Archives du tag: gratuit

La pochette était presque parfaite

Pour l’anniversaire de Super Belle-sœur, je voulais absolument coudre une pochette à bijoux. Va savoir pourquoi.

C’est un projet à la fois fastoche, utile (enfin si la destinataire porte des bijoux) et extra pour utiliser les chutes de tissu. Parmi les nombreux tutoriels disponibles, j’ai choisi celui de Nadège, du blog Frénésie et moi, mais ceux de Pure loisir, Marie Poisson, Kokechic et Merci Giroflée ont l’air tout aussi chouettes.

Je cause de « rentabiliser les chutes » et je me traite moi même d’hypocrite : j’ai encore une fois acheté du tissu exprès pour un projet au lieu de piocher dans mon stock, c’est maaaaaaal. Mais à ma décharge je ne suis pas certaine qu’une pochette à bijoux plaise à SBS, donc je devais au moins être sûre que les couleurs/imprimés la botteraient, et je n’ai rien trouvé qui convienne vraiment dans mes bacs.

Le coton imprimé et la popeline de coton unie viennent tous les deux de chez Gotex à Bruxelles, tout comme les zips et le passepoil d’ailleurs. Je suis vraiment contente de l’ensemble, heureusement que j’ai pris trop de tissus, comme ça je pourrai encore coudre quelques babioles dans ces coloris (je suis faible, j’ai pris un mètre de chaque alors que 30 cm auraient largement suffit…..).

Alors alors, suis-je contente du tuto et de ma réalisation ? Oui et non :

Le tutoriel est sympa à suivre, assez facile et rapide à coudre, j’ai juste remplacé la « saucisse » qui servait de baguier par une simple bande, et utilisé une viesline molletonnée pas trop épaisse au lieu d’un entoilage complètement plat, histoire de donner du moelleux à la pochette (ça rend vraiment mieux ainsi je trouve). J’ai aussi posé du tissu aux extrémités des zips Jusque là, tout va bien.

Pochette pliée en quatre, puis en trois.

Mais voila, j’ai commis deux erreurs qui gâchent un chouïa le tout :

  • L’idée du tissu au bout des zips était bonne, mais j’ai été trop timide sur la longueur. J’aurais dû utiliser des bandes tissu plus longues de deux bons centimètres et surtout couper les bouts de zip qui dépassaient à l’intérieur. Faute de l’avoir fait je me retrouve avec des sur-épaisseurs qui font un peu gondoler les côtés de la pochette, puisque ces bouts de zip ont été pris dans les couture (suis-je claire ?).
  • Je ne sais pas pourquoi, j’étais persuadée que cette pochette se pliait en quatre pans, et pas en trois. J’ai posé les pressions kam en conséquence….. et le résultat est moche. Finalement j’ai démonté et rajouté deux autres pressions, on peut donc choisir de plier cette pochette en trois ou en quatre. Ça passe mais je ne suis pas contente de moi sur ce coup. Tant pis.

 

Je m’en vais programmer ce billet pour le lendemain de sa fiesta, histoire de garder la surprise : à l’heure où vous me lisez je suis soit en train de nager, soit au chaud devant la fenêtre en train de manger des gaufres en regardant la pluie chasser tout le monde de la plage.

Hasta la vista baby !


Un faux air de veuve corse

Un châle noir, très simple et avec des franges…. Voila une nouveauté par ici !

J’avais envie de faire plaisir à Laure, elle avait besoin d’un châle noir et chaud pour chanter avec son chœur, mais le voulait tout de même fin et délicat.

Elle a choisi le patron Light and Up créé par Caroline Wiens (gratos et dans plusieurs langues dont le français), j’ai choisi le fil Merino extra fine de la marque Drops, parce que celui-ci est à la fois extrèmement doux, chaud et passe en machine. Même si la matière elle-même n’est pas fine, tricoté avec des aiguilles plus larges que celles prévues (5 mm au lieu de 4) il peut donner un résultat assez aérien finalement.

