Archives du tag: Flora

Bam !

Après le Wonder Châle il me restait pas mal de fil.

Assez pour m’offrir un vieux caprice, enregistré dans mes favoris Ravelry depuis des lustres et qui me fait immanquablement penser à

Image de prévisualisation YouTube

Fightin’ words, c’est le p’tit nom de ce patron de mitaines super fun créé par Annie Watts. Pour 6 dollars tout ronds on a droit au patron de la forme de base en english, aux grilles de jacquard utilisées ici (Bam ! et Pow !) mais aussi à une grille bonus « Pew ! » permettant éventuellement de tricoter une pièce raccord (par exemple un bonnet).

Est-ce difficile ? On ne peut pas dire, non. Si on a déjà tricoté des mitaines en circulaire et en prime on a à portée de mains des navettes à jacquard (mais siiiiiii, ces petits machins, parfois en forme de poissons, qui permettent de travailler avec des pelotons pratiques au lieu de la pelote en entier) ce patron est tout à fait abordable.

En ce qui concerne Moi-Je le souci vient du jacquard, que je tricote toujours trop serré et pour lequel parfois ma tension n’est pas régulière. Mais grâce à ce projet j’ai chopé des XPs !

Notez qu’Annie est une super maligne : le fait de tricoter les zones « neutres » du jacquard en alternant les couleurs permet d’avoir un rendu régulier plutôt agréable à tricoter. Enfin régulier…. c’est aussi dans ces zones que l’on voit le mieux les problèmes de tension, qui sauteraient moins au pif en uni, faut bien le reconnaître.

Notez que les bulles façon BD ne sont pas complètes : du côté du pouce elles s’interrompent de façon abrupte. C’est un choix esthétique et pratique (il aurait été compliqué de faire les augmentations du pouce en respectant le motif), le tout est d’être prévenu avant de se lancer.

Autre détail important : la petite taille que voici taille vraiment petit ! Comme je savais que je tricoterais trop serrée je suis donc montée d’une taille d’aiguille et ce n’était pas du luxe.

J’ai utilisé environ une demi pelote de chaque couleur. Il s’agit encore de mon chouchou du moment, Flora de Drops, un mix laine et alpaga qui picote les peaux sensibles mais qui botte mon portefeuille.

Message aux potes : inutile de me supplier de vous en tricoter une paire pour l’instant, c’est typiquement un projet funerminable (fun mais qui semble interminable). Il faudrait de sacrés arguments pour me convaincre de m’y remettre avant quelques mois.

Wonder fan girl

« Oh, tu t’es tricoté une écharpe Griffondor !? »

Hé non, ces couleurs caractéristiques sont bien liées à un projet de fan girl tendance geek, mais il s’agit en réalité de ….

Image de prévisualisation YouTube

Comment ne pas craquer devant le canonissime patron Wonder Woman Wrap gracieusement (ça veut dire « pour zéro radis ») mis à disposition par Carissa Browning. Même que PetitBoutDeMoi en a fait une traduction en frenchie.


Ce patron est vraiment bien conçu, avec un paquet de rangs raccourcis qui, presque comme par magie, créent le motif géométrique. Notez tout de même un chouïa de déception de ma part : je ne pige pas comment le motif du modèle peut être impeccable en utilisant comme préconisé la technique du « wrap and turn ».

Sur ma version, le ramassage des « wraps » entre deux rangs de couleurs différentes s’est soldé par quelques pointes de jaune qui dépassent telle des traitresses. J’ai triché et limité les dégâts, mais ça reste agaçant quand on regarde de près.

À part ça c’est du fastoche : point mousse, augmentations, diminutions et quelques fils à rentrer à la fin à cause des changements de couleur. Pour monter et rabattre les mailles j’ai utilisé mes techniques extensibles pref’ de pref’, parce que décidément j’aime autant les châles aux bordures « fixes » que tricoter dans le noir en équilibre sur un trapèze tout en portant des moufles.

C’est un projet « porte-monnaie en peau de hérisson » : patron gratis donc, et j’ai profité des soldes sur le fil Flora de Drops pour choper mon bonheur. Il a fallu environ 1.1 pelote de chaque couleur, ce qui serait ennuyeux si je n’avais pas d’office prévu de tricoter des mitaines assorties. Mitaines quasi-finies et qui déchirent tout (en toute modestie évidemment).

