Archives du tag: lace

Délicatesse

Ces mitaines poids plume sont destinées à un costume historique.

J’espère récupérer un jour de meilleures photos, en attendant voici ce que donnent moins de 20 gr de fil Lace de Drops tricotés avec des aiguilles circulaires 3 mm. Le mélange 70% d’alpaga et 30% de soie de murier est un délice. Avec le reste de cet écheveau je vais sans doute me tricoter une seconde paire, pour moi cette fois, et avec des aiguilles 2mm pour obtenir une matière plus serrée.

J’ai écris le patron pour l’occasion, en me basant sur des photos de mitaines d’époque. Ce n’est pas parfait car les modèles étaient crochetés, mais le rendu est tout de même très joli et, je pense, dans l’esprit de l’époque.

Bonne nuit, si le Grand Gastéropode Céleste le veut, demain j’arriverai enfin à photographier ma nouvelle robe.

D-Day top

Je suis fana des tricots d’été.

Ce patron Bonny créé par Emily Wessel pour Tin Can knits, je l’ai vu et mon p’tit cœur de midinette a fait yop-la boum. Maiiiiiisss, j’ai vachement hésité avant de craquer car en zieutant sur Ravelry les photos des différentes réalisations j’ai vite repéré quelques défauts :

  • Une forme super basique malgré le beau détail du col bénitier en dentelle. Cherchez pas : le dos est un bête rectangle et le devant est construit de la même façon, ce sont juste les augmentation régulières de la dentelle qui viennent modifier la coupe.
  • Le côté adorable du truc est forcément cassé par le fait qu’on ne peut pas décemment le porter sans un débardeur en-dessous. Dommage non ? (jai essayé avec juste un soutif : Olivier est fan, mais y’a pas moyen de sortir ainsi)
  • Des finitions inexistantes : on tricote tout en jersey endroit, le bas roulotte mollement. Ce qui peut être joli avec une maille serrée, mais là, avec un fil dentelle tricoté en 3.5 (pour ma version : 3.75), ça fait bâclé.
  • Le prix : 7$ pour un patron aussi simple, ça me semble un chouïa exagéré. Non, j’suis pas radine, je m’insurge contre cette accusation inique. Je suis prête à payer 7$ pour un patron de tricot sans souci, mais en retour je m’attends à ce qu’il propose de chouettes finitions.

 

« Ouais, mais bon, c’est facile d’améliorer les finitions non ? Hop, un rang en mousse ou côtes ou tout autre point un minimum élastique et qui ne roulotte pas, et c’est bon. » Certes.

Il n’y a pas des masses de suspense ici : j’ai craqué, Lyli m’a gentiment filé une pelote entamée de Lace de chez Drops, et j’ai embarqué le tout à la plage. Si si, j’ai tricoté sur la plage en bronzant, une expérience topissime d’ailleurs : ce fil est parfait pour ça, on le sent à peine, il est trop fin pour ramasser des grains de sable (ou à peine et il suffit de le secouer deux secondes pour y remédier), et tricoté en jersey en 3.75 il donne un résultat mousseux et doux, complètement addictif quoi. La pelote était sagement rangée dans mon indispensable dévidoir nomade.

Au cas ou quelqu’un aurait un doute, c’est TRÈS agréable à porter. C’est dingue : malgré la composition (70% alpaga, 30% soie), cette babiole est tellement douce et légère que je la sens à peine.

J’ai eu la flemme de faire des modif’ : en vacances, mon cerveau se met sur pause visiblement, et maintenant forcément je regrette de ne pas avoir fait une belle bordure nette… tant pis. Il s’agit donc d’une version fidèle réalisée en taille M/L car je ne voulais pas un haut trop près du corps. Et le résultat est quasiment celui auquel je m’attendais (le bénitier en dentelle est un peu plus large chez moi, c’est moins joli mais ça reste chouette).

Ah, j’allais oublier : j’ai utilisé environ 70gr de laine, soit 612 yards, ce qui est étrange car le patron annonçait plutôt 800 yards pour cette taille (600 pour le XXS, 650 pour le XS, 700 pour le S et 750 pour le M).

