Archives du tag: laine

L’OCNI

Objet Chauffant Non Identifié : est-ce un col avec capuche, est-ce une cagoule, ais-je l’air d’une grand-mère quand je le porte ?

Cet OCNI là soulève un tas de questions décidément. Toujours est-il que je l’aie vraiment bien : il ne fait pas assez froid pour le sortir pour l’instant, mais le jour où ça arrivera j’irai fièrement par les rue, fendant la bise et me riant du vent coulis.

Mais causons d’abord matériel : figurez-vous que la boutique Creavea vend de la laine et m’a contactée pour me proposer de tricoter quelque chose dans un fil DMC choisi dans cette sélection. À ce stade j’étais partagée entre le sautillement d’allégresse (de la belle laine gratos quoi !), et un gros doute « si je n’aime pas tricoter avec, qu’est-ce que je fais ? » Réponse de Valentine, avec qui j’étais en contact : « aucun souci, vous dites ce que vous voulez. » Cool, parce que sans ça, forcément, ça n’aurait pas collé.

J’ai choisi la qualité Nordic Spirit-Victoria coloris 1312* (hélas, il n’y avait plus de bleu à ce moment là) et vlan, ils m’en ont envoyé 5 pelotes… Voila en gros ce que j’en pense :

J’aime le côté rustique du fil, qu’il soit 100% laine et pourtant assez doux et agréable à tricoter (pour de la pure laine… en revanche il picotera les peaux sensibles), ses larges rayures régulières, que le boulot monte super vite puisqu’il s’agit d’un fil bulky, qu’il se bloque bien et surtout le rendu moelleux et super chaud une fois tricoté. Le fait qu’il soit traité superwash est un vrai plus.

Par contre j’aurais aimé qu’il y ait une dominante de blanc/gris, là les rayures noires sont trop présentes à mon goût. Mais surtout ce fil est très fragile, puisque son aspect rustique vient du fait que la laine est filée mais non-tissée. Bref, si vous tricotez avec une tension de malade, laissez tomber. Heureusement, ça n’est pas mon cas, il n’y a qu’au moment de la couture finale que ce détail m’a un chouïa posé problème.

Que faire avec 5 pelotes ? Au début j’ai eu envie de trrrrrès longues guêtres, et puis je suis tombée sur ce patron tout simple et peu gourmand en laine (j’ai utilisé 2.2 pelotes), je vais donc pouvoir me tricoter de jolies guêtres pas trop longues en plus. Joie !

Ce patron, c’est le Portland Hoodie Cowl créé par Adrienne Krey. Normalement il est censé être assez loose, mais je l’ai tricoté en 5.5 au lieu de 6 afin qu’il soit plus serré : c’est moins cool certes, mais beaucoup plus efficace contre le froid ! Bon, j’avoue que quand il est tombé de mes aiguilles j’ai eu un gros moment de doute, heureusement le blocage a fait des merveilles : il est pile comme je le voulais.

J’ai tricoté le col en circulaire (le patron conseille plutôt de bosser à plat) en ajoutant quelques rangs au point mousse à chaque extrémité. Le capuchon se bosse à plat, rien de passionnant donc, mis à part deux techniques simples mais extra : pour créer le passant sur l’avant (je n’ai pas ajouté de lien, mais je pourrais si je le voulais) comme pour joindre les côtés à l’arrière, il n’y a aucune couture, tout se fait en relevant des mailles ou en rabattant avec trois aiguilles. C’est à la fois fastoche et très malin. On ne coud que la jointure entre le col et la capuche.Voila un patron parfait pour les débutants, par contre il n’est disponible qu’en english à priori.

* 100% pure laine superwash, pelote de 50gr soit environ 85m, lavable en machine à 30°, aiguilles 5.5/6

À bientôt pour de nouvelles z’aventures couturesque (il se pourrait que j’aie une robe à vous montrer d’ici peu).

[Troc] Pour changer, j’ai tricoté un châle

L’invasion de pelotes menaçant la survie de l’espèce Sakikiène, les projets « vide-stock » s’enchaînent sans se ressembler.

