Archives du tag: Burda

Vous avez dit « classique » ?

J’ai depuis quelques temps comme une envie de changer de style.

Ça tombe bien puisque je dois me refaire une garde-robe à ma nouvelle taille. Prise par une folie couturistique je me suis confectionné une série de fringues d’urgence, confortables et tout terrain et économique puisque pour la plupart je me suis contentée de piocher dans mes stocks de tissus et de patrons. Il ne me reste plus qu’à trouver le temps de tout prendre en photo.

On attaque avec cette jupe crayon à taille très haute de chez l’ami Bubu (#107A 02/2011, un grand cru décidément) accompagnée d’un t-shirt adapté du body/robe Nettie, de Closet Case Patterns, déjà cousu moult fois, j’y allais donc les yeux fermés.

Même si mes rondeurs sont bien visibles dans cette tenue, j’aime beaucoup le rendu général et compte bien les refaire dans des tissus plus funky. La taille haute de la jupe (coupée en taille 40, et dont le patron propose trois longueurs) est particulièrement confortable et pratique. En revanche j’ai peut être été un poil optimiste en coupant le t-shirt en taille 12 alors que j’utilisais un jersey assez nerveux.

En ce qui concerne les tissus je n’ai pas grand chose à dire : le gris vient d’un grand coupon piqué à ma mère il y a des années (merci M’man !), le jersey noir super doux et confortable était un mini reste de coupon, je n’ai réussi à couper les pièces qu’en trichant, les manches ont donc été positionnées à contre sens (vive les jersey bi-extensibles !).

À venir : un manteau devenu veste et une flopée de robes en jersey.


Easy wax

Cette robe Burda quoi….

Elle est quasi parfaite. Originale tout en restant facile à porter, confortable bien qu’elle ne soit pas en tissu extensible (merci merci dos smocké et manches 3/4 ouvertes).

Comme pour ma première version j’ai supprimé la patte de boutonnage, avantageusement remplacée par un zip invisible sur le côté, et coupé une jupe dansante. Mais il y a un twist : cette fois ce n’est pas un simple cercle mais une jupe à quatre panneaux et poches chopée sur un patron du mag’ Knipmode.

Diantre, foutre diable, screugneugneu : le dos est un peu trop large, même pour moi. On y remédie assez facilement en déplaçant le bouton, mais dans le cas le triangle du dos baille à s’en décrocher la mâchoire. Problème facilement réglé en cousant en court de séance photo un discret bouton pression qui tient tout en place comme par magie. Mais une prochaine fois il faudra que je fasse une toile et que j’adapte cette partie.

Le buste est en revanche fort court. Ça tombe bien puisque la destinataire est foutue pile poil comme il faut pour ça, pour mon mètre 70 en revanche il faudrait que je rajoute au minimum 3 cm pour ne pas transformer la chose en robe empire mal taillée.

C’est bien simple : je veux la même. Mais faute d’avoir assez de ce wax pour jouer la copycat je vais p’t'être bien en faire une version un chouïa plus discrète.

 

Je profite de ce post pour causer d’un truc qui me tient à cœur.

Au cours des deux dernières années j’ai écrit un jeu qui s’appelle Oracle. Il s’agit d’un GN d’environ 5 heures pour 7 joueur.euse.s et deux orga. Après un paquet de sessions test je l’ai enfin mis à disposition sur l’indispensable site murder-party.org. C’est gratos, ça m’fait plaisir, si vous y jouez un de ces jours je serais curieuse de savoir ce que vous en pensez.

C’est bien beau tout ça mais de quoi ça cause au juste ? (Vous pouvez aussi lire une critique du jeu par ici.)

Advanced Timing a inventé un implant révolutionnaire baptisé Oracle. Celui-ci permet de savoir quand on rencontrera son âme soeur. Ce qui semblait au début un gadget douteux s’avère fonctionner réellement et a des implications telles qu’au cours des dix années suivantes notre société entière en sera bouleversée.

Durant ce huis clos en séquence, un groupe d’ami.e.s vivra ce changement. Chacun.e étant parfaitement libre de se faire ou non poser un implant. Mais passé un certain stade ne pas accepter l’Oracle ne permet plus vraiment d’échapper à son influence.