Mon avis sur le patron ? Il ne vaut pas 7$, mais le rendu est tellement chou qu’on lui pardonne. C’est surtout un très bon modèle pour les débutants, nickel pour se faire la main sur le tricot en rond et sur la dentelle (celle-ci se retient assez facilement) et pour s’habituer à travailler avec un fil très fin. Comme il n’y a pas de manches ça va assez vite, mais autant prévenir : je me suis ennuyée comme un rat mort durant toute la première partie (le jersey en rond tout simple). Heureusement, une fois arrivée à la dentelle c’est devenu un peu plus fun.

Pourquoi D-Day top au juste ? Parce que ces photos ont été prises juste avant un rendez-vous très important. En général je me fous un peu de ma tenue, là j’ai repassé mon faux pantalon à pont, dégainé ce joli haut et inauguré mon tout nouveau sac… Une tenue porte-bonheur quoi.

That 70′s pull

Parlons peu, parlons bien :

4 jours, 21.90€ pour un large pull 70% bébé alpaga et 30% soie, qui dit mieux ?

J’en ai tricoté l’essentiel durant un week-end cosy sous la couette à me faire un marathon de la série That 70′s show, autant dire que je me suis bien poilée sur ce projet rapide, fastoche et rendant ma foi plutôt pas mal. Il faut dire que la version de Zibusine m’avait donné rudement envie : non seulement son pull doudou est ravissant mais en plus elle m’a expliqué qu’il se tricotait à la vitesse de l’éclair grâce aux aiguilles n°9 et qu’en prime il était super simple puisque la forme était dessinée tout bêtement en changeant le nombre de fils tricotés ensembles.

Ah ah ! Notez la couture moche visible sous le bras !

La perfection n’étant pas de ce monde il a bien tenu ses promesses, mais forcément il y a de petits aléas : j’ai fini par le haut avec des aiguilles 8 et seulement 3 fils tricotés ensemble (contre 6 au départ avec la laine très fine que j’ai choisie), ce qui donne un petit côté filet de pêche transparent sexy pas désagréable visuellement, mais incroyablement casse-bonbon au moment d’assembler les manches. J’avoue avoir échoué lamentablement à faire quelque chose de propre, la maille s’étire par endroits, bref je n’ai pas fait de gros plan mais je vous le dis : ça n’est pas la partie la plus jolie du pull, loin de là.

Les détails techniques : il s’agit du modèle 26 du catalogue Phildar automne n°43 pour lequel j’ai utilisé exactement 3 écheveaux de Lace de chez Drops coloris 5565 « lie de vin », un fil dentelle très fin que j’ai chopé en promotion à 7.30€ les 100gr (yeah baby !). J’ai donc choisi de tricoter 6 fils ensemble plutôt que 5 comme indiqué. J’ai aussi suivi les conseils de Zib’ en préférant finir avec 3 fils en haut plutôt que 2, et en changeant plutôt mes aiguilles 9 pour des 8 afin de resserrer la maille. Pour les manches malheureusement j’ai dû me résoudre à finir avec 2 fils pour cause de manque de laine, ayant (à raison) peur d’en manquer. Une fois toutes les pièces terminée j’ai eu juste assez de métrage pour assembler le tout et crocheter l’encolure pour donner une finition un peu plus soignée. Dernière modification : je ne suis pas fan des pull qui roulottent donc j’ai préféré ajouté des côtes sur les bordures, tricotées avec des aiguilles 8 pour resserrer un chouïa la maille. Au final je l’aime d’amûr, mon copain me trouve très appétissante dedans et il est tellement doux et chaud malgré la maille large que j’adore le porter, mais je ne le referais pas tel quel : pour une éventuelle future version je prendrais un écheveau de plus et je ne tricoterais jamais avec moins de 4 fils (bon peut être qu’il faudrait plus d’1 écheveau dans ce cas, damned), gérant les diminutions avec la taille d’aiguille plutôt, et donc en utilisant les n°8 en cours de route et finissant avec les n°7.

J’adore les variations de teinte de cette laine, joli non ?

