Archives du tag: dentelle

Catch my fall

Tiens, ça faisait longtemps que je n’avais pas montré de tricot par ici.

Il faut dire qu’après avoir perdu quasiment dix ans de tricots suite à une attaque de mites (oui, mon cœur saigne encore un an après le drame… heureusement quelques pulls et accessoires ont échappé au carnage), j’ai été bien refroidie. Mais les châles en dentelle sont les cadeaux que je préfère offrir à mes amies, alors…

Celui-ci est pour la délicieuse Émilie Mime de la Malle, une reconstitutrice historique dont je t’invite à aller zieuter les magnifiques projets couture.

Il s’agit du patron en anglais Catch My Fall, par Mélanie Berg, réalisé avec des aiguilles circulaires 5,5 mm ainsi que deux pelotes de fil Air de la marque Drops. Deux pelotes, vraiment ? Quasi : au moment de rabattre je me suis retrouvée en rade de fil, ce qui m’a forcée à entamer la troisième pelote (que j’avais heureusement prévue). Je ne sais pas pour toi, mais c’est le genre de détail hautement insatisfaisant qui me rend ronchon pendant au moins cinq minutes. Mais rassure-toi, j’ai survécu à cet incident douloureux.

J’ai bien aimé tricoter ce modèle, mais sans plus. C’est un fort joli patron mais il faut croire qu’on se lasse même des châles en dentelle (c’est fou non ?). Par contre c’était plaisant de prendre le soin de le bloquer dans les règles de l’art et de voir la magie de cette étape opérer.

Envol

Il y a un fameux bail de cela, j’ai commencé à me coudre des p’tites culottes.

Pour commencer, des moches dont j’étais incroyable fière. Puis des rigolotes, des confortables, des mignonnes, des colorées… Point de sexy par contre, zéro kinky. Mais ça c’était avant.

Heureusement, la créatrice de la marque de patrons Étoffe Malicieuse a répondu à mes rêves de lingerie faite-maison aussi ludique que féminine, ce grâce à un twist scénaristique au niveau de la partie charnue de mon anatomie, sans que je me sente vulgaire dedans pour autant. En prime cette jolie culotte Envol est aussi confortable qu’un nuage dans lequel mon glorieux fessier serait allé se poser.

Normalement le patron est prévu pour du tissu au format… bein tissu quoi. Genre 140 de large et on coupe ce dont on a besoin en longueur ma brave dame. Mais je désespère de trouver de la dentelle bi-extensible qui me plaise vraiment sous cette forme, celles abordables me semblent toujours trop cheap. C’est pourquoi j’ai utilisé un très large ruban de cette adorable dentelle (extensible, oui oui !); ruban dégotté à vil prix chez Tissus Passion à Saint Gilles : 2 roros le mètre, ça vaaaaaaa quoi. Il n’était toutefois pas assez large pour y couper tout le dos de la culotte, j’ai donc été sage et utilisé pour le reste un simple jersey de coton blanc.

Comme je voulais conserver au maximum la bordure de ma dentelle il n’y a point d’élastique à la taille. Scoop : c’est encore plus confortable et ma bordure tient pourtant bien en place, je recommencerai tiens. Pour ce faire je n’ai pas tout à fait suivi le patron pour la découpe de ces pièces spécifiques, autre scoop : la forme me plaît mieux ainsi (même si elle diffère peu). À refaire vous-dis-je ! (Cela tombe bien, j’en ai déjà deux autres versions découpées qui n’attendent que de passer sous le pied de presseur).

Et pour ceux et celles qui se poseraient la question : bien sûr qu’on peut se coudre ce genre de chose avec une machine à coudre tout simple. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait car mon atelier est surchauffé ces temps-ci, je couds donc le soir dans mon salon en descendant juste ma MAC. Aiguille spécial jersey, point extensible pour les coutures d’assemblage, zig-zag pour les surpiqures (à moins que vous n’ayiez une aiguille double sous la main) et roulez jeunesse !

À bientôt pour une avalanche de ces p’tites choses indispensablo-futiles.

attrape-rêve

Voici un attrape-rêve qui sera vraiment utilisé.

Sa destinataire trouve que ces objets ont une réelle influence sur son sommeil. Tant que ça marche pour elle ça me convient ! Mais pas question de la laisser se contenter d’un bête truc fabriqué à la chaine.

Le cerceau fait 25 cm de diamètre, je l’ai simplement réalisé avec du fil de fer et un point de soudure (de la colle suffit), le tout recouvert ensuite d’un reste de fil à chaussette longuement entortillé. Pour la dentelle c’est un reste de fil Lace de Drops qui a été utilisé, soie et alpaga, what else ?

Il a suffit de dégainer mes fidèles aiguilles circulaires en 2.5 mm (des aiguilles double-pointe auraient sans doute été plus pratique, mais je préfère bosser en circulaire) ainsi qu’un patron de napperon en dentelle, mis à disposition gratuitement sur le site Yarn Over,  pour boucler l’affaire. J’ai juste fait une mini modification en commençant par enfiler 8 perles sur mon fil puis en fermant le cercle avant de crocheter les huit mailles de départ.

Une fois les mailles rabattues souplement il a suffit de bloquer la dentelle et la fixer sur le cercle en cousant à larges points en passant toutes les quatre mailles. Un peu de déco, une chaine crochetée pour pouvoir l’accrocher…

Voila la recette d’un projet amusant et sacrément mignon.


Délicatesse

Ces mitaines poids plume sont destinées à un costume historique.

J’espère récupérer un jour de meilleures photos, en attendant voici ce que donnent moins de 20 gr de fil Lace de Drops tricotés avec des aiguilles circulaires 3 mm. Le mélange 70% d’alpaga et 30% de soie de murier est un délice. Avec le reste de cet écheveau je vais sans doute me tricoter une seconde paire, pour moi cette fois, et avec des aiguilles 2mm pour obtenir une matière plus serrée.

J’ai écris le patron pour l’occasion, en me basant sur des photos de mitaines d’époque. Ce n’est pas parfait car les modèles étaient crochetés, mais le rendu est tout de même très joli et, je pense, dans l’esprit de l’époque.

Bonne nuit, si le Grand Gastéropode Céleste le veut, demain j’arriverai enfin à photographier ma nouvelle robe.