Ce châle se drape très joliment sur les épaules et c’est un vrai doudou. Je suis donc ravie, même si le patron est loin d’être passionnant à tricoter.

En fait je ne suis pas super convaincue par celui-ci : sauf erreur de ma part, il y a une bourde dans les explications puisqu’au moment de commencer la dentelle on n’a pas le bon nombre de mailles pour celle-ci (127 mailles, soit un nombre impair de chaque côté de la maille centrale, alors qu’il faudrait un nombre pair). De plus on est censé finir par plusieurs rangs de jersey endroit, ce qui garantie une bordure qui roulotte sévère.

Au lieu de ces rangs en jersey j’ai fait du point mousse mais, même ainsi, après blocage le bord remontait encore un chouïa. Heureusement, le modèle original était juste décoré de glands au centre et sur les côtés alors que Laure avait envie de franges.

Le poids de celles-ci a tout arrangé, même si elles ont été loooooongues à poser ces cochonneries jolies p’tites choses. Gourmandes aussi : j’ai utilisé 3.8 pelotes pour le châle, et les 10gr restant plus un tiers de ma cinquième pelote pour les franges.

Finalement, je me dis que moi aussi je devrais avoir un châle noir dans mes affaires…

 

Objets inanimés etc

Alors à votre avis, certains objets ont-ils une âme ?


Ici on a à la fois le passé, le présent et le futur : les travaux dans notre maison avancent à nouveau et le vil carrelage a été recouvert du beau parquet en chêne que voici. Nous pouvons donc enfin récupérer les meubles stockés à droite à gauche, dont ce coffre de représentant en coutellerie qui appartenait à mon arrière-grand-père, un coutellier Thiernois (les meilleurs évidemment).

Et que voyons-nous posé négligemment par-dessus ? La couverture tricotée pour Azadî, qui va attendre patiemment jusqu’en août pour être utilisée. Comme ce sera un bébé d’été, j’ai choisi le mélange coton et mérinos de chez Drops histoire qu’elle soit douce, passe en machine et surtout ne l’étouffe pas trop.

Je pensais la doubler, mais finalement je trouve l’envers assez joli.

Il faut dire que le choix de couleurs de cette gamme a fini de me convaincre, puisque je voulais ab-so-lu-ment une couverture arc-en-ciel. Aucune originalité de ma part : j’ai eu un énorme coup de foudre pour celle réalisée par Duschinka et décidé de copier sans honte.

Je n’ai pas utilisé le même patron qu’elle (Honeycomb stroller blancket, par Terry Kimbrought, Susan Leitzsch et Lucie Sinkler) , tout bêtement parce que j’avais oublié de l’embarquer en week-end quand j’ai commencé à tricoter et que nous n’avions pas internet sur place, donc j’ai suivi cet autre patron (Honeycomb throw, par Red Heart) que j’avais récupéré au cas où, en modifiant le nombre de mailles pour l’adapter à mon échantillon et à son futur propriétaire.

Les détails techniques qui vont bien :

