Archives du tag: drops

Les chaussettes de ski #2 : pas si mal

Cela se voit que ces chaussettes ne sont pas du tout à ma taille ?

Je chausse du 37 1/2 et me v’la en train de vous présenter du 43 fillette faute de pieds adéquats sous la main. Qu’importe, l’important ici n’est pas tant le résultat que les choix techniques (il va falloir que leur nouveau proprio les porte pour skier pour savoir ce que ça donne vraiment).

Pour ma version test j’avais été plutôt convaincue par la technique des Fish lips kiss heel de Sox Therapist, en grande partie parce qu’elle présente l’avantage non-négligeable de ne pas avoir à faire un striptease panardesque pour vérifier l’avancer du boulot. Las, cette fois je suis toute dubitativée faute de les avoir vues portées par Wonder-Beau-Frère : le talon me semble trop pointu, le pied trop serré, enfin en ce qui concerne ce dernier point sur moi c’est parfait mais même s’il est du genre fin il y a des chances pour qu’il ait le pied plus large que moi…. C’est peu de dire que j’ai hâte qu’il les essaie.

En revanche le point choisi me ravi, même si ce tricot m’a semblé long comme un jour sans pain et à peu près aussi passionnant qu’une chanson de Justin Bieber. En effet je voulais quelque chose de fin mais avec une épaisseur confortable offrant en prime une bonne résistance à la friction. C’est Iseult qui m’a offert la solution sur un plateau via le forum de T&N : le twined knitting c’est topissime morbleu !

Il s’agit de tricoter n’importe quel point -jersey, mousse, côtes etc- mais en utilisant deux fils en simultané (mais pas tricoté ensemble !), l’un pour les mailles paires et l’autre pour les impaires. Le fil non utilisé est passé sur l’arrière du travail ce qui donne une double épaisseur sans que l’aspect extérieur ne s’en ressente, mis à part le fait qu’il y a davantage de tension ce qui resserre la maille.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la vidéo ci-dessus (dans laquelle je prononce « twisted » telle la reine des nouilles, mais c’est la plaie de se filmer seule en train de tricoter donc vous devrez vous en contenter) je montre comment je m’y suis prise pour tricoter deux fils à la fois tout en conservant une vitesse correcte. Le tricot « continental » a ma préférence mais j’ai appris à tricoter « à la portugaise » lors de mes problèmes de tendinite, ça m’a bien rendu service pour l’occasion ! Si vous voulez essayer je vous conseille de tricoter d’abord un projet à la portugaise avant d’essayer de mixer les deux techniques.

Important : j’ai oublié de le préciser dans cette vidéo mais pour avoir un beau rendu il est essentiel de toujours tricoter les mailles paires avec le même fil, idem pour les impaires et le second fil. Sans quoi vous n’aurez pas ce bel effet « côtes » que l’on voit sur les pieds.

Tout allait bien tant que je tricotais en jersey endroit, et bam, dérapage dans les gravillons : j’ai bêtement décidé de passer très rapidement en côtes 1/1 au dessus de la cheville, ce afin de gagner en élasticité au niveau des mollets. Ce qui est couillon puisque après vérification les deux points ont quasiment la même élasticité alors que les côtes sont très moyennement esthétiques (surtout au niveau des augmentations) et nettement plus casse-pieds à tricoter. En effet en « continental » le point le moins agréable est l’envers et « à la portugaise » c’est l’endroit… et malheureusement pour avoir un bon résultat j’ai du bosser ainsi, au lieu de me la couler douce en bossant endroit en « continental » et envers  « à la portugaise ». C’est ballot.

La bande du haut en côtes 1/1 bicolores est en revanche très jolie, manque de bol cela roulotte, j’ignore si c’est à cause de la technique de rabattage choisie pour son élasticité, ze famous Jeny’s surprinsingly stretchy bind off. Pourtant jusqu’à présent celle-ci ne m’avait encore jamais fait défaut…

Le choix du fil aussi avait son importance : celui-ci devait être chaud, respirant, doux, assez fin, passer en machine et être disponible dans un bel orange. Rien que ça. C’est encore une fois chez Drops que j’ai trouvé mon bonheur avec la qualité Baby Merino. 3 pelotes d’orange (uni 36) et quelques grammes de bleu électrique (uni 33) y sont passés, le tout bossé en circulaire avec mes toutes nouvelles aiguilles circulaires 3mm HiyaHiya qui sont pour l’instant aussi agréable qu’on me l’avait promis, vive le câble qui tourne !

