Archives du tag: chemise

Un p’tit haut et deux bonnes nouvelles

Cette semaine j’ai cousu….

Mais alors vraiment, j’ai même une blessure de guerre pour le prouver (et ouais, une grosse ampoule à la bas du pouce, obtenue suite à un usage abusif de mes ciseaux de couture). Mais je vous montrerai l’essentiel de ma production une autre fois, aujourd’hui ce sera juste un petit top cousu vite fait hier soir, parce que j’avais besoin d’un projet fastoche et rapide.

lire la suite »

En vitesse

Il y a des choses qui vont vite en ce monde… Et d’autres non.

  • Coudre un pantalon de pyjama pour mec dans un beau tissu, et donc le rendre portable au bureau = 2h
  • coudre une tunique à encolure tunisienne, toujours dans un esprit « ultra confortable mais qui passe au boulot quand on n’a pas besoin de cravate » = 1h30 (bon, j’avais déjà recopié et adapté mes patrons hein)
  • convaincre Olivier de pendre 5 mn pour poser avec = 12 jours (mais il faut reconnaître qu’avec ses horaires, ça n’est pas simple de le choper à la maison alors qu’il fait encore jour)

 

Bon, étant une piètre copine, je n’ai pas repassé le futal… Mais comme le ciel ne semble pas vouloir s’abattre sur ma misérable tête suite à cet affront je continue… Il s’agit donc du patron de pyj’ pour mec du Bubu de décembre 2010, que j’ai modifié pour y ajouter des poches italiennes ainsi que des passants. Le tissu est une excellente surprise : il s’agit d’un coupon chopé chez Stop Tissu doux, chaud et classe, un vrai coup de bol. Le tissu de la tunique a aussi été dégotté dans ma boutique préférée, et le patron vient du Bubu de juin 2011. J’ai fait trois modif’ en tout : le montage ne me plaisait pas donc les deux pans sont cousus à l’intérieur, j’ai préféré faire les fentes du bas sur le côté plutôt que sur l’avant, et le col est fini avec un biais maison.

Ayant fait mon devoir et cousu un truc pour lui, je peux retourner à mes modèles pour gonzesse, yeah !

Ukuléliste !

Ça faisait loooooongtemps que j’avais envie de coudre un truc dans ce genre ! Depuis que j’ai vu sur le net une photo de bébé avec un ukulélé peint sur ses fringues et sur lequel son père « jouait ». Forcément, dès qu’on m’a demandé un ensemble pour un fils de musicos ça a fait tilt !

Ce projet aura été fun du début à la fin puisqu’en prime il est constitué uniquement de récup’ : on m’a filé deux belles chemises en parfait état, dont une dans un chambray doux à se damner, et je me suis empressée de les assassiner à coups de ciseaux, récupérant boutons et tissu pour la Cause. J’ai repris mes patrons japonais pour le short et la veste, tout de même modifiée à ma sauce, et vas-y chauffe Marcel chauffe !

Okay, okay, une fois sur cintre on a un chouïa l’impression que l’ukulélé débande, mes coloc’ me l’ont déjà signalé. Ça n’est guère classe, j’en conviens. Mais je suis vraiment contente du rendu quand on joue.

Comme d’hab’ j’ai soigné les détails, ça m’aurait pris pas mal de temps mine de rien d’ajouter l’ukulélé (bécasse que je suis, je n’avais pas réfléchi AVANT à comment j’allais faire ça, et coudre une fois le vêtement monté n’était pas vraiment l’idée du siècle). À refaire donc, puisque maintenant je suis au point.

Ma chemise pyjamesque

Je ne savais pas que j’en avais envie avant de la voir dans ce magazine…

Je cause ici de la chemise n°32 du magazine Tendances Couture n°4. Un caprice plus qu’un besoin puisque je n’ai aucune d’obligations vestimentaires liée au boulot, j’ai donc pu me faire plaisir en choisissant ce tissu à délicats chevrons bleus pâles de chez Sacrés Coupons, en jouant sur le sens du motif pour certaines parties et en ajoutant moult passepoil pour souligner les découpes.

Au final je suis ravie du résultat, même si le col Mao, les manches 7/8, le pli d’aisance dans le dos et le passepoil lui donnent davantage l’air d’un haut de pyjama (stylé mais trrrrès confortable) que d’une vraie chemise.

Sur la photo de droite les poignets sont portés relevés.

Je valide joyeusement ce patron bien coupé et agréable à suivre. Tout comme j’aime les petits détails ajoutés par ma pomme ici et là : un bouton à l’intérieur du col pour le fermer joliment, les poignets retravaillés (même si ça ne se voit guère sur mes photos) et soulignés à l’intérieur d’un ruban de propreté raccord avec le passepoil qui fait que même retournés ceux-ci restent impec’… J’ai pris mon temps et je me suis fait plaisir avec ce modèle, que décidément je préfère porter de façon décontractée (mais comment font les hommes qui bossent en costard pour supporter d’avoir le cou serré par une chemise ET une cravate bon sang ? Ça n’est pas humain !).

A refaire donc, cette fois dans la version plus longue peut être ?

Tissu de chez Sacrés Coupons à Paris, passepoil de la mercerie de Charonne, boutons en nacres trouvés dans un vide-grenier, jean maison, sandales Jungla super mortelles, fauteuil en cuir récupéré devant un home de vieux… Merci à Lyli pour les photos.