Archives du tag: chaussons

Chaussons express

Me revoilà !

Mille mercis pour tous vos p’tits mots – stop – Bébé en pleine forme – stop – surtout les poumons qui marchent à merveille – stop – parents fatigués mais ravis – stop -

Je n’ai pas longtemps devant moi avant que le Gigot Gigotant ne se remette à pleurer mais on va quand même laisser tomber le style télégraphique… Pas moyen de passer du temps sur la machine à coudre en ce moment, mais, le Grand Gastéropode Céleste en soit remercié, j’arrive tout de même à tricoter un peu. J’espère vous montrer bientôt une écharpe qu’il me reste à photographier, mais voici déjà non pas une, non pas trois mais cinq paires de chaussons ma bonne dame !

J’suis comme ça : obsessive quand je trouve un patron qui me botte, surtout quand en prime il est aussi fastoche, rapide et permet d’utiliser les restes de pelotes qui m’encombrent.

Pour Olivier : pointure 39, rendu très serré pour lequel j’ai utilisé une pelote de Big Fabel de chez Drops presque entière et des aiguilles 4mm.

Les Simple garter stich slippers de Handepande sont tout simplement extra, et je le prouve :

  • Il s’agit d’un patron gratos, et ça, ça fait toujours plaisir.
  • Nickel pour les débutants puisque qu’il s’agit de point mousse avec quelques diminutions…
  • Mais aussi intéressant pour les tricoteurs plus expérimentés qui pourront s’amuser en apportant des variations (torsades, dentelle, jacquard… c’est une bonne base à modifier).
  • Cadeau bonus : la technique de montage proposée , celle pour rabattre avec trois aiguilles et la finition au crochet rendent le tout très amusant tout en restant abordable.

 

Pour l’anniversaire de Wonder Beau-frère : taille 43.

Pour ces cinq paires j’ai à la fois varié les fils et les pointures. Sur la toute première photo vous pouvez voir deux chaussons différents. Le premier est pour moi en taille 37 (assorti à la couverture de fiston), le second pour un pote en 42, et les deux sont portés par moi-même en personne. Comme quoi le point mousse est assez élastique pour laisser de la marge en cas d’erreur de taille.

Pour varier les tailles, j’ai adapté soit la taille d’aiguille soit le nombre de mailles montées et la longueur finale, soit les trois… J’ai ainsi obtenu des résultats assez différents (certains sont très souples et légers, d’autres serrés et terriblement chaud)mais tous les destinataires semblent contents. Et ce coup-ci je n’ai pas commis l’erreur de tricoter des chaussons qui ne se lavent pas en machine, ce qui est une plaie vue la façon dont ceux-ci peuvent ramasser la poussière : tous les fils utilisés sont superwash.

Pour tenir les pieds de Dora au chaud quand elle accouchera d’ici quelques semaines : taille 43 à nouveau.

On l’aura compris : si vous débutez, cherchez un truc rapide à tricoter pour un cadeau ou voulez faire baisser vos stocks de laine, c’est le projet de la win !


Edit : suite aux commentaires, je réalise que j’ai oublié de signaler que ce sont des « chaussons de lit » : parfaits pour garder ses petons au chauds quand on s’allonge, pour une soirée télé ou encore dans un sac de couchage. Par contre pas ils ne sont pas top pour faire les 100 pas dans la maison. En effet ceux-ci peuvent être glissants et surtout ils ramassent très vite la poussière.


Troc partie 1 : les chaussons

Quoi de mieux que de troquer avec une pote franchement ?

C’est vrai ça : on cherche THE idée qui lui plaira, et puis le tissu qui va bien pour la réaliser et puis « oh bah c’est mignon mais c’est pas assez ça voyons ! » (d’où le titre « partie 1″, puisqu’il y aura une suite). Bref, quand j’ai vu ces chaussons-là, créés par Woolie baby, j’ai aussitôt pensé qu’ils étaient faits pour Lili the Banyan Tree. Ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça, dans ma tête ces chaussons portent son nom et puis basta. lire la suite »

Chaussonite aiguë

Pour contrer une baisse d’envie de tricot il n’y a rien de tel qu’un projet fastoche et rapide, avec de vrais morceaux de fun dedans tant qu’à faire.

