Archives du tag: broderie

Tartan scandinave

L’info vous a p’t'être échappée, mais sur T&N on vous a concocté un concours de folaiïïïï !

Le principe est simple comme un t-shirt kimono : inspirez-vous de la culture d’un pays ou d’une région, ou encore de ses paysages, et faites-en un vêtement portable au quotidien. Ça peut être de la couture comme ici, ou du tricot, comme un certain gilet montré récemment. Le tout étant de nous faire voyager.

Allez vite jeter un œil sur le règlement et le lots de folaïïïïî (est-il besoin de le répéter ?) que l’équipe a réunis.

Je rends ma copie à titre d’exemple : j’ai choisi de mixer les influences. Du tartan parce qu’en ce moment c’est un peu une obsession pour moi, et des broderies suédoises issues du livre de Karin Holsmberg, que j’aime d’amûr et dont j’ai déjà parlé en détail sur T&N et sur ce bloug.

Ce blouson esprit trench du Bubu de novembre 2012 était exactement ce qu’il me fallait, à savoir un modèle super simple (ni poches, ni doublure) donc rapide à coudre, mais avec du chien. Simple certes, mais si vous vous lancez soyez très précis avec ces manches tailleur, qui nécessitent que l’on respecte scrupuleusement les repères de couture.

Il m’aura quand même fallu du temps pour en venir à bout : pour la petite histoire, j’ai brodé les bavolets alors que j’étais enceinte de plus de 40 semaines, échouée telle Moby Dick sur mon canapé, et 10 semaines plus tard je viens tout juste de finir les boutonnières. Tout ça parce que décidément mini-nous n’aime pas qu’on s’occupe d’autre chose que de le câliner et le fait savoir avec toute la vigueur d’un chanteur d’opéra.

Nom de Zeus, c’est fou ce que j’ai l’air naturel parfois !

Je ne sais toujours pas si j’aime les larges épaules que la coupe me fait. D’un côté ce détail a de l’allure et équilibre bien la silhouette, de l’autre … c’est pas vraiment ma came en fait. Ce patron a un petit goût de revenez-y : la coupe est intéressante, mais il lui manque les détails qui font la différence. Si c’était à refaire j’ajouterais des poches, une doublure, mais aussi des pattes de boutonnage sur les manches.

Mais causons broderies : même si celles-ci ne font pas l’unanimité j’suis ravie d’avoir ajouté ces motifs dans des coloris qui tranchent et rendent mon blouson vraiment unique en son genre.

Je vous laisse sur un gros plan, parce que vu le temps passé à me flinguer la pulpe des doigts en brodant, y’a pas moyen que vous y échappiez !

 

Des moooonnnnnstres

Laissez-moi vous présenter mes nouveaux potes….

Pour préparer mon stage de couture pour les enfants, j’ai cousu ces trois bachibouzouks en piochant dans mes chutes de tissu. Je recommande l’exercice : je me suis bien poilée à leur donner des expressions.

Le visage de Chatastique a été brodé à la machine sur fond blanc. Pour Ali l’alien, j’ai cousu les yeux en appliqué, puis à nouveau brodé à la machine, alors que j’ai entièrement peint le visage de Vampirou. Hélas hélas, au moment de fixer la peinture en repassant, il s’est avéré que la semelle de mon fer n’était pas propre, et ça a laissé une moche tache, tant pis.


Bon, j’espère qu’avec mon aide mes petits élèves feront des merveilles. Je montrerai le résultat par ici, enfin si ça vous botte. Je suis tout de même un peu stressée car encadrer 8 mômes de 6 à 9 ans quand il y a des ciseaux de couture, des épingles et des machines à coudre dans la pièce (même si au final il se serviront très peu des machines, et uniquement sous ma supervision), ça va être sportif !

 

Troc en stock

Bon, je dois être la 798ème à utiliser ce jeu de mot pourri en guise de titre mais qu’importe…

Donc j’ai troqué avec Mélanie et c’était fort chouette (d’autant qu’elle ne m’en a pas voulu de mettre du temps à lui envoyer le dessin promis). Me voici l’heureuse propriétaire de ces quelques jolies babioles dont un génialissime bouton recouvert d’une broderie personnalisée, merci Mélanie ! De son côté elle a reçu récemment un croquis réalisé d’après photo. Décidément j’adore ce type d’échanges, ludiques et pleins de surprises.

Un essai de broderie à la recouvreuse

Tout est dans le titre : ça fait un sacré bail que l’idée de broder à la machine me tente mais je n’ai jamais été très convaincue par la finesse excessive que l’on obtient avec une machine à coudre standard. Ni par les points décoratifs plus larges en fait. Alors quand j’ai vu l’envers du point de chaînette de ma recouvreuse ça a fait tilt, d’où ce premier essai de broderie. Je l’ai réalisé sur un tissu normal mais le truc génial c’est que ce point est conçu pour coudre de façon impeccable les tissus élastiques, je pourrai donc recommencer sur du jersey, un tissu que je n’aurais jamais eu l’idée de broder sans machine je pense.

Ce point se fait avec deux fils, j’ai donc commencé par retirer deux des aiguilles du dessus de ma machine et installé deux bobines blanches. Ensuite j’ai dessiné mon motif sur l’envers car ce point est conçu en théorie pour que le trait sur l’endroit soit fin et que la chaînette se forme sur l’envers.

Première constatation : c’est assez difficile mine de rien de suivre un dessin avec un pieds aussi large, j’ai donc travaillé assez lentement pour les petits détails.

Secundo, mais ça je le savais déjà, cette machine ne permet pas de faire des points d’arrêt en marche arrière, la technique à adopter est donc de réfléchir en créant le dessin afin d’avoir le minimum d’interruptions de la ligne et en fin de couture de placer une chute de tissu derrière sur laquelle on continue à coudre sur quelques cm (désolée, j’ai oublié de photographier cette étape-là). Il suffit ensuite de couper les fils au raz de la chute de tissu, laissant un peu de marge au niveau de votre dessin.

Une fois la broderie finie on se retrouve donc avec à chaque fois un fil de chaque côté du tissu au niveau des extrémités, il suffit alors de faire passer le fil qui dépasse sur l’endroit sur l’envers avec une aiguille et de le nouer sur le second (suis-je bien claire ?), puis de couper le tout. A priori le résultat me semble solide comme ça.

 

Bilan :

je suis contente du résultat pour une première fois (même s’il ne faut pas se leurrer : le rendu est forcément moins beau qu’en brodant à la main avec un fil adapté) mais j’ai tellement tâtonné qu’au final je pense que j’aurais mis le même temps en brodant moi-même, ceci dit je vais voir à l’usage si j’arrive à aller plus vite. Une chose est certaine, je vais recommencer !