Archives de la catégorie: Grossesse

L’œuf de Pâques

On ne le croirait pas en voyant ces photos, mais j’ai commencé à coudre ma garde-robe post-grossesse.

Je suis donc partie en chasse de patrons de robes confortables et légères (en tout cas convenant pour août et septembre en Belgique), offrant un accès rapide au garde-manger de mini-nous, à savoir mes boobs, et qui, sans être des modèles pour la grossesse, me permettent tout de même de caser mon énorme ventre.

C’est dans le magazine Tendances Couture #16 que j’ai trouvé mon bonheur : une robe cache-cœur en jersey (n°24), dotée de manches papillons histoire de camoufler mes bras qui sont devenus grassouillets à souhait, avec en prime un beau décolleté, des pinces dans le dos afin de marquer la cambrure et surtout un pan noué sur l’avant, joli détail qui fait un peu œuf  de Pâques.

Ce modèle est aussi disponible en pochette. Il s’agit d’un patron Simplicity de la gamme Amazing Fit, le numéro 7692 en français et 1653 en anglais (je ne comprends vraiment pas ces différences de références, mais bon, c’est comme ça).

Je vais avoir du mal à donner un avis clair sur ce patron puisque je le porte très enceinte alors qu’il n’est pas destiné à cet usage. De même je n’ai pas suivi du tout les instructions de montage car, cousant en pleine canicule, j’ai préféré faire au plus vite et monter entièrement la robe à la surjeteuse puis faire les finitions à la recouvreuse. N’ayant pas assez de cônes de fil de la bonne couleur pour équiper mes deux machine et ne souhaitant pas perdre de temps à passer les cônes d’une machine à l’autre, il m’a fallu être créative pour obtenir un montage impeccable, mais ça a marché, yeah !

Les points faibles :

  • Je n’ai pas compris pourquoi on préconisait d’acheter un zip et du biais : il s’agit d’une robe en jersey très décolletée, il n’y a aucun besoin de zip puisqu’elle s’enfile facilement. De même j’ai coupé le biais jersey dans mon tissu, comme indiqué sur le croquis de coupe d’ailleurs. (Il est bien précisé qu’elle est à coudre uniquement dans un tissu extensible)
  • Sur le dessin technique du magazine (cf vue C de dos en dessous), on constate qu’il y a 4 pinces dans le dos. Je me suis tué les yeux sur ma planche de patron en n’en trouvant qu’une pour la moitié du dos… Je me suis finalement lancée ainsi, puis en jetant un rapide coup d’œil aux instructions de montage j’ai constaté qu’il n’y a bien qu’une pince par demi-dos.
  • Plus je couds des patrons indépendants en tissu extensible, plus j’apprécie que l’on m’indique le taux d’élasticité requis pour le tissu, ce qui permet d’adapter la taille quand on a un tissu beaucoup plus extensible que prévu. Hélas, misère, douleur incommensurable :  je ne trouve jamais ce genre d’indications dans les magazines, ce qui est dommage. Faisant normalement un 40/42, j’ai choisi la taille 42/44, mais mon tissu est à priori beaucoup plus extensible que ce qu’il aurait fallu, je me retrouve ainsi avec un bon 46 je pense. C’est parfait actuellement, mais après l’accouchement je vais devoir reprendre pas mal de coutures si je veux continuer à porter cette robe.
  • Les marges de couture sont incluses. En général j’aime bien ça, mais pas quand il s’agit de monter un vêtement à la surjeteuse, ce qui demande de mini marges.
  • Je n’aime pas la technique de montage de la ceinture reliée au pan sur le ventre, j’ai préféré m’y prendre autrement, en cousant en sandwich le bout du pan dans la ceinture non montée, en laissant juste une ouverture au bout puis en refermant celle-ci à la main à points invisibles.
  • Il n’y a pas de poches.

 

Les points forts :

  • Je suis incroyablement bien dedans ! Mon ventre est mis en valeur sans que ce soit trop serré par ailleurs, le jersey la rend encore plus agréable à porter. Je suis tellement à l’aise avec que j’envisage de m’en servir comme chemise de nuit à l’hôpital.
  • Comme prévu, l’accès au garde-manger se fera sans souci quand Azadî aura faim.
  • Les emmanchures tombent bas, ce qui est particulièrement agréable en cas de grosse chaleur car je ne me retrouve pas avec d’horribles traces de transpiration.
  • Je la trouve très flatteuse, même si je vois bien quelle rendrait mieux dans un tissu moins mollasson.
  • Le montage est simple et assez rapide.
  • Le dos est bien travaillé : en plus des pinces, il est coupé en deux partie et cintré afin de marquer encore mieux la cambrure. Le parfait modèle pour flouter les formes sur l’avant et mettre en valeur le décolleté mais aussi la silhouette de dos ou de profil.
  • Dans le magazine, elle est proposée dans une chouette variété de tailles, du 38/40 au 54/56, On trouve aussi deux formes de manches possibles. Dans la version pochette il y a en plus une autre longueur de manches, deux longueurs de jupe au choix, et surtout l’ajustement de poitrine qui est la marque de fabrique de la collection Amazing Fit. On peut choisir le patron allant du 38 au 46 ou celui « taille plus » du 48 au 56. C’est le pied non ?