La partie fun c’est clairement le feutrage, ce truc magique qui transforme un tricot informe quatre fois trop grand en petite ballerine épaisse, moelleuse et donc ultra confortable. En fait c’est la lecture de ce chouette article sur T&N qui m’a donné envie de me lancer.

Bon. OK. Les tricot feutrés ça peut vite virer kitch et pataud, mais quand je suis tombée sur ce patron de chaussons j’ai eu très très envie d’essayer, et même si esthétiquement parlant on a vu plus classe (pour tout dire, mon copain m’appelle « mamie » quand je les porte) je suis vraiment heureuse de me pavaner avec ces babioles.

Comme tout ça rentrait dans mon fameux plan de vidage du stock de laine j’ai utilisé le système D : à la fin de mon écheveau de 100gr de cascade 220 (reste d’un certain cardigan) il me manquait quelques grammes pour la seconde semelle ? Pas grave, j’ai chopé une pelote verte d’origine inconnue qui trainait dans le coin et, ni vu ni connu j’t'embrouille, c’était arrangé. J’ai eu du bol car toutes les laines ne feutrent pas de la même façon, ça aurait donc pu faire foirer mon plan machiavélique mais heureusement le Grand Gastéropode Céleste devait être avec moi ce jour là, loué soit-Il.

Le dessus se tricote en double et la semelle en triple pour plus de confort, la patte de boutonnage est quant à elle feutrée à part puis cousue une fois le chausson mis en forme. Le tout est super rapide, merci merci les aiguilles 10 ! Même si je chausse du 37 j’ai préféré voir large et tricoter la taille M, et bien m’en a pris : les chaussons sont ressortis de la machine vraiment serrés, à tel point que j’ai passé un bout de temps à tirer dessus dans tous les sens pour gagner les quelques centimètres nécessaires. Comme vous pouvez le constater j’ai vaincu, hourra ! En fait le souci vient bêtement du fait que je n’ai pas pu respecter le temps de cuisson feutrage en machine : je ne vois absolument pas comment ouvrir ma machine en cours de cycle de lavage pour vérifier comme indiqué l’évolution du rétrécissage, bref j’ai croisé les doigts, lancé un cycle court et basta.

Je ne suis pas super fièrotte de ce projet, très basique quand même …. mais qu’est-ce que je me suis amusée ! Ouvrir la machine pour voir le résultat du feutrage c’était à peu près aussi bon qu’ouvrir un paquet cadeau à Noël. À refaire donc, cette fois sous forme de sac peut être.

It must be mine #6

Sachez que je vis un drame affreux : j’ai perdu mon mojo tricotesque !

J’ai bien un projet sur le feu, un truc super fastoche et rapide qui aurait dû être fini en une soirée les doigts dans l’nez, et bein non, rien nada, que dalle : en ce moment je n’aime plus tricoter. Je pense que Le Monstre a sucé toute ma substantifique moelle. Bref à défaut de tricoter je suis partie en chasse d’inspiration sur Ravelry, et il semblerait que je sois « un peu » obsédée par les renards, les chaussons et la laine feutrée.

 

On commence donc avec du 100 % choupinet animalesque …

Porte-monnaie en laine feutrée par Amanda Collins, chaussons feutrés par Jenn Maple, bonnet Foxy par Katy Tricot.

 

Puis des sacs qui me bottent terriblement :

Sac Hong-Kong parJulie Armstrong Holetz, le bobble bag de PeacockPanda, potiron selon Rahardjo Knits.

 

De quoi avoir chaud aux pieds, sans glisser sur le parquet :

Chaussons feutrés par Saraem, torsades par Handepande, à semelles par Lllorelllei.

 

Et on finit sur des inclassables plutôt sympatoches :

Trousse selon Claudine, adorable col par Eveli Kaur, bol en laine feutrée et dentelle par Amanda Scheuzger.

Il n’y a plus qu’à espérer que je récupère mon mojo rapidos …