Archives du tag: facile

attrape-rêve

Voici un attrape-rêve qui sera vraiment utilisé.

Sa destinataire trouve que ces objets ont une réelle influence sur son sommeil. Tant que ça marche pour elle ça me convient ! Mais pas question de la laisser se contenter d’un bête truc fabriqué à la chaine.

Le cerceau fait 25 cm de diamètre, je l’ai simplement réalisé avec du fil de fer et un point de soudure (de la colle suffit), le tout recouvert ensuite d’un reste de fil à chaussette longuement entortillé. Pour la dentelle c’est un reste de fil Lace de Drops qui a été utilisé, soie et alpaga, what else ?

Il a suffit de dégainer mes fidèles aiguilles circulaires en 2.5 mm (des aiguilles double-pointe auraient sans doute été plus pratique, mais je préfère bosser en circulaire) ainsi qu’un patron de napperon en dentelle, mis à disposition gratuitement sur le site Yarn Over,  pour boucler l’affaire. J’ai juste fait une mini modification en commençant par enfiler 8 perles sur mon fil puis en fermant le cercle avant de crocheter les huit mailles de départ.

Une fois les mailles rabattues souplement il a suffit de bloquer la dentelle et la fixer sur le cercle en cousant à larges points en passant toutes les quatre mailles. Un peu de déco, une chaine crochetée pour pouvoir l’accrocher…

Voila la recette d’un projet amusant et sacrément mignon.


Chaussons express

Me revoilà !

Mille mercis pour tous vos p’tits mots – stop – Bébé en pleine forme – stop – surtout les poumons qui marchent à merveille – stop – parents fatigués mais ravis – stop -

Je n’ai pas longtemps devant moi avant que le Gigot Gigotant ne se remette à pleurer mais on va quand même laisser tomber le style télégraphique… Pas moyen de passer du temps sur la machine à coudre en ce moment, mais, le Grand Gastéropode Céleste en soit remercié, j’arrive tout de même à tricoter un peu. J’espère vous montrer bientôt une écharpe qu’il me reste à photographier, mais voici déjà non pas une, non pas trois mais cinq paires de chaussons ma bonne dame !

J’suis comme ça : obsessive quand je trouve un patron qui me botte, surtout quand en prime il est aussi fastoche, rapide et permet d’utiliser les restes de pelotes qui m’encombrent.

Pour Olivier : pointure 39, rendu très serré pour lequel j’ai utilisé une pelote de Big Fabel de chez Drops presque entière et des aiguilles 4mm.

Les Simple garter stich slippers de Handepande sont tout simplement extra, et je le prouve :

  • Il s’agit d’un patron gratos, et ça, ça fait toujours plaisir.
  • Nickel pour les débutants puisque qu’il s’agit de point mousse avec quelques diminutions…
  • Mais aussi intéressant pour les tricoteurs plus expérimentés qui pourront s’amuser en apportant des variations (torsades, dentelle, jacquard… c’est une bonne base à modifier).
  • Cadeau bonus : la technique de montage proposée , celle pour rabattre avec trois aiguilles et la finition au crochet rendent le tout très amusant tout en restant abordable.

 

Pour l’anniversaire de Wonder Beau-frère : taille 43.

Pour ces cinq paires j’ai à la fois varié les fils et les pointures. Sur la toute première photo vous pouvez voir deux chaussons différents. Le premier est pour moi en taille 37 (assorti à la couverture de fiston), le second pour un pote en 42, et les deux sont portés par moi-même en personne. Comme quoi le point mousse est assez élastique pour laisser de la marge en cas d’erreur de taille.

Pour varier les tailles, j’ai adapté soit la taille d’aiguille soit le nombre de mailles montées et la longueur finale, soit les trois… J’ai ainsi obtenu des résultats assez différents (certains sont très souples et légers, d’autres serrés et terriblement chaud)mais tous les destinataires semblent contents. Et ce coup-ci je n’ai pas commis l’erreur de tricoter des chaussons qui ne se lavent pas en machine, ce qui est une plaie vue la façon dont ceux-ci peuvent ramasser la poussière : tous les fils utilisés sont superwash.

