Archives du tag: inspiration

La danseuse et l’automate

Alors alors ? À quoi rimait tout ce suspense au juste ?

Et bien figurez-vous qu’aujourd’hui c’est la teuf’, puisque sur Thread and Needles nous lançons un tout nouveau concours, avec des lots plutôt sympatoches. Faisant partie du jury, comme d’hab’ je ne peux pas gagner, mais ça ne m’empêche pas de participer. Le thème : l’art cousu. Il s’agit de réaliser un vêtement (ou une tenue complète) inspiré par une œuvre de votre choix.

Juste un p’tit mot en passant. Voici la parfaite illustration de la solitude de la blogueuse qui s’auto-portraitise : parfois on ne réalise pas que les photos sont floues avant d’avoir tout remballé, et on n’a pas le courage de tout recommencer. Alors voila, sorry-désolée, je bas ma coulpe, ces photos sont foirées. Mais on voit le rendu général, c’est ce qui compte non ? (Ah non ? Bon, la prochaine fois je ferai mieux, promis.)

Comme le thème peut sembler vague, nous avons décidé de vous montrer chacune notre vision de la chose. J’ai choisi de m’inspirer des magnifiques Danseuses bleues de Degas, une toile dont le dessin et les couleurs me bottent terriblement. Pour une réalisation portable au jour le jour, rien de tel que des pièces modulables et assorties, que je vais pouvoir porter de moult façons.

Vous aviez déjà vu le body Nettie, la jupe cercle… Il aurait fallu un vrai tutu, mais je n’avais pas le temps de faire quelque chose de bien ficelé, je me suis donc rabattue sur un jupon. Il est composé d’un long rectangle de tissu de récup’, de composition indéterminée, monté sur une large ceinture en jersey.

En rabattant celle-ci je peux le porter taille basse, et ainsi obtenir un rendu qui flatte ma silhouette : j’ai la taille et les hanches assez fines, mais des cuisses toutes cellulitées hélas. Avec cette forme, taille et hanches sont mises en valeur et hop, le reste est planqué. Magique !

Et c’est quoi cette histoire de danseuse et d’automate alors ?

Figurez-vous que j’ai le bol de vivre avec Simon Damamme, mon coloc’ sculpteur de génie (rien que ça) et que cette semaine, un beau matin est apparu dans notre salon son Golem, une sculpture impressionnante, même si mes photos ne lui rendent pas du tout justice. Je n’ai pas pu résister à l’envie de poser dans ses bras, juste pour le fun….

Alors, vous avez déjà des idées pour votre participation au concours ?

 

It must be mine #5

Je ne suis guère douée en vœux de nouvelle année,

en bonnes résolution non plus d’ailleurs, alors voila-t-y pas que je me suis dit que j’allais plutôt commencer 2013 avec une petite liste de projets tricot qui m’emballent et pourraient bien vous faire le même effet. Attention : pavé !

Châle Sweetdreams tricoté par Stilte lire la suite »

Ze manteau #1, le patron

Ça y est, c’est décidé, cette année je couds mon manteau !

Ça semble bien basique comme déclaration, je l’avoue, mais quand on sait que c’est ZE projet qui me donne des sueurs froides depuis que j’ai commencé à coudre je pense que ça donne une assez bonne idée de la dose de motivation nécessaire sur ce coup, surtout que j’ai des sacrées exigences: il doit être chaud, très chaud, confortable et flatteur à la fois, bref je veux le beurre, l’argent du beurre et le sourire du crémier.

Pourtant, en théorie, je me doute bien que ça n’est pas plus compliqué qu’un autre projet avec beaucoup de pièces à assembler, genre mon perfecto, donc que j’en suis capable à priori. Sauf que voila, va savoir pourquoi, l’idée de coudre un manteau me paralyse… En vrai,  il se pourrait bien que je sache pourquoi : le prix du bouzin y est sans doute pour beaucoup ! Se planter avec du drap de laine à 55€ les 3 mètres ça n’est pas exactement la même chose que foirer une blouse en voile de viscose niveau brousouffes (flouze, pépètes, monnaies, sous …), ce qui explique que j’aie autant cogité sur le choix du patron : une bonne préparation est la clef du succès à ce qu’il paraît, donc je préparationne à fond les ballons. Voici mes modèles coups de cœur en exclusivité mondiale.