L’essentiel du jeu se passe à table autour d’un bon repas, de plusieurs bons repas en réalité puisque les personnages survoleront ainsi une décennie en quelques heures.

Coming soon : j’ai ENFIN cousu une poupée pour mon fils !

Fun wedding #1

« Osez la couleur ! »

Hahaha, voila la plus motivante des invitations à un mariage. Pour la tenue de base, qui sera portée ainsi lors de la cérémonie, j’ai opté pour une jupe tulipe en wax assagie par un top en crêpe noir.

La jupe vient du Bubu de décembre 2011. Elle est à la fois simple et amusante à coudre. Certes, ce patron aurait mérité un tissu un peu plus fluide, mais je suis tout de même contente du résultat. Petit regret : que la ceinture ne soit pas plus courbée. La découpe vaut à peine mieux qu’un rectangle.

Comme je ne suis pas dingue de mes dignes guiboles j’ai conservé la longueur, si les vôtres sont du genre canon ça vaut le coup raccourcir un peu le tout.

Le top est le patron 45 du mag’ Tendance Couture n°20, j’ai dû l’agrandir puisqu’il me fallait la taille 42. Très simple, trop : la coupe générale est un sac… Ça passe rentré dans une jupe à taille haute ceinturé mais je ne sais pas si je vais le porter des masses.

Bon, maintenant passons à la seconde partie de cette tenue : une sur-jupe fofolle à souhait pour danser jusqu’au bout de la nuit.


Pink

Après l’obsession des pantalons, me voila prise d’une énorme envie de t-shirts.

J’ai réalisé que je tournais toujours avec les trois mêmes favoris :

 

Mes vieux t-shirts printaniers ayant été énormément portés, il était temps d’en coudre deux nouveaux, pour lesquels j’ai ressorti ce fameux jersey fin gris chiné d’une douceur incroyable et qui ne bouloche pas (joie), un jersey mélangé de composition douteuse mais d’un rose canonissime chopé chez Tissu Passion à Bruxelles ainsi que les patrons de Bubu et Totobre.

Las, j’avais bien noté la dernière fois que l’encolure du t-shirt Burda était beaucoup trop large et qu’il fallait réduire drastiquement la longueur de la bande d’encolure…. Et j’ai oublié de le faire. De plus j’ai coupé un 40 sans faire attention à la nervosité du tissu, qui moule un peu trop mes rondeurs… Ce haut est donc un semi-échec : j’aime tellement la couleur et les fronces que je le porterai malgré tout.

Par contre le gris…. j’ai envie de dire « Vavavoum !!!! » tant je l’aime. Aucune prouesse couturistique ici, juste le plaisir d’avoir un haut presque sobre et incroyablement confortable.

Edit : bon, j’ai craqué, c’était stupide de laisser le t-shirt rose ainsi. Comme je n’avais plus assez de tissu pour refaire la bande d’encolure et que celle défaite n’était plus en état j’ai dû couper dans le bas et refaire l’ourlet. Maintenant il est superbe et je le porte dès que possible !

 

Allez, je suis un boulet : j’ai oublié de prendre une photo montrant en entier mon dernier tricot, une couverture pour bébé doublée d’un coton léger. J’en cause tout de même. Il s’agit du patron gratos Concentric square baby blanket créé par Margit Sage pour Fiber Fiend.

Si vous cherchez un patron vraiment simple avec une touche d’originalité alors foncez, enfin si vous tricotez in english. Il n’est pas censé être doublé mais, bien que l’envers ne soit pas laid, je trouve tout de même que ce tissu (aussi trouvé chez Tissu Passion) lui donne un p’tit quelque chose en plus.

En ce qui concerne le fil, j’ai ressorti le mix laine/acrylique Julia de chez Zeeman, économique, doux et passant en machine. Il aura fallu moins de 3 pelotes en tout.

J’espère avoir à nouveau le temps de coudre et tricoter avant la Saint Glinglin… Disons que les microbes ont bien tourné dans la maisonnée et que ce n’est hélas pas fini. Toutes mes excuses à celles qui m’ont laissé des commentaires restés sans réponse : je vais tacher de rattraper le coup.