Archives du tag: haut

Fast and (not so) furious

Y’a des jours où tout va mal…

Le bébé chouine, la machine à coudre fait des caprices, les batteries de l’appareil photo sont mortes. Mais on s’en fout, certains projets super simples ne demandent quasiment ni temps, ni neurones. Voici donc : Ze t-shirt raglan à fronces trop mignon-choupinet.

Patron #126 Burda 02/2013 | jersey mélangé de chez Tissu Passion à Bruxelles

Il est basique car blanc pour aller avec tous mes bas sans prise de tête, et surtout composé de trois pièces de rien du tout, quatre en comptant la bande d’encolure. Vite coupé, vite cousu, vite décousu au niveau de l’encolure car elle godillait.

Les trucs à savoir :

  • Je fais soi-disant un 44 Burda, là c’est un 42 (la taille maximum pour ce patron). Le tissu utilisé ici est assez nerveux et malgré cela je le trouve un poil large, c’est donc un modèle avec peu d’aisance négative : si vous aimez les manches moulantes descendez d’une taille supplémentaire.
  • La bande d’encolure est trop large à mon goût (4 cm), je l’ai rétrécie et elle doit faire 2.5 cm en comptant les marges de couture pour la surjeteuse.
  • Cette bande est surtout trop longue pour jouer son rôle et bien maintenir l’encolure. J’ai dû en enlever 4 cm en longueur pour éviter que ce top ne baille trop, là c’est encore un poil mollasson, mais pour y remédier il faudrait que le t-shirt lui-même soit coupé en 40 à ce niveau.
  • Ce modèle est trrrrès long. Là je l’ai raboté de 6 bon cm. Inutile donc de rajouter des marges de fou au niveau de l’ourlet.

 

Alors, heureuse ?

Et bien oui, même si les manches raglans le rendent un chouïa moins confortable que mes t-shirt habituels. Ou p’t'être que c’est juste une habitude à prendre.

Le patron est adopté, après l’avoir légèrement ajusté y’a des chances que je lance un programme de reproduction de la bestiole.


D-Day top

Je suis fana des tricots d’été.

Ce patron Bonny créé par Emily Wessel pour Tin Can knits, je l’ai vu et mon p’tit cœur de midinette a fait yop-la boum. Maiiiiiisss, j’ai vachement hésité avant de craquer car en zieutant sur Ravelry les photos des différentes réalisations j’ai vite repéré quelques défauts :

  • Une forme super basique malgré le beau détail du col bénitier en dentelle. Cherchez pas : le dos est un bête rectangle et le devant est construit de la même façon, ce sont juste les augmentation régulières de la dentelle qui viennent modifier la coupe.
  • Le côté adorable du truc est forcément cassé par le fait qu’on ne peut pas décemment le porter sans un débardeur en-dessous. Dommage non ? (jai essayé avec juste un soutif : Olivier est fan, mais y’a pas moyen de sortir ainsi)
  • Des finitions inexistantes : on tricote tout en jersey endroit, le bas roulotte mollement. Ce qui peut être joli avec une maille serrée, mais là, avec un fil dentelle tricoté en 3.5 (pour ma version : 3.75), ça fait bâclé.
  • Le prix : 7$ pour un patron aussi simple, ça me semble un chouïa exagéré. Non, j’suis pas radine, je m’insurge contre cette accusation inique. Je suis prête à payer 7$ pour un patron de tricot sans souci, mais en retour je m’attends à ce qu’il propose de chouettes finitions.

 

« Ouais, mais bon, c’est facile d’améliorer les finitions non ? Hop, un rang en mousse ou côtes ou tout autre point un minimum élastique et qui ne roulotte pas, et c’est bon. » Certes.

Il n’y a pas des masses de suspense ici : j’ai craqué, Lyli m’a gentiment filé une pelote entamée de Lace de chez Drops, et j’ai embarqué le tout à la plage. Si si, j’ai tricoté sur la plage en bronzant, une expérience topissime d’ailleurs : ce fil est parfait pour ça, on le sent à peine, il est trop fin pour ramasser des grains de sable (ou à peine et il suffit de le secouer deux secondes pour y remédier), et tricoté en jersey en 3.75 il donne un résultat mousseux et doux, complètement addictif quoi. La pelote était sagement rangée dans mon indispensable dévidoir nomade.

Au cas ou quelqu’un aurait un doute, c’est TRÈS agréable à porter. C’est dingue : malgré la composition (70% alpaga, 30% soie), cette babiole est tellement douce et légère que je la sens à peine.