Le bilan :

  • rapidité de réalisation : 10/10
  • fun : 7/10 (c’est jouissif d’avoir un tricot qui monte si vite, mais bon, on se lasse un peu du jersey à force)
  • confort : pour l’instant 10/10 (la matière est sublimement douce et moelleuse !) MAIS je sens un fort potentiel « boulochage » avec cette laine, ce qui ne changerait rien au confort mais le rendrait moins classe tout de même.
  • forme : 6/10 (c’est un pull large tout simple)
  • intérêt technique : 5/10
  • détails : 4/10 à cause de ces coutures trop visibles qui tirent sur la maille

 

PS : J’ai fini ce pull pendant une excellente soirée « tricot et papotage couture » avec d’autres bruxelloises du site Thread&Needles, résultat nous sommes bien décidées à nous faire de vraies soirées tricot régulières, donc si ça vous intéresse de nous rejoindre c’est par ici que ça se passe. Et puisque je suis dans le registre des petites annonces à destination des bruxellois  figurez-vous je suis à la recherche d’un bon cours de taekwondo, plus axé technique que combat pur, donc si vous avez entendu parler d’un prof sympa et compétent je suis preneuse, merci !

Estonie, morne plaine

Je vais vous demander de faire un effort d’imagination :

Visualisez le maréchal Grouchy et ses hommes à Waterloo. L’empereur leur a ordonné de poursuivre des prussiens au lieu de se joindre à la baston à venir, faute d’avoir prévu l’importance de celle-ci. Et alors qu’à quelques kilomètres de là Napoléon perd la guerre sur un champ de bataille sanglant Grouchy obéit aux ordres et ne fait rien d’autre qu’avancer sans réfléchir, passant complètement à côté d’un tournant de l’Histoire et ressortant de cette triste aventure la tête basse, déshonoré.

Vous voyez où je veux en venir peut être ? Ce foutu châle estonien aura été à la fois la promesse d’un tricot fabuleux et un échec personnel cuisant. J’en suis tombée raide dingue lorsque je l’ai vu sur Ravelry chez Dobranoc : il s’agit d’une mélange de deux modèles gratos et très connu des tricoteuses de dentelle, le Laminaria et l’Echo flower. Je les avais tous deux repérés en me disant que je testerais bien moi z’aussi les points de dentelle estonienne, sans être vraiment convaincue pour autant, mais le mélange des patrons mis en valeur par les superbes photos de Dobranoc a eu raison de moi, il me le fallait. En fait c’est pour une autre que je l’ai tricoté, mon amie Amélie qui cette année a réussi l’exploit d’organiser son mariage tout en finissant sa thèse de médecine, ce qui méritait bien ce très beau cadeau. Elle le voulait gris, j’ai choisi la laine Lace de chez Drops et je suis partie la fleur au fusil en sifflotant.

Ça  c’était il y a 2 bons mois.

Oh, au début tout allait bien : j’ai adoré tricoter le point étoilé utilisé pour le corps du châle, mais mine de rien quand je suis arrivé à la fin de cette section j’en étais déjà à plus de 350 mailles. Pour un modèle qui va en s’agrandissant et quand on sait qu’il reste à faire 7 répétitions du premier motif de dentelle, puis toute une bordure dans un second motif, ça inquiète un peu… Je vais résumer la suite : les points de dentelle en eux-même sont extras, mais j’ai rapidement enchaîné de petites erreurs. Au début j’ai voulu les corriger, puis en défaisant j’en ai commis d’autres, j’ai réalisé que c’était irrattrapable, j’ai posé le tricot, et à partir de là je me suis forcée à faire un ou deux rangs de temps en temps, avançant au rythme de la tortue en fin de vie et traînant ce boulet avec culpabilité.

Au final je suis heureuse de l’avoir fait, le résultat me plaît malgré les quelques erreurs (qui heureusement se voient peu) et je me sens surtout très nouille car en y réfléchissant bien je ne comprend toujours pas pourquoi j’ai autant galéré, le modèle n’étant pas vraiment compliqué, juste longuet. Au moment du blocage j’ai juste préféré ne pas marquer les pointes, c’est certes moins impressionnant ainsi mais je trouve le résultat plus doux.

Au passage je me demande si certain(e)s d’entre vous auraient des trucs pour bien photographier la dentelle ticotée car je vais finir par désespérer : malgré l’aide précieuse de lyli et de son reflex (ce qui était déjà un gros plus par rapport à mon habituelle technique du compact numérique sur pied avec retardateur) je me retrouve encore une fois avec des images qui, je trouve, ne rendent pas vraiment justice au modèle.

Bon, j’arrête de me plaindre car il faut bien reconnaître que je suis heureuse d’avoir tricoté ce modèle malgré tout ! Pour l’instant il n’est pas question que je refasse un tour en Estonie de sitôt mais me connaissant je risque fort de changer d’avis…