très bien coupés, je n’ai fait aucune retouche.

Ce que j’aime moins :

  • Les finitions de ce soutien-gorge se font avec un élastique utilisé comme du biais, je n’aime pas trop le rendu, même si le résultat est très propre ainsi.
  • Les explications sont en anglais, normalement ça ne me pose pas de souci mais le vocabulaire « lingerie » étant très spécifique, j’ai douté plusieurs fois.
  • Les explications de montage sont à mon avis insuffisante. Heureusement sur le site on peut trouver plus d’informations.
  • Ceci dit, les finitions obtenues ainsi me semblent un peu approximatives, mais peut être est-ce dû au fait que c’était ma toute première fois.
  • Le patron du soutien-gorge n’est pas vendu en multitaille : il faut prendre soigneusement ses mesures avant de commander, et on reçoit un fichier imprimable comprenant cette unique taille, ce que je trouve ennuyeux (bah oui, je peux prendre ou perdre du poids, et alors il me faudra racheter un patron, c’est agaçant).
  • Le site propose des équivalences entre tailles européennes et US… mais pas de tailles françaises (et non, la taille standard européenne n’est pas la même que celle utilisée en France). Pour info, pris un 85C.
  • Le patron de culotte est lui envoyé avec 4 tailles, S,M,L et XL. Après m’être mesurée j’ai coupé la taille L, qui correspond donc à un 40/42, ce qui signifie que le XL doit être du 44/46. Bref, alors que pour les hauts les tailles proposées vont assez loin, pour cette culotte c’est hélas limité.

 

Revenons à nos moutons, enfin à cet ensemble quoi : il est loin d’être parfait mais j’en suis enchantée car, si on passe sur les petits défauts esthétiques, le confort est top ! Ok, le « panties », c’est une culotte de grand-mère : gainante, montante, bref avant de l’enfiler je craignais que ce ne soit 20 fois trop grand… Et en fait non, c’est juste un modèle emboitant à taille haute. Nickel pour moi qui suis une fan de ce genre de coupe et dont tous les pantalons sont justement à taille haute. Et je le répète, niveau confort c’est im-pec-cable.

Pour le fun, j’ai ajouté ici et là de petites touches de dentelle vintage à souhait trouvée dans le stock de la grand-tante de mon copain, et finalement j’aime assez ce méli-mélo de tissus improbables. J’ai beau être hors compétition pour ce concours (en tant que membre du jury, c’est mieux), je suis contente de présenter un projet assez ambitieux mine de rien, et qui m’a appris pas mal de choses au passage.

Vivement le prochaine ensemble, me voila accro !