Archives du tag: coton

Chanvre et belle dentelle.

J’ai tricoté un pull d’été, oh yeah !

Après ma première version, ce patron Bloomsbury de Svetlana Volkova m’est resté dans le crâne, j’avais trop envie d’en faire un second à manches courtes (parce que rappelez-vous, le plus casse-pied c’était les manches, qui m’avaient parues interminables). Oui, mais quel fil utiliser ? Parce que le coton pur, décidément, je n’aime pas ça.

Et vlan, voila-t-y pas qu’Élise a fait un article pour présenter le chanvre à tricoter sur In the loop*. Je suis faible, ça m’a donné envie de tester Ostane de chez kaneh-Bosem, 55% chanvre et 45 % coton, de quoi donner un beau résultat à en croire la demoiselle. J’ai commandé mes 4 écheveaux dans la foulée.

Alors ? Je suis plutôt contente.

Ce fil est comme prévu d’aspect un peu irrégulier et rustique, il n’est pas doux mais reste assez chouette à tricoter (j’avais peur d’avoir un toucher vraiment désagréable comme avec des fils 100% acrylique, mais ça n’a rien à voir). J’étais particulièrement curieuse de voir si effectivement il s’adoucit et embellit au fil des lavages, donc à peine tombé des aiguilles il est passé en machine et au sèche-linge… Mais comme je m’en doutais ce premier lavage n’a fait aucune différence, et comme il y a un fort pourcentage de coton dans ce mélange je doute que cela s’améliore vraiment.

Ceci dit, même si ce pull est de loin le moins doux et moelleux que j’ai tricoté, j’aime beaucoup le porter et il est parfait en cette saison. En prime, et ça a son importance : mon copain l’adore, alors que d’habitude il traite mes pulls pure laine de « pelures qui grattent ».

Ce projet aura été un vrai plaisir à tricoter : comme le motif de dentelle et la construction étaient encore frais dans ma p’tite tête, j’ai à peine regardé le patron au début, et j’ai enchaîné les rangs quasi sans y penser. J’en profite pour préciser, puisque l’on m’a déjà posé la question, que ce modèle est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît mais toutefois il n’est pas pour les débutants : à mon avis il faut être à l’aise avec le tricot en rond et en anglais ainsi qu’avec la dentelle pour se lancer. Si c’est votre cas alors je le conseille à fond les ballons : la construction en top-down sans couture est un vrai régal, et le tout est bien expliqué.

En baissant d’une taille d’aiguille, mon échantillon correspondait exactement à celui de ma précédente version, j’ai donc tricoté la même chose (en utilisant des aiguilles 4mm pour les bordures et 4.5 pour le corps du pull) : j’ai monté la taille L (100 mailles) et tricoté l’empiècement jusqu’à avoir fait 3 répétitions du motifs (3 x 12 rangs donc). Et pour les manches, une seule répétition a suffit.

Ah, j’allais oublier : pour un pull en 42/44 (je peux prendre un peu de poids, il m’ira encore à priori) j’ai utilisé 370gr de fil, soit un peu moins de 4 écheveaux.

C’est malin, maintenant j’ai envie d’autres pulls d’été, me voila accro…

* J’en profite pour dire merci et bon vent à toute l’équipe d’In The Loop, qui va malheureusement cesser d’exister : votre site était un plaisir à parcourir et une mine d’idées et conseils précieux, vous allez nous manquer !

La robe de Belle-Maman

Belle-Maman avait flashé sur ma dernière robe dansante.

Cette jolie petite chose dont je ne me lasse pas décidément. Il lui en fallait une, mais elle a choisi un tissu totalement différent… qui au final rend plutôt bien ma foi. En tout cas ça a été très fun de jouer ainsi avec les rayures.

Le tissu est 100% coton, c’est un jersey interlock (plus épais qu’un t-shirt mais moins que du molleton) de très bonne qualité que j’ai chopé dans cette boutique. Un vrai régal à coudre et à porter !

Niveau patron, c’est ma 4ème ou 5ème réalisation d’après ce modèle du mag’ Burda d’août 2012, autant dire que ça a roulé. Cette fois j’ai remplacé les poches prises dans les coutures par des poches italiennes (discrètes grâce aux raccords des rayures), modifié l’encolure, qui a été finie avec un fin parement contrastant. J’ai aussi coupé le devant et le dos de la jupe en deux parties afin de créer le motif en chevrons, et pour finir j’ai rallongé les manches, parce qu’il fait frisquet ces temps-ci non ? Point important : j’ai coupé une taille 36 car ce patron taille grand ET est prévu pour un tissu non extensible, c’est donc un faux 36 vrai 40.