Vivement mars qu’elles aient droit à leur baptême de la poudreuse ! Je mettrai à jour cet article, croisons les doigts pour que ce ne soit pas une cuisante défaite.

 

Le petit ninja rouge

Tremblez loups, rassurez-vous grand-mères !

Munie de son tout nouveau Montana hat and cowl, le p’tit ninja rouge a décidé de ne plus se laisser malmener, en particulier par le froid.

Ce patron de Grace Rose est le parfait complément à ma collection de cols et capuches pour froid extrême, aux côtés de l’OCNI et du Ninja mask of awsomness. Certes, cette collection est peu utilisée puisque je ne vis pas dans un pays si froid que ça, mais j’adore être prête à toute éventualité et le mix capuche/col qui se glisse sous le manteau/col intérieur qui peut être remonté sur le nez me botte à fond les ballons.

Je ne regrette pas mes sous car ce modèle m’a définitivement réconciliée avec les capuches tricotées, que je trouve souvent ratées. Celle-ci a une forme nickel et tient en place, tout en étant simple et agréable à tricoter.

Le tout monde vite et bien, j’ai juste rallongé les deux cols (intérieur et extérieur) car je tricote plus serré que ce qui est préconisé. Ma capuche est donc moins large que celle du modèle mais ça m’arrange, je la préfère juste assez large pour pouvoir porter un bonnet dessous.

Il a fallu environ 3.9 pelotes de laine Eskimo de la marque Drops, tricotée avec des aiguilles circulaires 9mm. Ce fil est top pour ce type de projet, il pique un peu mais je ne suis pas sensible à la laine donc ça passe bien, de plus j’ai pu faire des raccords de pelotes invisibles grâce à la technique du joint feutré (en désépaississant les deux fils au préalable).

Mille mercis à Hélène qui m’a généreusement fait don de 11 pelotes lors de notre trocante, j’ai encore de quoi m’amuser avec le reste du stock, youhou !

 

Maiiiiiiis ce n’est pas tout pour aujourd’hui.

D’abord je ne suis vraiment pas convaincue par mon bonnet Rikke Rose, joli et qui tient bien en place mais qui est décidément trop slouchy à mon goût. Comme il plaisait à certaine il est donc à gagner.

C’est simple : je pense à un chiffre entre 0 et 1000, ce bonnet ira à celui ou celle qui, grâce à ses dons de télépathie, donnera le chiffre le plus proche dans les commentaires. Attention, il a été tricoté dans un mélange d’alpaga et laine moelleux mais qui gratouillera les peaux les plus sensibles, abstenez-vous si c’est votre cas.

Une seule participation par personne et aucune restriction de pays. Vous avez jusqu’au 6 novembre à minuit pour participer.

 

Maiiiiiiis…. Quoi, j’ai encore des trucs à raconter ?

Sachez que se tiendra les 10 et 11 décembre la toute première Convention du Costume, organisée par l’association CHA près du métro Kremlin-Bicêtre à Paris. Je peux enfin dévoiler le programme des festivités et, oh surprise, j’y animerai un atelier dédié à la dentelle tricotée samedi 10 de 12h à 13h (il est indispensable de savoir déjà tricoter les points de base pour y participer : tricoter endroit et envers, et si possible savoir monter les mailles et les rabattre).

Samedi

Dimanche

 

Le reste du programme déchire, que vous soyez fan de reconstitution historique ou de costumes plus fantaisistes, de modélisme, de broderie… ou juste curieux/se, vous y trouverez forcément votre bonheur. Je ferai signe dès que les billets seront mis en vente (moins de 10€ par jour car les organisateurs et intervenants sont tous des passionnés bénévoles). Au passage, si vous voulez rejoindre l’équipe organisatrice et passer du bon temps là-bas tout en filant un coup de main, ils cherchent encore du monde.