Porté autour du cou, ce mix de laine et d’alpaga me gratouille plus que quand je l’utilise pour mes pulls, mais ça passe si comme moi on n’est pas trop sensible sur le sujet du gratouilli.

 

J’en profite pour montrer deux autres châles, tricotés il y a des semaines de cela pour l’anniv’ d’une meuf que j’kiffe d’amour, j’ai nommé Lathelize. Si vous ne connaissez pas son blog j’ai envie de dire « mais vous sortez d’où ? ». Elle a plein de trucs à raconter et par sa faute je me suis mise à la course à pieds, c’est dire si son influence peut être néfaste.

Pourquoi deux châles ? Parce que je ne suis pas satisfaite du premier, un Color Affection (patron de Veera Välimäki que j’avais déjà tricoté pour ma Wonder Maman). Les bordures en sont « fixes » justement, la faute à ma pomme qui n’a pas su bien gérer les changements de couleurs des rayures. Résultat ça tire, ça gondole un peu… Non. Non quoi.

Dommage car ce mix de fil est super doudou à porter. Le blanc et le noir sont des restes d’écheveaux de Lace de Drops (mélange de soie et d’alpaga), le bleu est un reste d’un fil laine et cachemire dont j’ai perdu l’étiquette depuis des lustres. Le résultat aurait pu être merveilleux : chaud, doux, luxueux mais aussi assez fin et léger pour qu’une grande voyageuse puisse le glisser dans sa valise sans remord.

Histoire de rattraper le coup je lui ai donc tricoté un second châle dans les mêmes fils. Plus petit cette fois, il s’agit d’un patron maison improvisé au fur et à mesure.

Bon, j’en ai fini avec les châles pour un mom…. Ah, on me glisse dans l’oreillette que Frangine Bien-Aimée veut le châle de Wonder Woman pour noël…. Damned, va falloir s’y remettre alors. Heureusement j’ai toujours mes mitaines fun en cours, et à venir des chaussettes ainsi qu’un ensemble béret et mitaines romantiques.

See you soon dudes !

Lève les bras, balance toi !

Blast from the past,

je ne vois pas d’autre explication au fait que je n’aie pas réussi une photo convenable sans avoir les bras levés (et encore, j’en ai gardé deux moches pour cet article). Les nineties ont dû prendre possession de mon corps, cassette audio style.

Image de prévisualisation YouTube

Mais passons aux choses sérieuses : j’ai repris le patron Pavement de Veera Välimäki (dont j’ai déjà dis beaucoup de bien par ici) en faisant quelques modifications.

Pour rappel, c’est un modèle ultra loose qui se tricote en circulaire de haut en bas avec des aiguilles 3mm pour les bords mais 4.5mm pour le corps et les bras, ce qui donne une maille aérée très agréable et un beau tombé.

Désormais c’est une marinière, les manches ont été rallongées, elles sont aussi moins larges, comme le corps, et le bas a été modifié.

Pour cette dernière modif’ il s’agissait surtout d’utiliser moins de fil. Presque cinq pelotes de Flora de Drops y sont passées, environ 2.9 de gris clair et 1.8 de corail, soit quasiment la même quantité que pour la version unie à manche 3/4. En ce qui concerne la largeur du corps c’était un choix esthétique : trop de loose tue le loose. J’ai donc monté en tout 24 mailles de moins après la mise en attente des manches (12 de chaque côté, soit 4 x 14 mailles au lieu de 20)et le résultat me botte à fond ainsi.

Pour chaque manche il y a donc eu 12 mailles de moins, j’ai tout de même rajouté quelques diminutions pour resserrer un peu la forme : au bout de 20 cm de manche j’ai fait un rang avec 2 diminutions (tricoter 2 mailles, tricoter 2 mailles ensemble, tricoter jusqu’à 4 mailles de la fin du rang, glisser une maille comme pour la tricoter + tricoter la suivante + rabattre la maille glissée par-dessus et pour finir tricoter les 2 mailles restantes). Idem à 25, 30 et 35cm de long (= 8 mailles en moins). Pour finir j’ai utilisé mon rabattage « super stretchy » préféré.

