Archives du tag: mai 2012

La jupe parfaite

Oui, tu as bien lu, oh Toi lecteur tombé ici Zeus sait comment : cette jupe est parfaite, pour moi en tout cas.


Remontons le temps : je feuillette le magazine Burda du mois de mai 2012 d’un air dédaigneux. « Mouais » dis-je les lèvres boudeuses « seulement deux modèles qui m’intriguent vaguement, cette jupe à panneaux et à taille haute là, c’est vrai qu’elle semble intéressante mais nan, je ne vais pas dépenser 6 roros pour moins de 3 patrons qui me motivent, donc niet ! ».

Grossière erreur, j’ai bu la coupe de l’amertume jusqu’à la lie lorsque j’ai vu cette même jupe sur Maggyy et que la bave m’est brusquement montée aux lèvres. La perfection je vous dis ! Une taille haute et emboitante, pas de ceinture sciante, une belle ampleur de jupe « qui tourne » mais ne révèle pas la culotte pour autant, un côté rétro qui va très bien sur les silhouettes comme la mienne et enfin, last but not least, de vraies poches très joliment construites. Cette obsession des poches peut sembler un peu exagérée mais voila : je déteste avoir les mains encombrées par un sac et j’ai des problèmes d’allergies qui signifient, en gros, que je me sépare rarement de mes paquets de mouchoirs, d’où l’importance de la poche dans ma vie trépidante.

Bref, je vous passe les étapes douloureuses pour trouver le-dit magazine 2 mois après sa parution, j’ai fini par l’acheter en ligne et tout va désormais pour le mieux dans le meilleur des mondes puisque j’ai enfin ZE modèle de jupe que j’adore, qui me va et est super agréable à coudre. Je vais le décliner à l’infini celui-là, il rejoint d’office mon top trois des patrons « entre eux et moi c’est à la vie à la mort ».

Niveau technique j’ai tout de même fait une modif’ pour cette première version : le patron existe en deux longueur mais aucune ne me plaisait vraiment, j’ai donc rétréci la longueur B de 9 cm afin d’avoir une jupe qui arrive simplement aux genoux. Ce qui m’a permis en prime de couper toutes mes pièces dans ce petit coupon de coton de 1m50/1m50 dégotté au marché de Maastricht. Théoriquement il fallait 2 m et ça n’a pas été de la tarte de tout faire tenir en respectant à peu près le droit fil, c’est moi qui vous le dis ! J’ai fini par triompher en trichant légèrement pour couper les fonds de poche, l’honneur est sauf. Un coup de surfilage en rose bonbon pour rendre l’envers plus amusant, j’ai pour finir ajouté 8 boutons recouverts du même tissu et le tour était joué.

Edit : la bonne nouvelle c’est que ce modèle est désormais dispo sur Burdastyle, du moins dans sa version longue à patte de boutonnage cachée.