Archives du tag: lace

Estonie, morne plaine

Je vais vous demander de faire un effort d’imagination :

Visualisez le maréchal Grouchy et ses hommes à Waterloo. L’empereur leur a ordonné de poursuivre des prussiens au lieu de se joindre à la baston à venir, faute d’avoir prévu l’importance de celle-ci. Et alors qu’à quelques kilomètres de là Napoléon perd la guerre sur un champ de bataille sanglant Grouchy obéit aux ordres et ne fait rien d’autre qu’avancer sans réfléchir, passant complètement à côté d’un tournant de l’Histoire et ressortant de cette triste aventure la tête basse, déshonoré.

Vous voyez où je veux en venir peut être ? Ce foutu châle estonien aura été à la fois la promesse d’un tricot fabuleux et un échec personnel cuisant. J’en suis tombée raide dingue lorsque je l’ai vu sur Ravelry chez Dobranoc : il s’agit d’une mélange de deux modèles gratos et très connu des tricoteuses de dentelle, le Laminaria et l’Echo flower. Je les avais tous deux repérés en me disant que je testerais bien moi z’aussi les points de dentelle estonienne, sans être vraiment convaincue pour autant, mais le mélange des patrons mis en valeur par les superbes photos de Dobranoc a eu raison de moi, il me le fallait. En fait c’est pour une autre que je l’ai tricoté, mon amie Amélie qui cette année a réussi l’exploit d’organiser son mariage tout en finissant sa thèse de médecine, ce qui méritait bien ce très beau cadeau. Elle le voulait gris, j’ai choisi la laine Lace de chez Drops et je suis partie la fleur au fusil en sifflotant.

Ça  c’était il y a 2 bons mois.

Oh, au début tout allait bien : j’ai adoré tricoter le point étoilé utilisé pour le corps du châle, mais mine de rien quand je suis arrivé à la fin de cette section j’en étais déjà à plus de 350 mailles. Pour un modèle qui va en s’agrandissant et quand on sait qu’il reste à faire 7 répétitions du premier motif de dentelle, puis toute une bordure dans un second motif, ça inquiète un peu… Je vais résumer la suite : les points de dentelle en eux-même sont extras, mais j’ai rapidement enchaîné de petites erreurs. Au début j’ai voulu les corriger, puis en défaisant j’en ai commis d’autres, j’ai réalisé que c’était irrattrapable, j’ai posé le tricot, et à partir de là je me suis forcée à faire un ou deux rangs de temps en temps, avançant au rythme de la tortue en fin de vie et traînant ce boulet avec culpabilité.

Au final je suis heureuse de l’avoir fait, le résultat me plaît malgré les quelques erreurs (qui heureusement se voient peu) et je me sens surtout très nouille car en y réfléchissant bien je ne comprend toujours pas pourquoi j’ai autant galéré, le modèle n’étant pas vraiment compliqué, juste longuet. Au moment du blocage j’ai juste préféré ne pas marquer les pointes, c’est certes moins impressionnant ainsi mais je trouve le résultat plus doux.

Au passage je me demande si certain(e)s d’entre vous auraient des trucs pour bien photographier la dentelle ticotée car je vais finir par désespérer : malgré l’aide précieuse de lyli et de son reflex (ce qui était déjà un gros plus par rapport à mon habituelle technique du compact numérique sur pied avec retardateur) je me retrouve encore une fois avec des images qui, je trouve, ne rendent pas vraiment justice au modèle.

Bon, j’arrête de me plaindre car il faut bien reconnaître que je suis heureuse d’avoir tricoté ce modèle malgré tout ! Pour l’instant il n’est pas question que je refasse un tour en Estonie de sitôt mais me connaissant je risque fort de changer d’avis…

L’étole du Berger, version finale

Ne rêvez pas, le patron de cette étole n’est toujours pas disponible. Ça voudrait dire que je suis dans les temps et cette idée n’est guère crédible franchement …

Disons que sur ce coup je veux faire les choses bien, il est donc prêt mais je préfèrerais qu’une ou deux tricoteuses le testent avant de le mettre à disposition, histoire d’être certaine que tout est clair et net, sans petites erreurs agaçantes par exemple. Bref je cherche des bêta-testeuses à qui envoyer ce modèle en avant-première. Si cela vous tente, voire vous motive à fond les ballons, laissez donc un p’tit mot dans les commentaires et je vous enverrai le fichier rapidos.