Si c’était à refaire je choperais une pelote de gris en plus afin de rallonger le pull et faire l’empiècement travaillé en rangs raccourcis (donc le même nombre de rayures puis L empiècement uni). En fait maintenant j’ai trrrrrrrès envie d’une version plus classique, blanche et bleue, pour rejoindre la « team marinière » des tricopines Bruxelloises (hello girls !).

Coming soon : deux ou trois châles et surtout mon nouveau jean.

Duo presque gagnant

Cet ensemble aurait pu être topissime.

Mais je mets la charrue avant les bœufs…. Laissez-moi d’abord vous présenter ma participation hors-jeu au fameux concours de rentrée de T&N, qui comme d’hab’ inclut des mots de folie. Cette année le thème c’est Végétal, de quoi bien s’amuser donc.

Comme à chaque fois, les membres du jury, dont ma pomme, donnent de leur personne en cousant un modèle d’inspiration. J’ai choisi de me faire un nouveau short Châtaigne de Deer&Doe agrémenté cette fois d’un appliqué « feuille d’automne » sur l’une des poches. Seule modification, je l’ai raccourci et au lieu du rebord cousu je me suis contentée d’un bête ourlet.

Je vous présente la chose à l’arrache, sans repassage, après l’avoir portée quelques heures alors que ce sergé de coton souple plisse trrrrès facilement. Mais ce n’est pas ça qui me chiffonne. En fait je l’ai volontairement fait une bonne taille trop serré, parce que je suis en train de changer doucement mes habitudes alimentaires ce qui entraine doucement une perte de poids. Mais alors doooouuuuuccceeement hein, genre un pauv’ kilo frustrant par mois. Bref, la chose devrait m’aller d’ici quelques mois et je serai canon dedans au printemps. On y croit !

Le pull aussi est nouveau, et malgré ses défauts je ne le quitte plus ces temps-ci, ça me fend le cœur de devoir m’en séparer pour le laver, c’est dire si je l’aime. Il s’agit du patron Pavement de Veera Välimäki.

Attaquons avec les fameux défauts : il est censé être large et pas du tout cintré, ok, je le savais avant de signer. Mais là c’est vraiment too much ! Surtout que j’ai été une bonne élève cette fois et scrupuleusement réalisé un échantillon (qui était parfait) et vérifié mes mesures. De plus les manches sont un peu courtes à mon goût, mais peut être ais-je des bras inhabituellement longs ?

Ce que j’aime en revanche :

  • Les rangs raccourcis qui mettent en forme l’arrière du col.
  • Les manches marteaux.
  • La forme du bas.
  • La grande simplicité (qui a dit « ennui mortel » ?) du tout qui m’a permis de tricoter ce pull tout en lisant sur mon kindle. Lire en tricotant est désormais l’un des grands plaisirs de mon existence.

Le fil utilisé a lui aussi été une très bonne surprise. J’ai utilisé pile poil 5 pelotes de Flora, le nouveau venu de la gamme Drops qui est en fait une version fingering des classiques Lima et Nepal. 65% laine, 35 % alpaga, autant dire que les sensibles à laine doivent l’éviter…. Il se trouve que ce n’est pas mon cas, j’ai du bol sur ce coup ! Défaut principal : on ne ne peut le laver en machine à moins d’avoir un programme laine. Qualité : le prix est super raisonnable (en promo à 1.58€, ça va).

Normalement on le tricote avec des aiguilles 3mm mais le point vraiment malin de ce patron c’est justement de prendre un fil fin et de le tricoter en 4.5mm pour donner un drapé fluide (mais les bordures sont bien faites en 3mm). Flora se prête rudement bien à cet exercice, et cette maille aérée est l’une des raisons pour lesquelles j’aime autant porter ce pull et crève d’envie de commander illico de quoi m’en faire deux autres du même genre.

Je compte réutiliser ce patron en en modifiant la largeur : une fois arrivée à la mise en attente des manches, monterai 20 mailles de moins de chaque côté sous les bras, puis arrivée au niveau de ma taille je ferai des augmentations régulières pour récupérer à peu près la largeur originelle au niveau des hanches.

Bon week-end ! Je reviens bientôt pour vous causer d’un truc nommé Oracle