J’ai eu la flemme de faire des modif’ : en vacances, mon cerveau se met sur pause visiblement, et maintenant forcément je regrette de ne pas avoir fait une belle bordure nette… tant pis. Il s’agit donc d’une version fidèle réalisée en taille M/L car je ne voulais pas un haut trop près du corps. Et le résultat est quasiment celui auquel je m’attendais (le bénitier en dentelle est un peu plus large chez moi, c’est moins joli mais ça reste chouette).

Ah, j’allais oublier : j’ai utilisé environ 70gr de laine, soit 612 yards, ce qui est étrange car le patron annonçait plutôt 800 yards pour cette taille (600 pour le XXS, 650 pour le XS, 700 pour le S et 750 pour le M).

Mon avis sur le patron ? Il ne vaut pas 7$, mais le rendu est tellement chou qu’on lui pardonne. C’est surtout un très bon modèle pour les débutants, nickel pour se faire la main sur le tricot en rond et sur la dentelle (celle-ci se retient assez facilement) et pour s’habituer à travailler avec un fil très fin. Comme il n’y a pas de manches ça va assez vite, mais autant prévenir : je me suis ennuyée comme un rat mort durant toute la première partie (le jersey en rond tout simple). Heureusement, une fois arrivée à la dentelle c’est devenu un peu plus fun.

Pourquoi D-Day top au juste ? Parce que ces photos ont été prises juste avant un rendez-vous très important. En général je me fous un peu de ma tenue, là j’ai repassé mon faux pantalon à pont, dégainé ce joli haut et inauguré mon tout nouveau sac… Une tenue porte-bonheur quoi.

Funky bustier

Ce coupon récupéré lors de la trocante bruxelloise*, il fallait que j’en fasse quelque chose de vraiment fun…

Justement ça faisait longtemps que j’avais envie de sauter le pas et me coudre un bustier. C’est finalement le patron n°113 du Burda de février 2011 que j’ai chopé pour l’occasion. Autant prévenir, ça aura été un projet 100% débrouille.

Je vous jure que j’ai fait de mon mieux pour les raccords des pièces, mais pas moyen de tout faire tenir dans le coupon ainsi, donc hop, l’avant a été coupé dans la bordure contrastante et les 3 parties du bonnet au pifomètre, et finalement ça donne un effet assez sympa je trouve. Second souci : pas moyen de trouver des bandes de crochet dans une autre couleur que blanc ou noir, j’ai donc dégainé la peinture pour tissu. Ça dépanne même si ce n’est pas impeccable (la solution idéale serait d’utiliser de la teinture je pense).

Pour finir, j’ai galéré pour choisir la taille. Je fais du 42/44 du commerce, et ce modèle est prévu pour un tissu extensible en largeur alors que j’utilisais une simple cotonnade, donc j’aurais dû couper du 44, mais avec l’ami Bubu je me méfie, et j’ai bien raison ! En 42 il était un tout petit chouïa grand, j’ai dû le reprendre. Bref, méfiez-vous braves gens !

Vais-je le porter comme ça ? Non, niet, pas moyen…. La chose est beeeaaauuuucoup trop décolletée à mon goût. Par contre en guise de lingerie il me botte carrément ce bustier, même si c’est moins efficace qu’un vrai soutien gorge. La prochaine fois j’utiliserai un tissu extensible pour plus de confort, et surtout j’ajouterai des baleines pour un meilleur maintien de mes dignes rondeurs.

Soyez sages, je reviens bientôt  avec une couture surprise et mon pull-boulet en dentelle !

*Encore mille mercis à la généreuse donatrice !

Lui et moi

Je n’aurais pas résisté bien longtemps à l’appel du col bénitier…

Celui pour ma frangine à peine fini, j’ai fouillé rapidos dans mes bons vieux Burdas, recopié le t-shirt n°130 du numéro de septembre 2012, et essayé de faire tenir toutes mes pièces dans ce mini coupon de joli jersey récupéré dimanche lors de la trocante (qui était fort sympatoche, merci encore à toutes !).

J’ai dû réduire la longueur des manches, celle du corps, et en fait la manche gauche a été coupée en 2 morceaux faute de métrage, mais je l’ai, je l’aime, il est doux, léger et un peu transparent. Je conseille vraiment ce patron très simple, au joli tombé et qui pour une fois taille parfaitement (j’ai cousu un 40, il me va nickel)… Je sens qu’il va avoir des p’tits frères tiens.

Que dire d’autre ? Qu’il faut absolument que vous regardiez cette vidéo. Il s’agit d’un slam superbe, in english mais avec des sous-titres. Le gars s’appelle Neil Hilborn, souffre de TOC et est tombé amoureux.

Image de prévisualisation YouTube