Pour tenir les pieds de Dora au chaud quand elle accouchera d’ici quelques semaines : taille 43 à nouveau.

On l’aura compris : si vous débutez, cherchez un truc rapide à tricoter pour un cadeau ou voulez faire baisser vos stocks de laine, c’est le projet de la win !


Edit : suite aux commentaires, je réalise que j’ai oublié de signaler que ce sont des « chaussons de lit » : parfaits pour garder ses petons au chauds quand on s’allonge, pour une soirée télé ou encore dans un sac de couchage. Par contre pas ils ne sont pas top pour faire les 100 pas dans la maison. En effet ceux-ci peuvent être glissants et surtout ils ramassent très vite la poussière.


Objets inanimés etc

Alors à votre avis, certains objets ont-ils une âme ?


Ici on a à la fois le passé, le présent et le futur : les travaux dans notre maison avancent à nouveau et le vil carrelage a été recouvert du beau parquet en chêne que voici. Nous pouvons donc enfin récupérer les meubles stockés à droite à gauche, dont ce coffre de représentant en coutellerie qui appartenait à mon arrière-grand-père, un coutellier Thiernois (les meilleurs évidemment).

Et que voyons-nous posé négligemment par-dessus ? La couverture tricotée pour Azadî, qui va attendre patiemment jusqu’en août pour être utilisée. Comme ce sera un bébé d’été, j’ai choisi le mélange coton et mérinos de chez Drops histoire qu’elle soit douce, passe en machine et surtout ne l’étouffe pas trop.

Je pensais la doubler, mais finalement je trouve l’envers assez joli.

Il faut dire que le choix de couleurs de cette gamme a fini de me convaincre, puisque je voulais ab-so-lu-ment une couverture arc-en-ciel. Aucune originalité de ma part : j’ai eu un énorme coup de foudre pour celle réalisée par Duschinka et décidé de copier sans honte.

Je n’ai pas utilisé le même patron qu’elle (Honeycomb stroller blancket, par Terry Kimbrought, Susan Leitzsch et Lucie Sinkler) , tout bêtement parce que j’avais oublié de l’embarquer en week-end quand j’ai commencé à tricoter et que nous n’avions pas internet sur place, donc j’ai suivi cet autre patron (Honeycomb throw, par Red Heart) que j’avais récupéré au cas où, en modifiant le nombre de mailles pour l’adapter à mon échantillon et à son futur propriétaire.

Les détails techniques qui vont bien :