On commence par un patron gratos de chez Burdastyle

(donc téléchargeable et imprimable à domicile, yeah baby !), j’ai nommé le manteau Talea, qui franchement est une petite merveille : bien que cette version soit visiblement trop grande pour la jolie mannequine les détails rendent rudement bien je trouve. Moi qui pensais que les pattes de boutonnage n’était possible que sur du drap fin, je me dis qu’en fait ça a aussi de la gueule avec le rendu moelleux d’un lainage épais. C’est une excellente base à modifier à volonté. Perso je verrai bien un col droit « tube » pour bien protéger la gorge, et des poches prises dans les coutures plutôt que plaquées.

Le truc coolissime avec Burdastyle c’est qu’on peut aller voir aussi sec les versions cousues par d’autres, qui donnent elles aussi envie.

Plaid turquoise par Yuki M, My way par Missb-1, Court et à capuche par Juebejue

Secundo, la délicieuse version Zibusinesque de la veste Pavot,

un patron Deer&Doe qui commence déjà a être bien connu. Comme souvent avec les modèles créés par Éléonore c’est la facilité avec laquelle on peut s’approprier le patron qui me bluffe le plus : telle quelle Pavot est charmante mais pas vraiment ma came, et vlan, Zib’ m’en fait tomber amoureuse à coup de grande capuche ajoutée et de longueur révisée, tout bêtement. J’aime particulièrement la ceinture surpiquée et la coupe impeccable. Intemporel quoi.

Tertio, des manches raglans by Simplicity.

Dès que j’ai chopé le mag’ Tendance Couture n°4 j’ai repéré cette base de veste/manteau : aucune version ne me plaît telle quelle, mais j’aime énormément la coupe et certains détails qui sont pile poil ce dont j’ai envie pour mon manteau.

 

Pour finir voici en vrac quelques images qui me font envie, même si aucune ne correspond exactement à ce que je recherche :

Le trench violet à passepoil vert du Burda de novembre, le manteau noir du numéro de décembre (pas encore sorti donc), du peps jaune dont j’ignore l’origine, la veste mi-longue de Malam ainsi que sa cape à capuche, le chaperon rouge vu par la Redoute

Laissons tomber le suspense, j’ai déjà fait mon choix : je vais partir sur la base de manteau raglan Simplicity en y ajoutant plusieurs détails du manteau Talea, en particulier la large martingale qui vient joliment couper la ligne du dos. Une seule question demeure : capuche or not capuche ? Ça va dépendre de mon métrage de laine, à voir donc, mais je doute d’en avoir assez.

Prochaine étape : choix du tissu et réalisation de la toile, y’apluka !

Inspirations Hollandaises…

J’ai beau être en vacances j’ai eu envie de partager illico presto ces quelques images du Rijksmuseum avec vous, j’en ai pris plein les mirettes et j’en suis surtout ressortie avec une foultitude de projets de couture puisqu’au lieu des prouesses artistiques j’admirais encore et toujours les détails merveilleusement rendus par les peintres et sculpteurs, ces finitions sublimes qui étaient la marque de la haute bourgeoisie et de la noblesse hollandaise, obligées de se vêtir des couleurs sobres et modestes du protestantisme et misant sur les formes et les matières pour étaler leur richesse.

Envie donc de boutonnières passe-poilées,

de fausse sobriété, de noir et blanc graphiques et de larges manches sur des bustes ajustés.

Envie aussi d’essayer de faire des fraises, un défi technique importable mais tellement fou !

A part ça sachez qu’Amsterdam est ma ville idéale : on y trouve des canaux à profusion, une architecture superbe, la maison de Rembrandt et sa collection d’eaux-fortes, des vélos en veux-tu en voila et en prime on voit sans cesse passer des gens un peu dingues mais tellement charmants.