Archives du tag: été

Encore une robe qui tourne…

Je suis une vraie gosse : je ne peux pas envisager d’aller danser sans une « robe qui tourne ».

J’avais fait tout un cahier des charges, cette robe devait être :

  • élégante
  • sobre mais avec de jolis détails
  • pas gnangnan non plus
  • confortable
  • légère
  • assez longue pour cacher mes jambes
  • ajustée à la taille
  • facile et rapide à coudre
  • avec de fines bretelles…
  • … et une jupe cercle

 

Pourquoi « élégante et sobre » au juste ? Les adjectifs qui me conviennent en général ce serait plutôt « coloré et original ». Et bien justement, j’ai eu envie de changer et de coudre quelque chose qui soit à la fois joli et passe-partout. J’ai dû fouiller pour trouver le tissu « qui va bien » et c’est finalement dans le magasin Passion à Saint Gilles que je suis tombée sur ce coton tout simple à 5 roros le mètres (j’en ai utilisé presque 3 mètres), dont le bleu et les larges fleurs ton sur ton me bottaient bien.

C’était l’occasion de dégainer le patron de la robe 2 du hors-série Burda facile printemps/été 2014, histoire de faire connaissance (j’ai prévu d’en coudre plusieurs versions, avec et sans manches). Il se trouve que j’étais complètement à la masse quand je l’ai attaquée donc j’ai coupé ma taille (40), mal pigé un truc (lié à la pièce froncée dans le dos) donc cru que c’était beaucoup trop petit. J’ai jeté mes pièces et coupé les mêmes en 44 : erreur ! Je me suis retrouvée avec un bustier bien trop large (sur les photos, on voit bien qu’il baille), mais comme j’étais à la bourre je me suis dit que ça irait bien ainsi, comme ça si je prends du poids je pourrai continuer à la porter et pis c’est tout.

Tout ça pour dire que la prochaine fois, et bein je prendrai le temps de faire une toile !

Le bas de la robe a été remplacé par une simple jupe cercle, et je porte le tout par-dessus mon joli jupon de l’été dernier, parce que plus il y a de froufrous mieux c’est non ?

Un p’tit haut et deux bonnes nouvelles

Cette semaine j’ai cousu….

Mais alors vraiment, j’ai même une blessure de guerre pour le prouver (et ouais, une grosse ampoule à la bas du pouce, obtenue suite à un usage abusif de mes ciseaux de couture). Mais je vous montrerai l’essentiel de ma production une autre fois, aujourd’hui ce sera juste un petit top cousu vite fait hier soir, parce que j’avais besoin d’un projet fastoche et rapide.

lire la suite »

Chanvre et belle dentelle.

J’ai tricoté un pull d’été, oh yeah !

Après ma première version, ce patron Bloomsbury de Svetlana Volkova m’est resté dans le crâne, j’avais trop envie d’en faire un second à manches courtes (parce que rappelez-vous, le plus casse-pied c’était les manches, qui m’avaient parues interminables). Oui, mais quel fil utiliser ? Parce que le coton pur, décidément, je n’aime pas ça.

Et vlan, voila-t-y pas qu’Élise a fait un article pour présenter le chanvre à tricoter sur In the loop*. Je suis faible, ça m’a donné envie de tester Ostane de chez kaneh-Bosem, 55% chanvre et 45 % coton, de quoi donner un beau résultat à en croire la demoiselle. J’ai commandé mes 4 écheveaux dans la foulée.

Alors ? Je suis plutôt contente.

Ce fil est comme prévu d’aspect un peu irrégulier et rustique, il n’est pas doux mais reste assez chouette à tricoter (j’avais peur d’avoir un toucher vraiment désagréable comme avec des fils 100% acrylique, mais ça n’a rien à voir). J’étais particulièrement curieuse de voir si effectivement il s’adoucit et embellit au fil des lavages, donc à peine tombé des aiguilles il est passé en machine et au sèche-linge… Mais comme je m’en doutais ce premier lavage n’a fait aucune différence, et comme il y a un fort pourcentage de coton dans ce mélange je doute que cela s’améliore vraiment.

Ceci dit, même si ce pull est de loin le moins doux et moelleux que j’ai tricoté, j’aime beaucoup le porter et il est parfait en cette saison. En prime, et ça a son importance : mon copain l’adore, alors que d’habitude il traite mes pulls pure laine de « pelures qui grattent ».

Ce projet aura été un vrai plaisir à tricoter : comme le motif de dentelle et la construction étaient encore frais dans ma p’tite tête, j’ai à peine regardé le patron au début, et j’ai enchaîné les rangs quasi sans y penser. J’en profite pour préciser, puisque l’on m’a déjà posé la question, que ce modèle est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît mais toutefois il n’est pas pour les débutants : à mon avis il faut être à l’aise avec le tricot en rond et en anglais ainsi qu’avec la dentelle pour se lancer. Si c’est votre cas alors je le conseille à fond les ballons : la construction en top-down sans couture est un vrai régal, et le tout est bien expliqué.

En baissant d’une taille d’aiguille, mon échantillon correspondait exactement à celui de ma précédente version, j’ai donc tricoté la même chose (en utilisant des aiguilles 4mm pour les bordures et 4.5 pour le corps du pull) : j’ai monté la taille L (100 mailles) et tricoté l’empiècement jusqu’à avoir fait 3 répétitions du motifs (3 x 12 rangs donc). Et pour les manches, une seule répétition a suffit.

Ah, j’allais oublier : pour un pull en 42/44 (je peux prendre un peu de poids, il m’ira encore à priori) j’ai utilisé 370gr de fil, soit un peu moins de 4 écheveaux.

C’est malin, maintenant j’ai envie d’autres pulls d’été, me voila accro…

* J’en profite pour dire merci et bon vent à toute l’équipe d’In The Loop, qui va malheureusement cesser d’exister : votre site était un plaisir à parcourir et une mine d’idées et conseils précieux, vous allez nous manquer !

Tendances Couture #9 : Alleluïa !

Oui, Alléluia mes sœurs couturières, car enfin Simplicity a entendu notre appel…

Sans doute inspirés par le Grand Gastéropode Céleste, les stylistes et graphistes de la marque ont fait un effort pour ce numéro été. Les tissus n’arrachent pas les yeux, certains modèles sont présentés de façon carrément alléchante même, et SURTOUT il y a 6 modèles en 38, dont 3 qui descendent jusqu’au 36 et même 1 en 34.

Bon, ne rêvons pas, on retrouve les défauts habituels (et limite attachants) du magazine : un papier nullisime, des planches de patrons surchargées et des modèles grandes tailles présentés sur des gonzesses tellement minces que j’ai envie de leur envoyer des colis de survie alimentaire… Mais qu’importe : joie sur nos cœurs mes sœurs, ce numéro a du potentiel ! lire la suite »