Cette fois j’ai décidé de tricoter mon étole avec des aiguilles 4.5 et un fil un peu plus épais, mais toujours dans ce mélange 70% bébé alpaga et 30% soie de mûrier de chez Drops que j’aime tant. Ce fil s’appelle simplement BabyAlpaca silk et ne m’a pas déçue. Il aura fallu 140 gr en tout, soit un peu moins de 3 pelotes, pour une étole de belle envergure : 52 x 165 cm, de quoi se blottir tranquillement donc. Le rendu est très agréable décidément, fluide et douillet à souhait.

Ça tombe bien, j’ai justement 3 pelotes de ce fil coloris écru qui attendent dans mon stock, je sais maintenant ce que je vais en faire !

L’étole du berger 2.0

Je sais je sais, j’ai promis le patron de cette étole, mais finalement ce sera pour une prochaines fois….

En effet même si j’aime beaucoup cette version je vais faire encore quelques modifications je pense, bref je vais la tricoter encore une fois avant d’écrire les explications. Et comme je dois absolument me mettre à un grand châle que je dois offrir début octobre, et bien ça ne sera pas tout de suite. Disons que je vous livre ça tout chaud sorti du four mi-octobre, ça roule ?

Donc au programme pour aujourd’hui : une seconde étole du berger (jadis prénommée Claudia mais suite à plusieurs réclamations j’ai décidé d’assumer mon humour débile). J’ai utilisé des aiguilles 4 et moins de 40gr de ce superbe fil pour lequel j’avais complètement craqué dans un magasin hollandais… et dont j’ai malheureusement perdu les références, nouille que je suis ! La couleur est vraiment superbe, niveau composition on a droit à 95% de laine et 5% de cachemire, pas des masses certes mais ce petit luxe me plaît bien.

Pa rapport à ma première version il y a deux modifications notables : pour commencer j’ai changé de motif pour les bordures, cette dentelle-ci me plaît nettement plus et rend aussi très bien dans une laine plus épaisse. Secundo au lieu de tricoter mon motif principal en triangle tout du long je l’ai inversé au milieu, ce qui donne une espèce de démarcation en forme d’éclair, détail qui me botte bien décidément.

J’espère que cette étole #2 vous plaît aussi et que je suis sur la bonne piste pour une version finale qui enchantera les foules (rien que ça) !

 

J’en profite pour causer d’une truc qui me fait vraiment plaisir : Nessie (qui entre autres a eu la gentillesse de m’aider à créer ce blog il y a presque deux de cela) vient ENFIN de sortir sa ligne de patron, allez donc voir le résultat (impressionnant) sur sa toute nouvelle boutique !


L’étole Claudia

J’avais encore une fois un gros trajet en voiture à faire et absolument rien à tricoter, donc comme souvent j’ai pioché un reste de laine dans mon stock et des points de dentelle dans le livre de Nicky Epstein Les bordures en tricot. Un peu d’improvisation fastoche par-dessus le tout et me voila avec une nouvelle étole. J’ai tellement aimé travailler dessus que je suis actuellement en train de tricoter la version 2.0 dans laquelle le motif principal est construit en miroir pour plus de symétrie et quelques petits détails sont améliorés.

La question existentielle du jour est la suivante : est-ce que ça intéresse du monde que j’en profite pour écrire et mettre à disposition le patron de cette étole nommée Claudia (j’ai failli l’appeler « l’étole du berger », humour de daube quand tu nous tiens…) ? Auquel cas je prendrai le temps de plancher dessus.

Les détails techniques : j’ai donc tricoté environ 40 gr de Lace de chez Drops (70% de bébé alpaga et 30% de soie de murier) avec des aiguille n°4. Il me manquait royalement 5 gr de laine pour finir ma bordure, merci beaucoup Lyli pour le dépannage ! Si cette étole vous plaît il se trouve que ça tombe bien car j’ai décidé de la vendre 35€ (hors frais de port), donc si quelqu’une a envie de l’accueillir sur ses frêles épaules il suffit de m’envoyer un message en utilisant le formulaire de contact du site ou en laissant un mot dans les commentaires de cet article.