Archives du tag: ensemble

Ukuléliste !

Ça faisait loooooongtemps que j’avais envie de coudre un truc dans ce genre ! Depuis que j’ai vu sur le net une photo de bébé avec un ukulélé peint sur ses fringues et sur lequel son père « jouait ». Forcément, dès qu’on m’a demandé un ensemble pour un fils de musicos ça a fait tilt !

Ce projet aura été fun du début à la fin puisqu’en prime il est constitué uniquement de récup’ : on m’a filé deux belles chemises en parfait état, dont une dans un chambray doux à se damner, et je me suis empressée de les assassiner à coups de ciseaux, récupérant boutons et tissu pour la Cause. J’ai repris mes patrons japonais pour le short et la veste, tout de même modifiée à ma sauce, et vas-y chauffe Marcel chauffe !

Okay, okay, une fois sur cintre on a un chouïa l’impression que l’ukulélé débande, mes coloc’ me l’ont déjà signalé. Ça n’est guère classe, j’en conviens. Mais je suis vraiment contente du rendu quand on joue.

Comme d’hab’ j’ai soigné les détails, ça m’aurait pris pas mal de temps mine de rien d’ajouter l’ukulélé (bécasse que je suis, je n’avais pas réfléchi AVANT à comment j’allais faire ça, et coudre une fois le vêtement monté n’était pas vraiment l’idée du siècle). À refaire donc, puisque maintenant je suis au point.

Baby wax

Ne vous y trompez pas, ceci n’est pas mon habituel patron jap’…

Vous voyez ici mon tout premier essai de patron maison pour bébé, certes dans le même esprit que mon ensemble fétiche mais avec une coupe un peu différente et quelques détails auxquels je pensais depuis un moment, dont une encolure plus basse et qui va jusqu’à l’emmanchure opposée. Mon pantalon a un gousset pour donner plus d’aisance, même si je me trouve un peu timide sur ce coup : la prochaine fois il sera plus large donc.

Bref, les pans avant recouvrent tous deux complètement le bidon, pour les faire tenir j’ai ajouté des liens à nouer à l’intérieur comme à l’extérieur, avec en prime trois petits boutons à l’encolure bloqués par les boucles d’un élastoc cousu à la main. Et comme on m’a déjà demandé plusieurs fois comment je fixais celui-ci (chopé comme d’hab’ en mercerie) j’ai même immortalisé l’intérieur.

Il va aller en urgence rejoindre son destinataire : vous vous souvenez des tenues pour fillettes cousues récemment ? Et bien SURPRISE : l’une d’entre elle était en fait un mec ! (Ils ne sont sont pas trompés à l’écho hein, c’est juste qu’une fausse information a circulé, c’est ballot)

Wax chopé chez Berger à Bruxelles.

Dinosaurus !

Allez, pour changer voici un ensemble en jean gris pour p’tit mec de 1 an.

Au programme donc du jean fin et très agréable doublé d’une cotonnade toute simple, avec pour réveiller le tout des boutons rivetés dinosaures, chopés à la mercerie de Charonne, que je caserais partout si je ne me retenais pas (et s’il m’en restait). Hélas, je n’en avais pas assez pour la fausse braguette du pantalon, j’ai donc du varier les plaisirs.

Patron jap’, comme toujours. Mais pour une fois j’étais bien contente de coudre ce blouson à capuche plutôt que le sempiternel haut kimono, adorable mais redondant par ici.

Ah tiens, j’ai oublié d’effacer les traces de craie des boutonnières avant de prendre mes photos, c’est ballot …

À pois

Non non non, je ne suis pas monomaniaque …

Enfin si, mais cette série de fringues pour fillettes taille 6 mois n’entre pas dans cette catégorie : il se trouve juste qu’en ce début d’année je dois coudre 4 tenues pour filles (dont voici la troisième) et une autre pour un garçon, tout de même. Bref encore deux baby-ensembles à venir et j’en aurais normalement fini pour un moment.Ouf.

Ceci dit c’est plutôt plaisant de faire baisser mes stocks de tissus avec ces jolis vêtements. Ici j’ai utilisé les restes d’un voile de coton Agnès B, chopé chez Sacrés Coupons il y a un fameux bail, doublé avec un tissu mélangé beige façon peau de pêche. Le pantalon est fait d’un bout de velours trop minus pour coudre autre chose. Last but not least, le passepoil décoré de broderie a été acheté au marché au tissu de Louvain et les boutons en nacre viennent d’un vide-grenier, haut lieu des bonnes affaires couturistiques décidément (1€ pour 12 boutons, la mort quoi). Patrons jap’ as usual

C’est pas pour me plaindre mais ça aura été une vraie plaie de coudre des boutonnières sur un tissu aussi fin, même doublé. Les surpiqures ne sont pas aussi propres que je le voudrais non plus, d’où arrachage de cheveux sévère. Bref sur ce coup j’ai souffert dans mon Art, sans blague.