Archives du tag: Big merino

La capucharde

Une capucharde, c’est en théorie le combo gagnant : capuche, écharpe… Cadeau bonus : celle-ci a des poches.

En pratique j’ai toujours trouvé le concept un peu foireux car

  • Je ne suis pas du tout convaincue par les capuches tricotées (manque de tenue comparé au crochet normal et tunisien).
  • Ça ne tient pas vraiment chaud (les oreilles ne sont pas protégées).
  • C’est cool d’avoir des poches pour mettre les mains au chaud, mais il faut choisir : écharpe nouée = mains froides, mains dans les poches = froid au cou.
  • Une capuche ça tombe tout le temps…
  • et mal placé ça peut être vraiment moche.

 

Et puis vlan, voila-t-y pas que Mulambo m’en a demandé une dans le cadre d’un troc (troc qui vous intéresse puisqu’en échange ce talentueux graphiste bosse sur mon patron Mellow Yellow). Nous sommes tombés d’accord sur le patron Trifecta, écrit par Lauren Riker pour sa collection…. Girly knits : knits for hip chicks. Aïe me suis-je dit : une capucharde, un esprit ultra girly assumé, des p’tits cœurs partout sur le pdf (oui oui, des p’tits cœurs). Pas du tout ma came tout ça !

Et bein j’avais tort.

Je ne suis toujours pas convaincue par la praticité de la chose, mais ce patron est bien écrit et assez bien pensé. J’aurais de loin préféré que la capuche soit construite d’une pièce à l’aide de rangs raccourcis, ainsi il n’y aurait pas eu la marque de la couture en haut du crâne (en fait un rabattage à trois aiguilles), mais il aurait fallu se passer de la torsade.

Le bon côté de la chose c’est que c’est un vrai doudou. Le fil Big Merino de Drops (coloris bordeaux/12) tricoté en double avec des aiguilles 7 mm (au lieu des 8mm préconisées) donne une maille moelleuse à souhait et fait bien ressortir la torsade et le point fantaisie. Il aura fallu un peu moins de 12 pelotes en tout. J’en avais chopé 13 en suivant les conseils lus sur Ravelry, je pense que j’aurais dû attaquer la 13ème pelote si j’avais bossé en 8 mm.

Las, comme prévu la capuche est mollassonne, j’étais tellement déçue sur le coup que j’ai mis une éternité à me décider à faire des photos… Et je suis tombée sur mon popotin en découvrant qu’en fait j’aime tout de même le résultat, qui a un p’tit quelque chose de romantique sans être tartouille pour autant.

Mission accomplie, ça fait du bien de ressortir les grosses aiguilles et les projets qui montent vite… Hop, je continue sur ma lancée avec un châle rustique pour le gn.

 

Sempiternel cache-cou

Ça fait quoi, 8 fois que je tricote ce modèle ?

Je n’ai pas immortalisé chacun mais on peut voir quelques unes des précédentes versions ici, et encore par là. Que voulez-vous, mes amis m’en réclament sans cesse car ils craquent tous pour ce modèle malin, tellement plus pratique et original qu’une écharpe. De mon côté j’avoue que j’ai un faible pour la construction à base de côtes, de point mousse et de rangs raccourcis. Il se tricote vite et sans une once d’ennui. J’ai comme d’hab’ rajouté une bride en plus des boutonnières afin qu’il ferme parfaitement, fastoche quoi.

Cette fois j’ai varié les plaisirs en utilisant 4 pelotes de Big Merino, la laine 100% mérinos de Drops, lavable en machine et tricotée ici en double avec des aiguilles 5 et 5.5. Une prochaine fois je prendrai plutôt 5 pelotes, là j’ai dû un peu raccourcir la partie au milieu pour être certaine de ne pas me retrouver en rade. Laure voulait du noir mais des boutons colorés, c’est chose faite, je pense que le résultat devrait lui plaire.

 

Tiens, j’en profite pour montrer une photo jamais postée par ici d’un autre de ces cache-cous, tricoté l’hiver dernier. Comme vous pouvez le constater le destinataire moustachu a tenu à préserver son anonymat à l’aide d’un masque.

Ma filothèque

Ce bloug est destiné à montrer tout ce que je fabrique aux gens et s’inscrit bien évidemment dans mon plan machiavélique de conquête du monde (Muhahaha !)

mais c’est aussi un bloc-note très pratique pour conserver des informations susceptibles de me resservir un de ces jours pour d’autres projets, d’où l’idée de créer un sujet « filothèque » dans lequel je vais noter au fur et à mesure de mes travaux ce que je pense des laines que j’ai pu tricoter. Le but est de l’épingler afin qu’il soit visible et puisse donc aussi servir aux autres, et surtout de l’éditer régulièrement afin qu’il s’enrichisse avec le temps. lire la suite »