  • Ce point est en réalité super simple : il se fait à l’aide de mailles glissées. On tricote deux rangs de beige au point mousse, puis 6 rangs de couleur en jersey en répétant *6 mailles tricotées en couleur, 2 m beige glissées* et à nouveau 2 rangs de beige… et comme par magie on obtient des hexagones !
  • Pour obtenir les rangs décalés, on alterne les rangs qui commencent [par 1 maille en couleur + 2 mailles grises glissées puis les hexagones complets (6 mailles) et à la fin 2 mailles glissées et à nouveau 1 maille couleur] et [idem mais 5 mailles couleur au début et à la fin].
  • La bordure a été tricotée en même temps que le reste, ce qui m’a obligée à bosser avec 3 fils à la fois : une pelote beige qui me servait à faire la bordure droite + tous les 6 rangs 2 rangs de beige au point mousse | une pelote de couleur | un peloton de beige pour la bordure gauche (j’ai utilisé une bobine pour le jacquard, plus pratique que d’avoir une troisième pelote à gérer).
  • Pour que les bordures soient bien solidaires du reste de l’ouvrage, j’ai juste entre-croisé les fils en serrant bien, comme pour du jacquard.
  • Aiguilles circulaires 4mm (pourquoi circulaires alors que ça se tricote à plat ? Afin de répartir le poids, qui peut être pénible quand on bosse avec des aiguilles droites).
  • Pour de jolies bordures, la première maille de chaque rang n’est pas tricotée mais glissée.
  • J’ai monté 188 mailles en beige, tricoté 16 rangs au point mousse avant d’attaquer le premier rang en couleur. Les bordures des côtés font 8 mailles chacune. Après 5 répétitions complète de « l’arc-en-ciel » (soit 40 bandes de couleur), j’ai à nouveau tricoté 16 rangs puis rabattu souplement.
  • Après un léger blocage ma couverture mesure 80 x 90 cm, ce qui ne me semble pas mal du tout. J’hésite tout de même à lui faire subir un second blocage plus agressif…
  • Il m’aura fallu environ 3,4 pelotes de beige + 30 gr (0.6 pelote) de chaque couleur. Joie, ça veut dire qu’il me reste de quoi tricoter plein de mini accessoires avec les restes !
  • Les références des teintes : beige 03, moutarde 15, rouille 25, rouge 06, bordeaux 07, violet 27, marine 08, turquoise 24, pistache 10. Important : sur mes photos, les couleurs ne sont pas tout à fait fidèles : elles sont un peu moins flash et le rouge est moins rosé.
  • Je regrette de ne pas avoir pris un bleu supplémentaire afin de faire une transition plus nuancée entre le turquoise  et le marine… Tant pis, une prochaine fois je ferai plus attention.

 

Je dédicace cette couverture à mes copines tricoteuses bruxelloises : en effet, ce fameux week-end durant lequel j’ai commencé cet ouvrage, je l’ai passé avec Mimolette, Tassadit, Vanessa, Véronique, Hélène, Hibbis et Juliette et Maurice. Nous nous sommes fait plaisir en louant une maison délicieusement rétro sur la côte belge, tout près de la plage, histoire de tricoter et papoter dans un chouette cadre.

Pourquoi leur dédicacer ce tricot destiné à fiston ? Parce qu’elles furent héroïques face à la super casse-pied blindée d’hormones que j’ai été : et que je râle parce que j’ai pas mon patron, et je fais fais ma sucrée en défaisant 3 fois le début parce que je ne suis pas contente, puis en refaisant exactement la même chose…. Héroïques vous dis-je ! Moi je me serai mise à la porte au bout d’une heure. Merci les filles !

Mon bras tendiniteux semble avoir supporté ce projet, tout en fatiguant par moments…. Je fais donc la danse de la joie puisque je reprends officiellement le tricot, même si je ne retrouverai sans doute jamais le même rythme qu’avant.

 

[Tuto] Le sac à laine nomade

Haha, notez que je ne cause plus de « sac à tricot » car on m’a gentiment signalé que les crocheteurs se sentaient exclus…

Ce dévidoir à laine permet de tricoter ou crocheter debout, assis, couché, sur une balançoire et même en marchant… La pelote se déroule toujours sans à-coups. Il est entièrement doublé et sa contenance permet d’y ranger un petit pull, une pelote de laine… J’ai range aussi mon petit nécessaire à tricot.

Voici trois tutoriels en un : non seulement je vais vous expliquer comment coudre ce sac, mais pour les plus débutants vous apprendrez aussi à poser proprement du passepoil en rond, et comment assembler un cercle et son côté en deux coups de cuillère à pot (ou quasi). lire la suite »