À mes débuts j’avais volé récupéré quelques pelotes ultra vintage chez ma mère. Il s’agit d’un mélange laine et mohair (70%, pas dégueu donc) de chez Anny Blatt d’une couleur (un chouïa plus verte que sur les photos) et d’une douceur à tomber. MAIS ultra fragile, genre quand j’ai essayé d’en faire des mitaines tricotées en rond le fil cassait toutes les 5 mn. J’ai donc détricoté ce que je pouvais et attendu l’illumination. Au final j’avais pile ce qu’il fallait pour faire un châle Annis, craquant avec sa dentelle fastoche et ses rangs raccourcis.

Sentant gros comme une maison venir le roulottement de bordure pour cause de jersey, j’ai réparti des côtes 1/1 dans les derniers rangs afin d’obtenir un châle impec’, et finalement j’aime assez l’effet que ça donne. C’est un modèle ultra simple mais qui me fait me poser quelques questions sur ma santé mentale : en effet, au moment d’attaquer les rangs raccourcis j’avais moins de mailles que prévu, alors que j’ai suivi les indications à la lettre sans faire d’erreur. Bref, je vous conseille de bien recompter avant de vous lancer dans la partie en jersey.

Mais pourquoi donc troquer cette merveille de douceur ? Parce que, si j’ai adoré tricoter cette délicieuse matière, je déteste porter de la laine très poilue. Allez savoir pourquoi… Bref il ira rejoindre le premier ou la première à le réclamer à corps et à cri dans les commentaires. En échange j’aimerais bien du matériel de couture (jolis boutons, biais, passepoil, tissu, coton enduit à chouette imprimé… le choix est vaste) ou de tricot (logique la gonzesse : tricoter dans le but de vider son stock et demander du stock en échange, c’est la marque d’un esprit sain, hum), ou encore une surprise si vous pensez avoir l’idée de génie susceptible de me plaire.

Merci à ma môman pour la laine et à Mélanie pour avoir joué les mannequins.

L’étole du berger 2.0

Je sais je sais, j’ai promis le patron de cette étole, mais finalement ce sera pour une prochaines fois….

En effet même si j’aime beaucoup cette version je vais faire encore quelques modifications je pense, bref je vais la tricoter encore une fois avant d’écrire les explications. Et comme je dois absolument me mettre à un grand châle que je dois offrir début octobre, et bien ça ne sera pas tout de suite. Disons que je vous livre ça tout chaud sorti du four mi-octobre, ça roule ?

Donc au programme pour aujourd’hui : une seconde étole du berger (jadis prénommée Claudia mais suite à plusieurs réclamations j’ai décidé d’assumer mon humour débile). J’ai utilisé des aiguilles 4 et moins de 40gr de ce superbe fil pour lequel j’avais complètement craqué dans un magasin hollandais… et dont j’ai malheureusement perdu les références, nouille que je suis ! La couleur est vraiment superbe, niveau composition on a droit à 95% de laine et 5% de cachemire, pas des masses certes mais ce petit luxe me plaît bien.

Pa rapport à ma première version il y a deux modifications notables : pour commencer j’ai changé de motif pour les bordures, cette dentelle-ci me plaît nettement plus et rend aussi très bien dans une laine plus épaisse. Secundo au lieu de tricoter mon motif principal en triangle tout du long je l’ai inversé au milieu, ce qui donne une espèce de démarcation en forme d’éclair, détail qui me botte bien décidément.

J’espère que cette étole #2 vous plaît aussi et que je suis sur la bonne piste pour une version finale qui enchantera les foules (rien que ça) !

 

J’en profite pour causer d’une truc qui me fait vraiment plaisir : Nessie (qui entre autres a eu la gentillesse de m’aider à créer ce blog il y a presque deux de cela) vient ENFIN de sortir sa ligne de patron, allez donc voir le résultat (impressionnant) sur sa toute nouvelle boutique !


Rebelote (avec un concours en prime)

Comme promis voici mon second bonnet Bandwidth

Je l’ai tricoté dans la foulée du premier tellement celui-ci m’avait plu, cette fois j’ai utilisé pour le bandeau blanc un reste de la sublime laine Venezia worsted de chez Cascade Yarns, 70% mérinos et 30% soie autant dire que c’est doux et moelleux. Le corps du bonnet est lui en 220 heathers, toujours de chez Cascade yarns, en coloris aubergine. Il se lave à la main à l’eau tiède, séchage à plat à moins de vouloir redonner un coup de neuf à la forme slouchy du bonnet, auquel cas il suffit de glisser une grande assiette dedans (si si, ça marche parfaitement promis !). lire la suite »