  • Ce point est en réalité super simple : il se fait à l’aide de mailles glissées. On tricote deux rangs de beige au point mousse, puis 6 rangs de couleur en jersey en répétant *6 mailles tricotées en couleur, 2 m beige glissées* et à nouveau 2 rangs de beige… et comme par magie on obtient des hexagones !
  • Pour obtenir les rangs décalés, on alterne les rangs qui commencent [par 1 maille en couleur + 2 mailles grises glissées puis les hexagones complets (6 mailles) et à la fin 2 mailles glissées et à nouveau 1 maille couleur] et [idem mais 5 mailles couleur au début et à la fin].
  • La bordure a été tricotée en même temps que le reste, ce qui m’a obligée à bosser avec 3 fils à la fois : une pelote beige qui me servait à faire la bordure droite + tous les 6 rangs 2 rangs de beige au point mousse | une pelote de couleur | un peloton de beige pour la bordure gauche (j’ai utilisé une bobine pour le jacquard, plus pratique que d’avoir une troisième pelote à gérer).
  • Pour que les bordures soient bien solidaires du reste de l’ouvrage, j’ai juste entre-croisé les fils en serrant bien, comme pour du jacquard.
  • Aiguilles circulaires 4mm (pourquoi circulaires alors que ça se tricote à plat ? Afin de répartir le poids, qui peut être pénible quand on bosse avec des aiguilles droites).
  • Pour de jolies bordures, la première maille de chaque rang n’est pas tricotée mais glissée.
  • J’ai monté 188 mailles en beige, tricoté 16 rangs au point mousse avant d’attaquer le premier rang en couleur. Les bordures des côtés font 8 mailles chacune. Après 5 répétitions complète de « l’arc-en-ciel » (soit 40 bandes de couleur), j’ai à nouveau tricoté 16 rangs puis rabattu souplement.
  • Après un léger blocage ma couverture mesure 80 x 90 cm, ce qui ne me semble pas mal du tout. J’hésite tout de même à lui faire subir un second blocage plus agressif…
  • Il m’aura fallu environ 3,4 pelotes de beige + 30 gr (0.6 pelote) de chaque couleur. Joie, ça veut dire qu’il me reste de quoi tricoter plein de mini accessoires avec les restes !
  • Les références des teintes : beige 03, moutarde 15, rouille 25, rouge 06, bordeaux 07, violet 27, marine 08, turquoise 24, pistache 10. Important : sur mes photos, les couleurs ne sont pas tout à fait fidèles : elles sont un peu moins flash et le rouge est moins rosé.
  • Je regrette de ne pas avoir pris un bleu supplémentaire afin de faire une transition plus nuancée entre le turquoise  et le marine… Tant pis, une prochaine fois je ferai plus attention.

 

Je dédicace cette couverture à mes copines tricoteuses bruxelloises : en effet, ce fameux week-end durant lequel j’ai commencé cet ouvrage, je l’ai passé avec Mimolette, Tassadit, Vanessa, Véronique, Hélène, Hibbis et Juliette et Maurice. Nous nous sommes fait plaisir en louant une maison délicieusement rétro sur la côte belge, tout près de la plage, histoire de tricoter et papoter dans un chouette cadre.

Pourquoi leur dédicacer ce tricot destiné à fiston ? Parce qu’elles furent héroïques face à la super casse-pied blindée d’hormones que j’ai été : et que je râle parce que j’ai pas mon patron, et je fais fais ma sucrée en défaisant 3 fois le début parce que je ne suis pas contente, puis en refaisant exactement la même chose…. Héroïques vous dis-je ! Moi je me serai mise à la porte au bout d’une heure. Merci les filles !

Mon bras tendiniteux semble avoir supporté ce projet, tout en fatiguant par moments…. Je fais donc la danse de la joie puisque je reprends officiellement le tricot, même si je ne retrouverai sans doute jamais le même rythme qu’avant.

 

Le gilet de Superman

Mais que vois-je dans le ciel, est-ce un oiseau, un avion ? Non c’est Super Gilet !

Hum. Nan mais quand même quoi, ce gilet  issu du magazine Ottobre femme de 03/2015 ressemble vachement à une cape quand même. Il faut dire que la couleur matche avec les tenues du fameux super héros en slip, que la forme est très basique et totalement dénuée de pinces/découpes flatteuses dans le dos, mais aussi que je n’ai pas choisi le bon tissu pour coudre cette babiole.

En effet, j’aurais dû utiliser un jersey de viscose bien mou pour obtenir le tombé mollasson et fin idéal pour cette pièce. Las, chez Tissu Passion à Bruxelles, j’ai eu un gros coup de cœur pour une maille fine certes, mais avec une belle tenue, ce que je croyais tout indiqué pour ce projet. D’où l’effet cape de super-héros en slip.

N’empêche que je l’aime bien ce fichu gilet : il est ultra confortable et niveau réalisation on peut difficilement faire plus simple et rapide… Mon pote Christian (le Mi de Lylimi) m’a suggéré d’ajouter tout bêtement deux liens dans les couture de côté histoire de pouvoir ajuster un peu les dos. Je crois que c’est ce que je vais faire.

En attendant je ne boude pas mon plaisir et je porte beaucoup ce gilet doudou, parce qu’après tout c’est chouette d’être une super héroïne.