Devinez qui a envie d’une version rayée maintenant ?

PS : j’en profite pour souhaiter un excellent anniversaire à Frangine Bien-Aimée ! Ton cadeau n’est pas encore prêt, mais j’y travaille, promis.

Presque médiévale

Oh Toi, Lecteur, me pardonneras-tu ce mauvais montage qui pique les yeux ?

Image issue de Game of Thrones (une série que pourtant je n’aime pas des masses, mais cette photo était nickel pour ça non ?).

J’aurais bien aimé vous montrer de belles photos du dernier GN médiéval-fantastique Brume (organisé par l’excellente asso Clepsydre) pour lequel j’ai cousu cette robe, mais malgré tout le talent des photographes présents je ressemblais basiquement à une serpillière géante : deux jours de pluie et de froid (et deux nuits sous la tente tant qu’à faire) ont ruiné tous mes efforts pour avoir l’air un tant soit peu classe, d’où la séance photo post-GN at home (quoiqu’un proche souhaitant garder l’anonymat affirme que sur cette photo j’ai une tronche de zombie, grosses cernes et front dégagés obligent). lire la suite »

Le châle international

Ahhhh, le tricot repointe timidement son nez par ici. Profitez- en car je ne sais pas quand ce sera à nouveau le cas !

Voici donc ZE projet durant lequel mon coude droit a sournoisement flanché, un modèle tout simple de Stephen West joliment baptisé Transatlantic et dont je vous ai montré une autre version y’a pas bien longtemps ma bonne dame. Je craque toujours autant pour les mailles glissées qui créent le motif, et les trois trous crochetés afin de le faire tenir en place autour du cou.

Ça aura été le projet de toutes les galères décidément : comme je ne pouvais plus tricoter « normalement » avec mon bras droit, j’ai commencé par tester le tricot « à la Suisse », mais je n’arrivais pas du tout à gérer la tension, ce qui donne quelques rangs particulièrement foireux ma foi. Tant pis. J’ai ensuite changé pour le tricot à la portugaise (voir la vidéo dans mon post précédent, et là ça a été comme une révélation, malgré de petites erreurs de débutante.

Je pensais être tranquille à partir de cette révélation tricotesque, et puis le fil s’est fait rare. Très. Pour tout dire il me reste 7 cm de coton gris/bleu, et je suis tombée en rade de fil multicolore alors que je rabattais mes mailles, à 15 cm du bout ! Enfer et damnation me direz-vous, mais c’était le projet de toutes les expérimentations, j’ai donc saisi l’occasion de tester une technique pour rabattre les mailles en les crochetant, et donc sans fil. Ça vous intrigue hein ?! Hop, voici comment faire, et ma foi, même si le résultat est un peu plus serré que ce que je voulais sur ces derniers centimètres, ça fait assez bien la blague en dépannage. Je ne l’utiliserais pas pour des tricot devant être rabattus très souplement mais je sens que je vais me resservir de ce truc !

Bon, on l’aura compris, j’ai testé tellement de trucs que ça se voit quand on regarde mon tricot de près. Les petits défauts pullulent, ce qui est ballot c’est que justement ça tombe sur un « tricot-cadeau ». Donc voila, Lyli, je comprendrais tout à fait que tu n’en veuilles pas, et je suis prête à me sacrifier et à le garder pour ma pomme (ça va, j’suis convaincante ? Je souffre dans ma chair à force de donner ce Transatlantic : j’en ai un troisième sur les aiguilles, toujours pour une amie qui a complètement craqué pour ce modèle).

Ah, j’allais oublier les détails techniques qui vont bien : j’ai utilisé mon aiguille circulaire 3.5. Le coton gris/bleu est du genre mystérieux, il s’agit d’une pelote de 50gr qui trainait dans mon stock, de bonne qualité mais pur coton à priori, donc un peu rêche à mon goût. Mais voila : ce fil allait tellement bien avec ma pelote de Regia random stripe 2901 que je ne pouvais pas en utiliser un autre ! Pour info, la couleur est exactement comme sur la première photo en gros plan : je l’ai prise alors qu’il y avait peu de soleil et je jure sur la tête de ma machine à coudre que je n’ai pas boosté les teintes sous ‘toshop ! Miam non ? Je crois que c’est le seul châle à rayures que j’aime autant sur l’envers que sur l’endroit. Visuellement donc : j’adore ! Par contre je trouve que le résultat se drape moins joliment qu’avec mon précédent mélange coton/bambou, nettement plus moelleux et doudou.

Vivement que je reçoive mon colis de laine Drops : j’ai hâte de commencer Odette Jolie !