Archives du tag: maille

Troc troc

Nouveau troc, nouveau fun !

Je suis une sale grosse veinarde : j’ai rejoins le cercle des heureux possesseurs de chaussons Made by Papelhilo. Ne sont-ils pas adorables ?!

 

De son côté, la demoiselle avait envie d’un gilet sobre. J’insiste sur sobre. Genre noir pour pouvoir aller avec tout. Et bien, que le Grand Cric me croque, j’adore le résultat et j’ai envie d’en faire un autre pour moi maintenant, c’est malin.

Il s’agit d’une nouvelle version du gilet 107 du Burda de mars 2013 (un excellent cru décidément). J’ai suivi mon propre tutoriel pour ajouter des poches rondes, elles sont ici soulignées d’un biais jersey gris pour ajouter un peu de fantaisie (ouais ouais, c’est bien connu, le gris est une couleur fantaisiste… hum).

Pour tout dire, je le trouve vachement plus réussi que ma première version, même si la maille fine choisie donne tout de même un chouïa trop d’épaisseur à la patte de boutonnage. Les boutons sont en fait des pressions Kam marrons (fantaisie power on vous dit !).

Oh, z’avez vu ? J’suis toute en « fait maison » sur ces photos : je porte aussi le t-shirt Al Bundy et mon slim Bella.

La robe express

J’ai un scoop incroyable pour vous…

Quelque chose qui pourrait changer votre vision du monde à tout jamais. Attention, accrochez vos ceintures (c’est le cas de le dire) : manger fait grossir ! Boire de la bière belge aussi d’ailleurs. Qui l’eut cru franchement ?

Bref, il se pourrait que j’ai pris du poids, voila l’horrible vérité. Le bon côté des choses c’est que ça justifie le fait de me coudre moult nouvelles fringues, mon armoire étant pleine de choses ravissantes certes, mais dans lesquels je suis un chouïa à l’étroit. La robe du jour a été cousue en deux p’tites heures, le plus long aura été de poser soigneusement ce ruban façon mètre de couturière sur l’encolure américaine. Petite astuce : j’ai d’abord cousu du biais bleu foncé afin d’avoir une encolure nette, puis j’ai ajouté le ruban, le tout rend plutôt bien ainsi.

Pas de surprise avec cette robe T-shirt (rallongée de quelques cm) issue du magazine japonais Pochée n°8 : le patron est super basique et mériterait d’être amélioré, mais ma foi de temps en temps un modèle simple et sans prise de tête ça fait du bien.

Le jersey est un mélange coton et lycra à 2 roros le mètre de chez Stop Tissu, le ruban vient de la Mercerie de Charonne, au passage il existe aussi en blanc et en écru. En faisant le compte je réalise que j’en ai eu pour 3€ de tissu, 1€ de ruban et 50 centimes pour le biais : 4€50 la robe ça reste raisonnable.

La robe de tricheuse

 

j’ai dû feinter pour réussir à me faire cette petite robe mine de rien.

Ou comment faire tenir toutes les pièces d’un patron pour lequel il faut 2m70 de tissu dans un coupon de 2m…. Voici donc les modifications apportées :

  • Couper dans le droit fil ? C’est pour les faibles ça, là j’ai plutôt joué à tetris avec mes pièces
  • L’ampleur de la jupe ne tient pas dans le coupon ? Qu’à cela ne tienne, je la réduis dans la foulée
  • le col est trop près du cou à mon goût : hop j’ai découpé illico un décolleté plus sympatoche
  • … et dessiné une nouvelle parmenture, forcément
  • Ah tiens, les manches longues dépassent du tissu … Ça tombe bien je les préfère 3/4 !

 

Le patron, c’est celui de la robe n°115 du Burda d’août 2012. A la base il n’est pas du tout prévu pour de la maille, j’ai donc coupé une taille 38, zappé les marges de couture…. Et même ainsi il m’a fallu reprendre les côtés et augmenter la largeur des pinces pour obtenir quelque chose de joliment près du corps. j’ai viré la fermeture éclair qui n’avait plus la moindre utilité, ainsi que les pinces au niveau des coudes.

Parlons-en du tissu d’ailleurs : il vient de chez Berger à Bruxelles, et comment dire… Il vaut tout juste les 8€ payés pour 2 mètres ! J’avoue que c’est un tissu minable, de la grosse maille ayant un peu un aspect nid d’abeille, mais il est aussi incroyablement doux et confortable. Bref cette robe n’est pas appelée à tenir la forme pendant les 20 prochaines années, mais je vais adorer la porter cet automne car c’est typiquement le genre de vêtement doudou dans lequel sauter le matin sans se prendre la tête. En prime j’suis fan de l’ampleur de la jupe dansante, légèrement plus courte devant que derrière, qui me donne l’impression d’être une vraie fille décidément.

j’ai d’ores et déjà une seconde robe d’automne sur le feu…. Vous m’en direz des nouvelles !