Je ne pourrai pas venir tout le week-end mais j’y serai samedi, à priori entre 11 et 16h. N’hésitez pas à me sauter dessus si on se croise.


New Orleans moelleux

J’ai bêtement cherché pendant des plombes quel châle tricoter avec ce fil.

J’m'explique : Drops a sorti un fil intriguant, baptisé Air, que je voulais tester. On l’obtient par soufflage, ce qui donne un résultat assez cool, très léger. Une pelote de 50 gr de fil aran mesure donc 150 mètres au lieu de 75 à 85.

Photographié de près, on voit bien la structure en nylon, qui est nettement moins visible normalement, j’ai juste collé un coup de flash pour la faire bien ressortir. Cela donne un fil poilu et légèrement brillant, agréable à travailler mais avec peu de définition (pas top pour les torsades).

Pas de torsades donc, et j’avais (encore) envie de tricoter un châle amusant et fifille à souhait. Le choix logique était la dentelle. Donc chasse au châle en dentelle avec un fil aran, puis échec, puis chasse à n’importe quel châle… Et boum, je suis retombée sur…. le tout premier patron que j’ai écrit, le New Orleans. Je l’avais créé pour T&N dans un fil plus fin (et qui finalement rend beaucoup moins bien que celui-ci).

Ça se voit que c’était le premier : j’étais jeune, nous étions fous, l’enthousiasme l’emportait sur la clarté…

Le patron est cool mais médiocrement écrit, avec en prime un petit bug à corriger. Je me suis bien amusée car il monte vite et varie les points tout en restant simple, et je vais recommencer très vite afin de corriger le-dit bug, réécrire la chose, en faire un pdf et plof, je le remettrai à disposition sur t&n.

Comme je le disais, le mix fil aran/aiguilles 6.5mm lui va particulièrement bien, et j’ai utilisé pile poil deux pelotes. Si c’était à refaire j’enlèverais juste une répétition pour la dentelle finale car j’ai à peine réussi à le finir, j’ai bien cru manquer de fil.

Le rendu est très agréable, mais pour les plus sensibles à la laine passez votre chemin car ce mélange laine/alpaga peut légèrement picoter.

Avant blocage, j’ai eu un gros doute à cause du nylon. À tort car ce fil se bloque parfaitement après lavage (j’ai préféré éviter d’utiliser la vapeur).

Il a suffit de trois épingles par arrondi pour donner une forme impeccable. Si je n’avais pas déjà trop de châles je le garderais, mais il va aller rejoindre ma pile de tricots à vendre pour arrondir les fins de mois (faut bien payer ma dope laine m’sieur l’juge !).

Mellow pink

Ce châle a été tricoté il y a plus d’un an, c’te honte…

Mais voila, Lyli, sa destinataire l’a récupéré aussi sec et beaucoup porté depuis. Comme elle passait par là je l’ai réquisitionné manu militari pour prendre quelques photos en vitesse.Et tant qu’à faire j’ai planté la demoiselle derrière l’appareil photo (c’est tellllllllement plus cool que la télécommande).


Il s’agit d’une version extra large de mon patron Mellow-Yellow (toujours pas disponible…. c’te honte bis repetita), tricoté en triple avec des aiguilles 7mm. Comme on ne change pas une équipe qui gagne j’ai à nouveau utilisé le fils Alpaca de Drops, en ajoutant un fil argenté très fin pour donner une touche de glitter aux parties en gris clair. J’ai utilisé environ 5.8 pelotes de gris clair, 5.6 de gris foncé et 3.25 de rose, soit 580 gr en tout.

Cette fois le châle n’a pas été bloqué, il est donc un peu moins grand que la version Mokaccino que j’avais déjà montrée.

J’espère revenir très vite pour vous montrer mon fameux manteau de portage, dont les pièces sont enfin découpées, ouf !