 

Causons tissu : celui-ci vient de chez Tissu passion à Bruxelles et ne m’a pas ruiné (3 roros le mètre si j’ai bonne mémoire). Sa composition est inconnue, mais je suspecte un mélange contenant une bonne part de viscose. Il a les qualités de ses défauts : il est fin et léger…. et marque hélas bien les petits défauts, comme les rondeurs de mes cuissots par exemple. Mais en ce moment j’avoue que c’est le cadet de mes soucis.

Vais-je avoir le courage de me coudre une dernière robe avant de partir en vacances au bord de la mer samedi ? Fera-t-il beau sur la côté belge ? Vous le saurez en lisant les prochaines aventures de Super œuf de Pâques !

 

Une dernière pour la route ?

C’est l’histoire d’une gonzesse….

Qui a chaud, besoin de robes légères et faciles à enfiler, mais ne peut plus passer plus de deux heures d’affilé à couper ou coudre…. Alors voila, même si ce n’est pas le plus beau patron du monde (j’ai déjà signalé que je n’étais pas fan des manches kimono, qui rendent moins bien que des manches montées), j’ai chopé une dernière fois ce patron bubu de grossesse et un coupon que je gardais précieusement depuis des mois sans savoir quoi en faire. Promis, je reprendrai les projets plus ambitieux quand j’aurai dégonflé et récupéré !

Je l’ai raccourci (pas assez peut être ?), j’ai entoilé et doublé la pièce avant du corsage, zappé le zip (elle s’enfile parfaitement ainsi) et un peu élargi les manches pour être vraiment à l’aise.

Ce tissu, j’en suis fan : Lili et moi nous sommes un partagé un coupon de 3 mètres chopé chez Sacrés Coupons à Paris. Si j’ai bonne mémoire c’est un voile coton/viscose. En tout cas il est super doux, léger, et je surkiffe la couleur vitaminée et les petites étoiles blanches (invisibles sur mes photos, damned). Mais voila : je n’en avais que 1m50, il a fallu tricher pour faire tenir toutes mes pièces dans ce métrage. Le devant a donc été coupé en deux fois, et la jupe dans le droit fil au lieu du biais.

Que dire d’autre ? Bien que j’ai cousu un 40 alors que je fais du 42, je suis limite au large dedans, mais quand on regarde mes versions 1 et 2 on constate qu’avec la même taille cousue dans un tissu plus épais je suis au contraire limite serrée, comme quoi le choix du tissu est important.

Encore une fois, cette robe ne fait pas l’unanimité autour de moi (entendez par là : mon cher et tendre n’est pas convaincu) mais mes objectifs confort/cachage de rondeurs/légèreté/temps de réalisation sont atteints, donc vous me voyez plutôt satisfaite de cette chouette robette qui va m’accompagner sans souci jusqu’au D day.

Vous l’aurez remarqué : il fait décidément trop chaud pour repasser !

 

Pin up en cloque

Cela faisait des années que je voulais me coudre ce maillot !

La bestiole se prénomme Alison et est disponible pour des clopinettes (3.99) sur le site Burdastyle. Pour celles et ceux qui l’ignorent, ce site est une mine d’or : on y trouve à la pièce et sous forme de PDFs les patrons du magazine Burda, avec en prime quelques modèles qui avaient été créés exprès pour le site il y a quelques années. lire la suite »

Grossesse économique #2

Ou comment s’habiller avec des patrons de couture « normaux » quand on a un ventre de 7 bons mois….

Cette série de photos s’apparente presque à un « me made month » : j’ai cousu quelques vraies fringues de grossesse, mais voici ce que je porte d’autre au jour le jour, simplement en puisant dans ma garde-robe faite-maison déjà existante et donc sans faire de dépenses supplémentaires.

Pour le premier épisode de cette série paaaaaaaassssssionnante, allez donc voir par ici.


Le top du jour, c’est un haut que j’ai cousu à mes débuts en utilisant le patron Dessus dessous de chez Coupé Couzu. Je lui reprochais d’être un peu large alors que j’aime les vêtements ajustés…. Mais ce détail en fait un allié de poids actuellement puisque la forme me permet de joliment caser mes rondeurs oeuf kinderesques. Joie ! je ne pense pas pouvoir le porter encore très longtemps mais il m’aura servi jusqu’au 7ème mois, ce qui n’est pas mal du tout.

 

Quant à cette robe, il s’agit en fait du body Nettie et de la robe/jupe cercle que j’avais cousus pour ma tenue de danseuse de Degas. La ceinture est simplement dépliée et remontée en bustier. Après moult essais c’est la plus chouette façon de porter cet ensemble que j’aie pu trouver.

 

À ma grande surprise, ma « jupe facile » est encore mettable. Il faut dire qu’elle était conçue pour rester d’actualité que je prenne ou perde du poids, juste en déplaçant un bouton. En ce moment je la porte carrément non-boutonnée, elle se cale pile sur mes hanches et sous le ventre. Désavantages : quand on regarde l’ourlet, l’avant est plus long que l’arrière (normal portée ainsi). De plus il faut porter un top assez long par-dessus pour cacher mon bidon.

Celui-ci c’est mon peplum Panaché, cousu d’après un patron Burda modifié. Nickel en ce moment : il couvre joliment tout en ayant des « aérations » bienvenues pour me rafraichir. (Honte honte : je n’ai même pas pris la peine de repasser l’ensemble avant de faire les photos…. Je suis une vraie feignasse en ce moment).

Allez, dès que j’aurai trouvé le courage de prendre en photo ma dernière robe et un châle tout juste tombé de mes aiguilles, I’ll be back baby !