Archives du tag: couture

Minoru mi-raisin

J’aime ma veste Minoru malgré tout.

Malgré tout quoi au juste ? Malgré quelques défauts vraiment agaçants, à commencer par la capuche, dont la forme est très décevante ; trop large, soit elle me tombe sur les yeux, soit elle retombe en arrière, une vraie plaie. De plus il y avait un criant manque de poches, j’ai donc ajouté deux poches à soufflets à l’extérieur.

Mon manteau de pluie a tout de même quelques sacrés atouts. Il est rudement chouette avec sa taille marquée dans le dos par un large élastique, ses poignets bien serrés, sa poche intérieure pratique, sa doublure confortable (réalisée avec un joli coton pour le corps et du satin pour les manches) et surtout le large col qui permet de ranger la capuche. Je l’ai réalisé avec du softshell, un tissu avec une face déperlante et l’autre en polaire fine, ce qui en fait le parfait manteau de mi-saison (que je porte encore en plein hiver, puisque je peux sans souci porter un gros pull en dessous).

Petit détail qui ne se voit guère en photo, j’ai ajouté du biais réfléchissant au niveau de l’encolure et des poignets. Ainsi me voila mine de rien bien visible la nuit, éclairée par les phares des voitures.

Est-ce que je conseille ce patron ? Franchement, bof. Il fait le job mais sans plus. Si c’était à refaire, je testerais plutôt l’Utility jacket Totsi de Waffle Patterns, en modifiant le col pour pouvoir y ranger la capuche et en ajoutant de quoi resserrer les poignets.


L’écureuil volant géant

Fin septembre dernier, je suis partie camper dans un endroit froid et humide, brrrrrrrrr.

Y’avait pas tellement le choix : le confinement était fini mais les mesures covid restaient en place, donc pour ne pas avoir à annuler ces cinq jours avec mes potes il fallait impérativement que ce soit en extérieur. Moi pas aimer avoir froid.

J’ai donc dégainé un patron gratis repéré depuis longtemps, Billie adult wearable blanket de Diby. J’ai cousu la taille M en version longue, à capuche et surtout doublée. Il aura donc fallu pas moins de six mètres de polaire pour réaliser la bestiole, mais ça valait mille fois le coût.

À mon arrivée, quand j’ai revêtu mon habit de lumière mon attirail d’écureuil volant géant (dixit l’un de mes amis), je ne vous cache pas qu’il y eut moult rires et moqueries. Ça a duré environ une heure : après cela tout le monde essayait de se glisser dedans avec moi, me faisait des câlins pour se réchauffer les mains dans la poche ventrale, et j’avais reçu au moins cinq commandes. J’ai même dormi dedans en plus de mon sac de couchage la dernière nuit, qui était particulièrement fraiche.

Depuis j’ai réalisé la version enfant pour mon Gremlin puis cousu d’autres versions pour adultes à offrir aux aminches, mais pas doublées cette fois, c’est plus pour se blottir sur un canapé que pour l’extérieur. Ce patron est diablement simple et efficace.

Endorphines bis repetita

Ai-je déjà mentionné que j’en avais marre de faire tourner des lessives juste pour mes affaires de sport ?

Après avoir validé ma version verte bien-aimée, j’ai couru chez mon dealer (Tissus Passion à Saint Gilles) pour choper les mêmes tissus stretch bi-extensibles dans d’autres coloris, j’en ai profité pour m’offrir en prime un mètre de maille stretch elle aussi, d’un superbe rouge allant bien avec le reste.

Au programme donc : mes chouchous de chez Greenstyle Creation, à savoir le leggings Stride Athletic et la brassière Embrace, mais aussi un sweat-shirt Fashion Style (édition speciale n°1) que j’ai longtemps hésité à tester. En effet, l’absence d’emmanchure donne à la fois un chouette style…. et la certitude que tout le sweat remonte à chaque fois que je lève le bras. Mais voila, la largeur et la forme garantissent aussi le fait que je n’ai pas de tissu directement sous les aisselles, ce qui est plutôt agréable pour faire du sport.

Au final il est exactement comme je l’avais imaginé. Je n’en ferai pas d’autre version mais j’adore le porter avec cet ensemble.

Comme la dernière fois, le leggings a été rallongé de 2.5 cm. Comme la brassière, il a été coupé en taille E en rajoutant un chouïa de marges de couture en largeur, puisque mes versions précédentes étaient un poil serrées, et me voila beaucoup plus à l’aise dedans.

Quant à la brassière, cette fois je n’ai pas ajouté d’élastique dans la bande sous-poitrine. J’allais l’ajouter après un essayage, il s’est avéré l’absence d’élastique ne faisait pas de différence notable de soutien avec ma version élastiquée, tout en étant nettement plus agréable à porter. Après une première séance de sport je reste sur cette position, on verra à la longue si le tissu semble se détendre.

Mais il faut dire que de nombreuses coutures internes sont déjà soutenues par de la laminette, d’où le soutien efficace pour une brassière (qui n’est donc pas suffisant pour des sports avec beaucoup d’impacts, là mieux vaut un soutien-gorge renforcé comme le Endurance sports bra, dispo dans deux larges gammes de taille, 1 et 2).

Pour rappel, ce patron a pas mal d’options intéressantes, dont avec ou sans pinces, forte poitrine ou non, dos simple, nageur superposé ou encore avec une déocupe en goutte. Et le montage du dos nageur superposé est intéressant.

Le seul défaut de ce tissu léopard c’est que l’envers est blanc, résultat on voit une différence de nuance du rouge entre le leggings (très étiré) et les manches du sweat, mais ça reste tout à fait supportable.

C’est l’heure de faire un choix


J’ai craqué, j’ai acheté…

… Ce superbe tartan en lainage mélangé très doux, juste assez épais pour coudre une fort jolie veste de mi-saison. Maintenant, il reste à décider quel patron utiliser, surtout que je me suis peut être un brin laissée emporter, et qu’il y a désormais un long manteau, des jupes et des robes dans la liste.


Tous ces patrons sont « Mes Prrrrrécieuxxxxx », à savoir de gros coups de cœur, attendant leur heure dans ma patronthèque depuis parfois des années.  Telle la Golum de la couture, je suis frappadingue obnubilée par certains et crève d’envie d’en faire enfin quelque chose.

Le long manteau ainsi que la jupe Fumeterre sont à priori hors-jeu car mon lettrage ne serait pas suffisant pour les réaliser, mais j’suis une faible, je peux toujours retourner vite vite chez Tissus Passion à Saint Gilles pour compléter mon stock. Mais est-ce que je les porterais souvent ? Pas sûr… la raison me pousse plutôt vers les vestes Burda, et les chutes seraient suffisantes pour coudre la jupe à panneau ou bien quelque chose de mignon pour ma filleule, qui n’a même pas trois ans (un manteau ou une robe chasuble peut être).

la robe Courrèges est fort mignonne, mais le mix manches courtes et tissu assez chaud ne fait jamais bon ménage chez moi ; elle serait aussi trop peu portée, même par-dessus un joli t-shirt à manches longues. Reste la robe Bubu à décolleté en cœur et manches trois-quart… pas le choix le plus raisonnable, mais diablement tentante.

La veste Caramel et le manteau Opium sont aussi dans le bas de ma liste car trop larges. Opium serait superbe en uni par contre. Je les aime bien sur ces croquis, soyons claires, mais en achetant ce tissu j’avais envie de quelque chose de plus ajusté, et la largeur ceinturée fait un poil trop peignoir confortable à mon goût.

Il faut accepter l’inéluctable : choisir c’est renoncer. Damned…