Archives du tag: cascade 220

Chaussonite aiguë

Pour contrer une baisse d’envie de tricot il n’y a rien de tel qu’un projet fastoche et rapide, avec de vrais morceaux de fun dedans tant qu’à faire.

La partie fun c’est clairement le feutrage, ce truc magique qui transforme un tricot informe quatre fois trop grand en petite ballerine épaisse, moelleuse et donc ultra confortable. En fait c’est la lecture de ce chouette article sur T&N qui m’a donné envie de me lancer.

Bon. OK. Les tricot feutrés ça peut vite virer kitch et pataud, mais quand je suis tombée sur ce patron de chaussons j’ai eu très très envie d’essayer, et même si esthétiquement parlant on a vu plus classe (pour tout dire, mon copain m’appelle « mamie » quand je les porte) je suis vraiment heureuse de me pavaner avec ces babioles.

Comme tout ça rentrait dans mon fameux plan de vidage du stock de laine j’ai utilisé le système D : à la fin de mon écheveau de 100gr de cascade 220 (reste d’un certain cardigan) il me manquait quelques grammes pour la seconde semelle ? Pas grave, j’ai chopé une pelote verte d’origine inconnue qui trainait dans le coin et, ni vu ni connu j’t'embrouille, c’était arrangé. J’ai eu du bol car toutes les laines ne feutrent pas de la même façon, ça aurait donc pu faire foirer mon plan machiavélique mais heureusement le Grand Gastéropode Céleste devait être avec moi ce jour là, loué soit-Il.

Le dessus se tricote en double et la semelle en triple pour plus de confort, la patte de boutonnage est quant à elle feutrée à part puis cousue une fois le chausson mis en forme. Le tout est super rapide, merci merci les aiguilles 10 ! Même si je chausse du 37 j’ai préféré voir large et tricoter la taille M, et bien m’en a pris : les chaussons sont ressortis de la machine vraiment serrés, à tel point que j’ai passé un bout de temps à tirer dessus dans tous les sens pour gagner les quelques centimètres nécessaires. Comme vous pouvez le constater j’ai vaincu, hourra ! En fait le souci vient bêtement du fait que je n’ai pas pu respecter le temps de cuisson feutrage en machine : je ne vois absolument pas comment ouvrir ma machine en cours de cycle de lavage pour vérifier comme indiqué l’évolution du rétrécissage, bref j’ai croisé les doigts, lancé un cycle court et basta.

Je ne suis pas super fièrotte de ce projet, très basique quand même …. mais qu’est-ce que je me suis amusée ! Ouvrir la machine pour voir le résultat du feutrage c’était à peu près aussi bon qu’ouvrir un paquet cadeau à Noël. À refaire donc, cette fois sous forme de sac peut être.

Le gilet express

L’année commence bien décidément !

Pour la première fois depuis des années j’ai pris 15 jours de vraies vacances. Ça peut faire sourire quand on sait que je n’ai pas d’emploi fixe, donc que je bosse essentiellement à la maison sur mes projets perso, mais tous les indépendants et chômeurs me comprendront : dans ces conditions on ne sent pas vraiment autorisé à prendre des vacances, l’envie de prouver à mon entourage que je ne me la coule pas douce est généralement la plus forte. Mais pas cette fois ! J’ai mis ma machine à coudre de côté et profité de Noël en découvrant Nancy avec ma famille, en tombant amoureuse du travail du fabuleux peintre Émile Friant, en bouquinant … Et en tricotant l’un des principaux projets sur ma liste, depuis un bail maintenant : un beau gilet à manches longues.

Ces écheveaux de Cascade 220 attendaient depuis plus d’un an mine de rien, j’avais complètement craqué sur ce bleu canard et je cherchais en vain le modèle idéal, jusqu’à ce que je tombe sur le Garter yoke cardigan de Melissa LaBarre. Un gilet top-down qui se tricote d’une seule pièce, de haut en bas donc. Le modèle parfait pour moi qui déteste (comme beaucoup) assembler les pièces d’un tricot et rentrer les fils. J’ai aussi utilisé la technique du joint russe pour mes changements de pelote et comme toujours le résultat est impec’ ainsi, adieu fils qui dépassent !

J’ai utilisé 398 gr de laine (il me reste environ 15 cm du quatrième écheveau) et des aiguilles n°5. Je n’ai fait aucune modification pour le corps, qui est impeccable en taille M, pour les manches par contre j’ai improvisé des diminutions pour resserrer un peu le bas, jusqu’à me retrouver avec 44 mailles. Pour finir j’ai crocheté une bordure car je trouvais que l’encolure n’était pas assez nette. Puis j’ai chopé dans mon stock de jolis boutons en nacre, résistant à l’envie de craquer pour du orange vif plus funky. Et oui, pour une fois j’ai été sage !

Le tout m’a pris seulement 5 jours : j’ai fui le froid de mon salon pour me réfugier sous la couette où je me suis offert un marathon « tricot/séries télé » de folie. En deux jours et demi j’avais fait le corps et la première manche, mais celle-ci m’a tellement ennuyée que j’ai eu la flemme de faire la seconde dans la foulée. Bref, à refaire, en ajoutant cette fois des détails fantaisistes, peut être des motifs en jacquard ?

J’avais prévu 5 écheveaux à la base, il me reste donc 100 gr de laine, je les utiliserais bien pour tricoter un cache-cou assorti ou des mitaines … Yeah !