Archives du tag: haut

[Tuto] Let’s swim again

Nous y voila…

Le troisième essai aura été le bon (quoi que décidément j’adore porter mes versions 1 et 2), mon patron fonctionne, il est temps de refiler le bébé à celles que ça tente de le coudre ! Cette fois les pans arrières se recouvrent complètement sur le haut du dos nageur, ce qui donne une meilleure tenue. Un p’tit conseil comme ça en passant : évitez les jersey qui se tiennent trop bien, la fluidité va mieux à ce petit haut, à moins de rajouter des pinces sur l’avant pour mieux marquer la poitrine (celui-ci vient de chez berger à Bruxelles).

Comme pour les autres « épisodes » de mon défi T’ (1, 2, 3 et 4), j’ai détourné un patron basique chopé dans le mag’ Burda de février 2011, mais n’importe quel modèle de t-shirt de même forme convient. Les bords du dos et l’ourlet ont été roulottés à la surjeteuse mais on peut les finir au biais jersey ou avec un parement. De même j’ai choisi de faire un col en V souligné par un parement d’encolure (comme les emmanchures d’ailleurs), mais pour une version à col arrondi on peut tout à fait bosser au biais à la place. Ou carrément tracer une parementure en plus… À vous de voir donc. La bonne nouvelle du jour c’est que dans un élan de générosité j’ai dessiné un tuto dans le tuto, bref, lisez la suite et à priori le parement d’encolure en V n’aura plus de secret pour vous !

Le petit détail qui va bien : j’ai encore une fois recouvert mes pressions résine avec le tissu du débardeur, l’occasion idéale pour jouer avec les motifs rayés selon mon envie car il y a juste assez de jeu pour les bouger à volonté, tout en restant bien en place par la suite.

Place au traditionnel tutoriel de Tatie Saki :

Si vous cousez ce haut, n’hésitez pas à m’envoyer des photos ou un lien afin que je montre le résultat par ici !

Pas encore, petit scarabé…

Cornegidouille, tabernacle de bon sang de bois… Pour ne pas dire p….n de b….l de m…e de nom de diou !

J’espère que vous n’attendez pas avec impatience mon tuto de dos nageur ouvert, parce que je dois encore le retoucher : comme vos yeux perçant ne manqueront pas de le remarquer dans les photos suivantes, j’ai prolongé le haut du dos doublé, mais pas suffisamment, et le résultat est donc…. perfectible dirons-nous. Mais ne vous lamentez point, je vous en conjure : après un p’tit week-end en amoureux à Copenhague, je m’y remets, promis !

À noter tout de même : j’ai troqué mes habituelles finitions au biais jersey par un parement d’encolure en V, puisque justement j’avais cette fois envie d’une encolure en V. Cette technique est tellement simple que ce serait dommage de s’en priver, à refaire donc…

Soyez sages en mon absence !

Joli dos

20 ans (ou quasi) après tout le monde, j’ai fini par craquer pour ze famous « Back is back ».

Mais que quoi que c’est-y donc ? Un patron de Vanessa Pouzet, à choper pour 5.90€ dans son E-shop et imprimer à la maison. Ce fort joli haut présente aussi l’avantage de ne pas être compliqué tout en faisant un max d’effet, surtout quand on choisit la version au dos ultra plongeant. Rassurez-vous bande de timides, on peut aussi le coudre dans une version portable avec soutien-gorge ! Mais voila, cette fois j’ai eu d’office envie de sortir le grand jeu…

J’avoue tout : je suis coquette, j’ai donc viré attelle et écharpe le temps d’une séance photo.

J’ai aimé le coudre parce que

  • Il est fastoche, donc même avec un bras en écharpe je savais que je m’en sortirais.
  • La présentation et le livret d’explication sont tops : clairs, féminins sans être tartes, agréables à suivre… un régal donc !
  • Bien que sans système d’ouverture, il n’est pas trop large : il y a juste ce qu’il faut d’aisance pour l’enfiler sans souci, mais du moment qu’on a choisit un tissu très fluide pour le corps il n’y a pas trop de risque de mongolfiérisation.
  • il taille très bien : j’ai pris mes mesures, coupé mes pièces en 42, et zou galinette, il est quasi impec’ ainsi.

 

Ce « quasi » me mène donc aux choses qui m’ont moins plu :

  • Je fais un parfait 42 d’après les mesures, je pensais donc que les pinces tomberaient bien… Hélas je les trouve très mal placées, une prochaine fois je ferai une toile pour modifier ce détail une fois pour toutes.
  • Le dos est censé être coupé en deux parties qui sont ensuite cousues l’une par-dessus l’autre. Ça, vraiment je n’en comprends pas l’intérêt (peut etre éviter que le V baille ?) et après avoir regardé un paquet de réalisations je ne suis pas fan du rendu. J’ai donc coupé mon dos en une seule pièce, fait mes finitions en posant du passepoil, et je trouve le résultat très correct ainsi. Pour un rendu parfait je conseille ceci dit de prendre le temps de tracer une parementure, tout simplement.
  • Le patron est particulièrement plaisant avant découpage car les différentes couleurs utilisées pour les tailles donnent de la gaieté à l’ensemble, et si on a une imprimante couleur il est simple et agréable de suivre les lignes…. Mais, comme tous les traits se ressemblent, bonjour la galère si on a imprimé en noir et blanc.

 

Je ne sais pas encore si je vais le refaire car, une fois mes deux mains opérationnelles, je compte bien revenir à mon véritable amour : les vêtements ajustés. Ceci dit je vais certainement garder ce modèle dans un coin de ma tête… Sur ce coup je me suis simplifié la vie en choisissant un tissu dont le bas est brodé, exit donc les ourlets. Il vient d’un magasin près du marché Saint Pierre, le truc coolissime étant qu’il me reste un bon bout de ce coupon, de quoi me faire une jolie jupe à priori ! Quant aux empiècements, ils ont simplement été coupés dans de la popeline, ce qui leur donne une tenue impeccable.

Merci maman pour les photos et bravo pour tes superbes rosiers !

Résistance #2, le p’tit haut tout simple

Je continue à essayer de coudre d’un seul bras, mais forcément ça se fait au rythme de la limace neurasthénique…

… Et décidément il faut bien me rendre à l’évidence : il y a des patrons/tissus que je peux pas coudre sans aide. Ça a été le cas ici car sans un gentil coup de main je n’aurais jamais réussi à couper ce tissu fluide sans faire de dégâts, ni à épingler les manches ou changer les fils de ma surjeteuse. Pas grave : il n’y a pas de honte à demander de l’aide quand on en a besoin !

L’essentiel étant que j’ai pu me coudre ce joli petit haut, sélectionné exprès pour sa grande simplicité : 4 pièces en tout, 2 pinces poitrine pour donner tout de même un peu de forme, et pour couronner le tout un montage à la surjeteuse qui s’est fait finger in ze nose !

En théorie il y avait une parementure mais je l’ai zappée au profit de finitions plus faciles : j’ai cranté les arrondis puis fait des surjets fins en ouvrant ces crans, après ça j’ai juste eu à coudre de simples « rentrés », sans même avoir à épingler puisque le surjet donnait juste ce qu’il fallait de tenue au tissu pour m’en passer. Pour le bas j’ai voulu garder le filet rouge inclus dans le motif, donc pour cette partie j’ai juste cousu un ourlet roulotté, et roulez jeunesse !

Tissu chopé sur un vide grenier, patron Burda #108 juillet 2012

Allez, c’était un peu long et prise de tête mais ça a marché, je n’ai donc pas vraiment besoin de boire pour me remonter le moral…