Archives du tag: confortable

Le pantalon en trompe-l’oeil

Ce pantalon ne me va pas ? C’est normal, il s’agit d’un modèle pour homme mais le destinataire n’étant pas dispo pour les photos j’ai dû encore une fois prendre la pose.

Olivier a besoin de pantalons pour le boulot mais il ne se sent vraiment bien que dans celui que je lui ai cousu en utilisant un patron de pyjama. Niveau classe on a fait mieux, j’avoue, mais en choisissant un tissu ad hoc, en faisant des coutures invisibles pour les ourlets et en ajoutant des poches et surtout des passants afin de porter éventuellement une ceinture par-dessus la taille élastiquée…. Et bien je trouve que ça passe ma foi.

Bilan : confortable, large comme il aime et fastoche à coudre, que demander de plus ? En prime il ne m’a pas coûté cher car j’ai chopé ce coupon de 3 m à 50% de réduction chez Coupons Saint Pierre, soit 10 roros au lieu de 20 et de quoi lui en coudre un second dans la foulée, à moins que je ne le convainque de me laisser lui faire un gilet assorti pour le fun. Au passage, celui que je porte pour la photo est une antiquité trouvée dans les affaires de mon arrière-grand-père, la chemise est me-made et « Mister Shade » est un dessin réalisé par Simon, l’un de mes coloc’. Ah, oui, le patron vient du mag’ Burda de décembre 2010. Merci à Mélanie pour les photos !

Froufrous 3.0

Voici un nouveau test de boxer, et cette fois je crois que je vais lui rester fidèle.

Comme pour les versions précédentes j’ai utilisé mes sous-vêtements du commerce les plus confortables pour patronner cette petite chose. La hauteur de celui-ci, l’échancrure de celui-là… « Oh et puis tiens, j’ajouterais bien un empiècement contrastant souligné de froufrous par ici histoire de varier les plaisirs ». Un tour dans mon stock de chutes pour récupérer un mini-bout de ce voile de viscose à tête de mort qui commence à être bien connu par ici (il vient de chez Stop Tissu mais ne rêvez pas, y’en a plus) ainsi qu’une grosse chute de jersey de viscose violet et un reste de jersey de coton pour faire le fond.

J’ai assemblé l’essentiel à la surjeteuse et fignolé avec 4 coutures au point de chaînette, décidément mon option préférée sur la recouvreuse. Il y a aussi un élastique fin dissimulé dans la couture de la taille, je l’ai tout même cousu assez lâche car je déteste être saucissonnée. Et devinez quoi ? Je suis incroyablement bien dedans !